A la uneOmbre et lumière

11 DECEMBRE 2018 : Belle fête à Manga

La commémoration du 58e anniversaire de l’indépendance du Burkina a eu lieu hier 11 décembre 2018 à Manga, chef-lieu de la région du Centre-Sud, région qui a organisé les festivités dans ce cadre. Placée sous le thème « Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère », cette commémoration, patronnée par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a connu, en plus des autorités nationales et régionales, la participation d’une délégation ivoirienne conduite par le ministre d’Etat, ministre de la Défense de Côte d’Ivoire, Ahmed Bakayoko.

Manga. Une ville sous état de siège ? C’est la grande question que l’on pouvait se poser quand on essaie de rallier le centre-ville en cette matinée du 11 décembre 2018. Des Forces de défense et de sécurité postés çà et là sur les grandes voies, notamment les voies nouvellement bitumées dans la ville. Depuis quelques jours déjà, la ville est placée sous haute sécurité pour garantir le bon déroulement des festivités marquant le 58e anniversaire de l’indépendance du Burkina dans la ville. Et pour accéder à l’aire du défilé, il fallait s’y rendre tôt. Rien n’est laissé au hasard. Gendarmes et policiers fouillaient strictement le moindre des citoyens devant accéder à l’aire du défilé. Un peu comme si l’on devait franchir les barrières de sécurité avant d’accéder au Tribunal militaire de Ouagadougou où se déroule le procès des putschistes du 16 septembre 2015. Citoyens, sacs à mains et sacs contenant des objets sont systématiquement fouillés avant d’accéder aux stands. Les autorités administratives, politiques, coutumières et religieuses arrivent les unes après les autres. Y compris la délégation ivoirienne dont le chef, Ahmed Bakayoko, ministre ivoirien de la Défense, avait été accueilli la veille à Manga. Quelque temps après l’arrivée du Premier ministre, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, arrive. Il est 9h 05mn. Les honneurs militaires lui sont rendus. Ensuite, c’est l’hymne national que tous entonnent avant qu’il ne s’installe dans la tribune officielle. Il est accueilli aussitôt après par un défilé de jeunes filles arborant des tenues traditionnelles du Burkina, suivi de la prestation de la troupe de danse « Djendjéré ». Une danse pour personnes initiées. Une danse guerrière esquissée habituellement lors des grandes cérémonies festives ou au retour des guerriers de la guerre, apprend-on. L’un des danseurs de la troupe a du reste réussi une prouesse mystique en transformant un œuf happé par la bouche en poussin, sous le regard médusé de tous. Manga n’est pas en guerre. Mais quand on rapporte les faits et évènements au combat pour le développement, c’est une guerre qui est gagnée ce 11 décembre à Manga, celle de la réalisation des promesses du gouvernement, à commencer par la tenue de la célébration du 11 décembre 2018 avec les réalisations infrastructurelles dans les villes et communes des trois provinces qui composent la région. La troupe de danse « Kaya »  de Tiébélé dans le Nahouri, a fait sensation par ses démonstrations vigoureuses de multiples pas de danse aux significations diverses, nous dit-on. Lorsqu’après cet intermède le défilé civil commence, c’est la garde nationale qui ouvre le bal. Elle est suivie par une série de défilés représentant différents services du Premier ministère et des autres ministères, les 13 régions et bien d’autres services. Même des élèves du CP1 (cours préparatoire, 1re année du primaire) étaient du peloton. Des élèves visiblement essoufflés par un demi-kilomètre de marche, sous le regard admiratif des officiels et des populations. Les majorettes ont particulièrement tenu en haleine le public qui s’est délecté d’une prestation aussi délicate que les acteurs bien entraînés le montrent sur scène.

A chaque citoyen de se questionner sur sa responsabilité dans la gouvernance de l’Etat

Le défilé militaire qui a suivi ce passage des majorettes, a laissé voir des hommes et femmes de tenue des différents corps, à différents niveaux de services. Fanfare de la gendarmerie, garde rouge, le bataillon de sécurisation de l’Est de la Côte d’Ivoire, le Prytané militaire du Kadiogo, la Police se sont succédé sur l’axe du défilé, pour le plus grand bonheur du public. Le rythme de la musique de la fanfare change quand vient le tour (du défilé) des unités spéciales des Forces de défense et de sécurité : Unité spéciale d’intervention de la police apte pour la libération des otages, la protection des hautes personnalités, la lutte contre le terrorisme ; Unité spéciale de la gendarmerie qui lutte contre le grand banditisme et le terrorisme ; le 25e Régiment parachutiste commando (fer de lance de l’Armée de terre), basé à Bobo-Dioulasso et dont la particularité est de frapper comme la foudre et disparaître comme l’éclair. Le défilé militaire motorisé, parade militaire et défilé civil motorisé ont mis fin à cette parade civilo-militaire marquant la commémoration du 58e anniversaire de l’accession du Burkina à l’indépendance. Saluant la grande mobilisation des populations de Manga et de la région du Centre-Sud en général, Roch Marc Christian Kaboré a indiqué que la commémoration du 58e anniversaire est une occasion où chaque citoyen doit se questionner sur sa responsabilité propre dans la gouvernance de l’Etat et dans la lutte contre toutes les formes de déstabilisation. Chacun doit aussi se poser la question de savoir qu’est-ce que nous apportons collectivement au panier de la bonne gouvernance, au panier du civisme, du patriotisme et du travail collectif pour développer le pays. Il a conclu en faisant savoir que c’est une occasion d’avoir une pensée pour tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines des terroristes dans la lutte pour la sécurisation du pays. Le ministre d’Etat ivoirien, ministre de la Défense, Ahmed Bakayoko, a salué « une belle cérémonie », l’expression d’un peuple qui se bat pour assurer un meilleur destin aux populations, dit-il. Chez les Forces de défense et de sécurité du Burkina, Ahmed Bakayoko a salué l’endurance et la vigueur, expression d’un combat au quotidien contre le terrorisme pour assurer la paix et la stabilité. Quant au chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, la commémoration de l’indépendance rappelle le combat des devanciers pour la génération actuelle afin qu’elle ait à l’esprit les défis actuels, les engagements et interpellations pour la bonne gouvernance. En cela, indique-t-il, le thème de la commémoration est pertinent et d’actualité. Le flambeau de la commémoration du 59e anniversaire a été remis en fin de soirée au gouverneur de la région du Centre-Est.

Lonsani SANOGO

 

Propos de personnalités après la parade civilo-militaire

« Nous avons décidé d’aller plus vite en ce qui concerne le 11 décembre 2019 », dixit le ministre Eric Bougouma

« Nous avons au total plus de 48 km de réalisations de routes bitumées dans la région du Centre-Sud, dont 4 à Pô et 4 à Kombissiri. Toutes ces réalisations ne se sont pas faites sans difficultés, parce que les travaux ont commencé un peu tard, et il a fallu l’efficacité, l’abnégation et la persévérance de l’agence d’exécution des infrastructures du Burkina dont je salue le directeur général, la détermination et l’engagement de tous les acteurs, y compris les ingénieurs et techniciens du ministère des Infrastructures. Les difficultés de démarrage n’ont pas entamé notre volonté de conduire les travaux à leur terme. Les travaux sont majoritairement terminés, mais je voudrai rassurer les usagers de ces routes dans le Centre-Sud, toutes les populations et les autorités locales, que nous allons veiller à ce que l’ensemble des travaux puisse être achevé correctement. D’ores et déjà, je peux vous annoncer que dès lundi qui vient, nous allons nous réunir au sujet de toutes ces infrastructures. Il y a quelques travaux de finition qui restent à parfaire, il y a des travaux d’éclairage à achever et nous allons veiller à ce que toutes ces infrastructures soient achevées dans les meilleures conditions pour que les prochaines pluies ne nous donnent pas un spectacle désolant à voir. Tirant leçon des expériences vécues, nous avons décidé d’aller plus vite en ce qui concerne le 11 décembre 2019 et le lancement du processus de sélection des entreprises sera fait au cours de ce mois de décembre pour donner assez de temps aux entreprises, aux missions de contrôle de veiller tranquillement à ce que tous les travaux soient achevés sans précipitation de dernière minute, sans imperfections, sans quelques fois le goût d’inachevé que l’on constate çà et là.»

Hortense Zida, Secrétaire générale, ministère en charge de la Communication

« Nous n’aurons pas assez de mots pour dire merci à la presse, la presse privée notamment qui s’est mise à la disposition du comité national d’organisation du 11-Décembre, précisément de la commission Presse et communication. Véritablement, vous nous avez accompagnés, nous ne pouvons que vous dire « bravo, merci » et rendez-vous l’année prochaine à Tenkodogo.

Dr Ismael Bachir Ouédraogo, ministre de l’Energie

« C’est une satisfaction et une fierté quand on voit l’organisation et la physionomie de Manga qui a changé en quelques mois. Il faut dire que nous avons vu la manifestation de la solidarité à cette commémoration. Solidarité surtout de tout le monde avec les Forces de défense et de sécurité (FDS) qui connaissent des moments difficiles. On a vu la fierté de tout le monde quand les FDS étaient en train de parader sur l’aire du défilé. C’est dire que le peuple est uni derrière les FDS. Cela va être une transformation continue permettant d’amorcer un développement durable. Nous espérons que cela sera un élan permettant au pays d’aller de l’avant, de se développer sur la base de nos valeurs intrinsèques. Après tant d’années d’indépendance, il faut qu’on sache que le développement du Burkina incombe à ses filles et fils. Merci à nos frères Ivoiriens qui sont venus à la célébration manifester leur solidarité avec le Burkina. C’est une première ! L’axe Burkina Côte d’Ivoire est en train de se consolider, ce qui est une très bonne chose. Je pense que les célébrations sont en train de gagner en maturité. C’est ce que nous voulons. Un Burkina mature qui va de l’avant et qui se développe.»

Larlé Naaba Tigré

 « Nous sommes satisfait de la célébration de l’accession du Burkina Faso à l’indépendance. Je souhaite que la fête à venir soit encore plus belle, avec une saison pluvieuse abondante, de bonnes récoltes et que la paix soit encore meilleure. Cette année a été très éprouvante vu que beaucoup d’hommes et de femmes sont tombés sous les balles assassines des terroristes. Que Dieu assure la cohésion sociale, préserve la paix nationale et qu’il y ait plus de patriotisme pour notre cher pays. »

Propos recueillis par L.S

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer