1RE EDITION DE L’UNIVERSITE D’HIVERNAGE : Un cadre de réflexion des jeunes du MPP

1RE EDITION DE L’UNIVERSITE D’HIVERNAGE : Un cadre de réflexion des jeunes du MPP

Sous le patronage du Dr Salifou Diallo, président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) et le Co-parrainage de Laure Zongo/Hien, ministre de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille et Stéphane Sanou, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat, la coordination nationale des élèves et étudiants du MPP a initié, du  12 au 15 août 2016, une activité dénommée Université d’hivernage, sous le thème « Gestion du pouvoir dans un contexte post-insurrectionnel : quelle contribution des élèves et étudiants à la réussite du quinquennat ?». Première du genre, l’édition 2016 de cette activité qui s’est tenue à Dindérèsso, une localité située à quelques encablures de la ville de Sya, a réuni les scolaires et étudiants venus des 45 provinces du Burkina Faso.

 

Conférences, formations, travaux pratiques en groupe, concours de débats oratoires, don de sang, plantation d’arbres fruitiers, journée de salubrité, projection vidéo suivie de débat, etc. Ce sont là les activités qui ont été au menu de l’édition 2016 de l’Université d’hivernage des jeunes du MPP, dont les principaux objectifs sont, selon les initiateurs, de former les élèves et étudiants, permettre une meilleure cohésion entre la jeunesse scolaire et estudiantine du pays des Hommes intègres, les former sur les méthodes de défense des acquis de la gouvernance du parti, sur la social-démocratie et sur le libéralisme, permettre à ces derniers de développer leurs aptitudes communicationnelles à travers un concours oratoire mais aussi, créer un verger d’arbres fruitiers dans la localité où s’est tenue la rencontre et également collecter du sang pour les malades. Pour atteindre ces objectifs, plusieurs sous-thèmes ont été évoqués lors de cette rencontre dont le militantisme, les droits et devoirs du militant MPP, la mise en œuvre du programme du président, les réformes politiques, économiques et sociales, l’idéologie du parti et bien d’autres. Ces différentes thématiques, de l’avis de Jérémy Kaboré, coordonnateur de ladite coordination des élèves et étudiants, vont permettre à ces derniers, durant ces quatre jours que va durer la rencontre, de réfléchir sur l’implication active de la jeunesse au processus de développement engagé par le président Roch Marc Christian Kaboré, conformément à son programme. « Il nous faut une jeunesse politiquement consciente et techniquement compétente », disait Bachir Ismaël Ouédraogo, superviseur de l’Université d’hivernage ; une façon pour lui de signifier toute l’importance que revêt cette initiative qui, dit-il, va permettre aux jeunes venus des quatre coins du pays de proposer des solutions et initiatives quant à l’emploi des jeunes, en d’autres termes « apporter leur part de contribution au développement de leur patrie ». Quant aux deux co-parrains, ils ont félicité cette initiative née des jeunes et pour les jeunes  en ce sens qu’elle donne à la jeunesse une part active au développement du pays. Ils les ont exhortés à « être des remparts de la lutte contre l’incivisme et l’intolérance,  et d’être des acteurs de paix », comme l’a indiqué le ministre Stéphane  Sanou, qui espère qu’au sortir de cette rencontre, les jeunes repartiront avec un bagage intellectuel plus solide. A la suite de celui-ci, le patron de la cérémonie, le Dr Salifou Diallo, président par intérim du MPP, dans une allocution de près d’une trentaine de minutes, a salué et encouragé cette initiative qui entre en droite ligne de la contribution de la jeunesse dans la réalisation du programme quinquennal du président Roch et indiqué que cela ne saurait se réaliser sans la participation de ces derniers. Le patron de l’évènement a évoqué la question de l’Ecole « avec grand E » qui, dit-il, nécessite une décision ferme pour  être  courageusement réformée. Notamment le système Licence Master Doctorat (LMD) qui ne cadre pas avec les difficultés rencontrées par les étudiants. Même s’il faut s’endetter à coût de milliers de milliards de F CFA, nous allons le faire pour réformer l’éducation, a-t-il ajouté, car « on ne peut pas continuer à former des littéraires, des philosophes et des poètes pour encadrer nos vies,  mais il nous faut plutôt des médecins, des techniciens et autres, capables de répondre aux besoins ». Outre ces différents aspects abordés, l’essentiel des discours tenus faisait allusion à la question de l’emploi qui ne peut être entièrement résolue par le gouvernement. Les intervenants ont donc incité les jeunes à l’esprit d’initiative allant dans le sens de l’auto-emploi. C’est dans une ambiance particulière ponctuée par des notes musicales que les autorités ont quitté la salle polyvalente de l’Ecole nationale des eaux et forêts de Dindérèsso où a eu lieu la rencontre pour laisser place aux travaux. La plantation d’un arbre par le patron de l’événement, le Dr Salifou Diallo, a ainsi mis fin à la cérémonie.

 

Le MONARCK (Correspondant)

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+