2018 : Nos hommes de l’année

2018 :  Nos hommes de l’année

Comme le font la plupart des rédactions à travers le monde, nous avons, à l’occasion de la fin de l’année 2018, désigné ceux-là que nous considérons comme nos hommes de l’année. Il s’agit, pour ne pas les nommer, de Yacouba Sawadogo, Pr Frédéric Ouattara et SALITAS. C’est un choix que nous assumons pleinement et dont nous donnons les motivations dans les lignes qui suivent. Lisez !

* Yacouba Sawadogo

A 80 ans, Yacouba Sawadogo, cultivateur de son état, mène un combat sans merci contre l’avancée du désert et ce, avec peu de moyens techniques. La méthode nouvelle qu’il a developpée est le « Zaï ». Comment procédait-il ? Pour Yacouba Sawadogo, c’est simple. Il suffit d’observer la terre et de se mettre à son écoute. Il s’agit, par exemple, de préparer le sol en saison sèche, creuser des trous remplis de débris organiques qui attirent les termites. Ces dernières creusent des galeries qui favorisent la rétention de l’eau dans les sols. Grâce à cette technique, Yacouba Sawadogo a réussi à planter une forêt d’une trentaine d’hectares dans la région très aride de Ouahigouya. Pour l’originalité de son œuvre, il a reçu, le 24 septembre 2018, le prix Nobel Alternatif à Stocklom.

* Pr Frédéric Ouattara

Actuel vice-président chargé des Enseignements et des innovations pédagogiques à l’Université Norbert Zongo de Koudougou, Pr Frédéric Ouattara est titulaire des Universités du CAMES en physique et hélio-physique météorologie de l’espace. Il est aussi thermicien, épistémologiste, historien et didacticien des sciences. Il a été honoré d’un prix aux Etats-Unis, pour son excellence dans la recherche en sciences physiques et spatiales. C’était le 12 décembre 2018 à Washington DC, par l’Union américaine de la géophysique. Membre de l’Association africaine de la géophysique, Frédéric Ouattara a initié, avec ses collègues scientifiques de l’Université Norbert Zongo, les Olympiades en mathématiques et en physique en juillet dernier.

* SALITAS FC

Vice-champion et vainqueur de la Coupe du Faso 2017-2018, c’est le palmarès du club de SALITAS FC qui aura marqué les esprits tout au long de cette saison. En effet, ce club venait à peine de la deuxième division, qu’il faisait déjà preuve de maturité dès ses premiers pas dans l’élite du football burkinabè en dominant ses adversaires pour se positionner comme champion de la phase aller. Un rang que SALITAS FC va tenter de tenir avant de céder le fauteuil de leader au club de l’ASFB qui sera finalement sacré champion national. Mais, pour des observateurs du football burkinabè, cette contre-performance, si on peut l’appeler ainsi, au cours de la deuxième partie de la saison, pourrait être mise au compte d’un départ de bon nombre de cadres du club en partant de l’attaquant Abou Ouattara au défenseur et capitaine Trova Boni, le milieu de terrain Dramane Salou et bien d’autres. Il y avait cette colonne vertébrale du club qui avait été cassée et qu’il fallait reconstruire. Ce qui ne se fait pas sur un coup de baguette magique. Mais SALITAS FC a dû sortir ses tripes pour ne pas dégringoler et y est parvenu avec la manière en s’octroyant le trophée de la Coupe du Faso devant le champion qu’est l’ASFB. Ce qui lui vaut de représenter le Burkina en Coupe de la Confédération de la CAF pour la saison 2018-2019. Un premier pas qui lui réussit pour l’instant à travers un départ tonitruant. D’abord, lors du tour préliminaire où le club cher au colonel Yacouba Ouédraogo « Yac » écarte le Wakriya AC de Guinée après une victoire de 2 buts à 0 à Ouagadougou et une défaite de 3 buts à 1 à Conakry. Qualifié pour les 16es de finale, son adversaire n’était autre que le club égyptien de Al Masry, demi-finaliste de l’édition précédente de cette coupe de la Confédération et voilà qu’ils n’étaient plus nombreux, les Burkinabè, à croire à une probable qualification de leur représentant. Ce fut tout autre puisque SALITAS FC est allé illuminer de son talent le stade de Port Saïd en l’emportant par 2 buts à 0. Qui l’aurait cru bien avant cette opposition ? La manche retour ne fut qu’une formalité pour les poulains du coach Ladji Coulibaly, qui ont su gérer avec une dextérité tactique la rencontre qui s’est achevée par un score vierge.  Pour jouer la phase de poules de cette compétition, le club burkinabè devra passer par l’étape d’une deuxième phase des 16es de finale ou le tour de cadrage où les qualifiés de la coupe de la Confédération affrontent les clubs éliminés en 16es de finale de la Ligue des champions CAF. Et l’adversaire de SALITAS FC est le club libyen de Al Nasr, un autre adversaire du Nord de l’Afrique. C’est dans quelques jours, puisque le match-aller est prévu en principe le 11 ou 12 janvier prochain et le 19 janvier 2019 pour le retour à Ouagadougou. Mais bien avant cette double confrontation, SALITAS FC vient de réussir une bonne première partie de saison au niveau national en étant le champion de la phase aller du Faso foot à l’issue d’un superbe match dominé de bout en bout devant l’AS SONABEL par 2 buts à 0.

La Rédaction

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+