NAFA : après la présidence, Rasmané Ouédraogo quitte le parti

 L’on se rappelle. Dans une lettre datée du 12 septembre 2017, Rasmané Ouédraogo, président de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), avait annoncé sa démission de son poste de président de la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA). « Je souhaite plus que tout, partager, voir pousser et grandir l’arbre que nous avons planté ensemble et je continue de partager avec vous, les idéaux et valeurs qui nous ont conduits à la création de la Nafa », avait-t-il déclaré à l’époque. Plusieurs mois après avoir quitté la présidence du parti, Rasmané Ouédraogo vient d’annoncer sa démission, en tant que militant de la NAFA. Il l’a fait savoir par courrier en date du 26 juillet 2018, à Dicko Mamoudou, actuel Secrétaire exécutif national de la NAFA, en ces termes : « Faisant suite à ma lettre de démission du poste de président de la Nouvelle alliance du Faso (NAFA), datée du 12 septembre 2017, je viens, par la présente,  vous notifier ma démission du parti pour compter de ce jour, 26 juillet 2018. Toujours fidèle aux idéaux et valeurs qui m’ont amené à œuvrer à la création de la NAFA le 31 janvier 2015 dans un contexte sociopolitique très difficile, je vous prie, monsieur  le Secrétaire exécutif national, de recevoir mes cordiales salutations ».

 Crise à l’ONATEL : la part de vérité du DG

 Au cours d’une opération de don de sang, organisée par l’ONATEL, nous avons tendu notre micro au Directeur général pour avoir sa réaction à propos de la sortie du SYNATEL qui l’accuse de tous les péchés d’Israël. Voici ce qu’il nous a dit…

« L’Onatel est une entreprise qui emploie 740 personnes. Dans le secteur de son activité, les deux autres opérateurs sont à moins de 450 employés. Nous investissons depuis 2007 plus de 30 milliards de F CFA en moyenne par année, des investissements d’équipements. Nous injectons dans l’économie 70 milliards de F CFA. L’ONATEL a la plus grande couverture de réseau, c’est-à-dire que nous investissons dans l’ensemble des localités et nous estimons couvrir 93% de la population, selon nos estimations. En terme de rendement, l’ONATEL est l’une des entreprises qui offre un des rendements les plus importants puisque le résultat net est passé de 24 milliards de F CFA en 2016 à 28 milliards de F CFA en 2017 ; ce qui montre l’efficacité du management de l’entreprise, son implication dans la gestion de tous les jours. Nous avons connu une crise sociale en  2008, 2011, 2013, 2016, 2017 et je n’espère pas en connaître l’année prochaine. A la lecture de ce qui est dit dans la presse, c’est comme si la crise de 2016 n’a pas été résolue. Or, l’augmentation des rémunérations qui a été octroyée en 2016, dépasse les 45%. La masse salariale sur le chiffre d’affaires de l’ONATEL est de 12%. Dans le secteur, il est inférieur à 6%. Le salaire moyen au niveau de l’ONATEL est de plus de 1 900 000 de F CFA par an et par employé en brut. Ces résultats sont suffisants pour vous renseigner sur la vérité et la réalité du terrain. L’ONATEL est coté en bourse depuis 2009 et il n’y a qu’à voir l’évolution de son action et la comparer avec les crises sociales, pour voir qui porte l’action au plus haut et qui l’amène à des niveaux moins glorieux. Un organisme de notation, dans l’espace UEMOA, a porté la notation de B- à B. Et tout cela, ce sont des prouesses, ce sont des exploits que le personnel de l’ONATEL a réalisés et je pense que tout cela contredit ce qui a été écrit dans la presse. »

 Concours directs et professionnels de la Police municipale : des grincements de dents

 Le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé,  a pris quatre arrêtés, en ce mois de juillet 2018, entrant dans le cadre de l’organisation de concours directs et professionnels. Ces arrêtés ont été signés le 23 juillet dernier. Le premier porte sur l’ouverture de concours professionnels de recrutement de 64 élèves (50 assistants, 10 contrôleurs et 04 inspecteurs) pour la police municipale ; le deuxième sur  un concours direct de recrutement de dix élèves-contrôleurs de police municipale ; le troisième sur l’ouverture d’un concours direct de recrutement d’un élève-inspecteur de police municipale ; le quatrième sur l’ouverture d’un concours direct de recrutement de cent trente-cinq élèves agents de police municipale. Selon nos informations, les policiers municipaux ne sont pas contents des conditions dans lesquelles ces concours doivent se tenir. Parmi les récriminations, il est question, par exemple, du diplôme  de Certificat d’études primaires (CEP) et le niveau de la classe de quatrième (4e)  requis pour le recrutement d’élèves agents de police municipale. D’après nos sources, les policiers exigent, entre autres, que le niveau du diplôme soit supérieur au CEP. S’estimant trahis, ils entendent porter le débat en public à l’occasion d’une conférence de presse, dans les prochains jours.

  Pluie diluvienne à Ouaga : le journaliste Junior Kaboré et sa voiture emportés par des eaux à Tampouy

 Ouagadougou, la capitale du pays des Hommes intègres, a les pieds dans l’eau depuis quelques jours et cela n’est pas sans conséquence. A titre d’exemple, notre confrère de Horizon Fm/Koudougou, s’est vu emporter, lui et son véhicule, par les eaux  au quartier Tampouy, à quelques pas du barrage, dans la zone de construction de l’échangeur du Nord. C’était le mardi 24 juillet dernier. Les eaux ont conduit notre confrère et sa voiture dans un canal. L’homme de média est sorti indemne de cette mésaventure. Il était à Ouagadougou, dans le cadre des préparatifs de son activité « Top vacances culture et santé ».

 Lisière du quartier Ouaga 2000 : ce grand canal qui fait peur

Par sa largeur et sa profondeur, le grand canal situé à la lisière du quartier   Ouaga 2000, qui sépare ledit quartier du quartier Zempasgo, fait peur. Ce canal constitue un véritable danger à ciel ouvert. Et pour cause : le canal n’est pas couvert.  Et par ces temps de pluie, le danger que constitue ce grand trou d’évacuation des eaux, ne fait que davantage renforcer le sentiment d’insécurité chez les usagers de cette voie. L’autorité communale attend-elle de voir se produire un drame avant d’agir ?  En tout cas, il faut faire quelque chose avant qu’il ne soit tard.

  Tanghin Dassouri : la jeunesse du MPP va reboiser ce week-end

 Les élèves et étudiants du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) organisent une campagne de reboisement à Tanghin Dassouri. Ce sera demain, 28 juillet 2018. Selon les organisateurs, cette activité vise à contribuer à la lutte contre la  désertification.

 Ministère de la Santé : vers une détente du climat social  

 Le vendredi 20 juillet dernier, le ministre de la Santé a rencontré les partenaires sociaux de son département, pour évoquer la mise en œuvre de la fonction publique hospitalière dont la loi avait été votée en décembre 2017 par l’Assemblée nationale. Evidemment, les partenaires sociaux ont fustigé le retard pris dans l’adoption des textes d’application de cette loi. Une chose que le Pr Méda a reconnue, tout en rassurant les uns et les autres sur la détermination du gouvernement à respecter ses engagements sur la question.

Quatre jours plus tard, le Conseil des ministres en sa séance du mardi 24 juillet 2018, adoptait les textes d’application de la fonction publique hospitalière. Il faut espérer maintenant que le climat social va se détendre pour le bien des patients burkinabè qui ont été déjà confrontés à plusieurs mouvements sociaux, cette année. Dans la foulée des textes adoptés, on ne peut oublier ceux de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique, adoptés lors du Conseil des ministres du mercredi 18 juillet 2018 et qui devrait résoudre définitivement les problèmes liés à la structure provisoire mise en place pour assumer une partie des prérogatives de l’ex-Direction générale de la Direction générale de la pharmacie, du médicament et des laboratoires (DGPML).

 Université de Ouagadougou : le sevrage tabagique aux préoccupations des membres du Club des jeunes contre le tabagisme

 Le Club des jeunes contre le tabagisme organise une formation pour ses membres et sympathisants sur le thème : « Conséquences du tabagisme : comment réussir le sevrage tabagique ». Cette formation qui aura lieu le 31 juillet prochain à l’Amphi HT de l’UFR/SDS de l’Université Ouaga 1 Pr Ki-Zerbo, sera animée par l’unité de sevrage tabagique du CHU-YO, notamment par le Pr Georges Ouédraogo.

 Commune de Imasgo : le maire Tanga Ramdé lance sa coupe

 Le maire de la commune de Imasgo, Tanga Ramdé, a lancé, le samedi 21 juillet 2018, la 1re édition de sa coupe dénommée « Coupe du maire de la commune de Imasgo » en football. Cette compétition concerne les équipes des 8 villages et quatre secteurs de cette commune située à quelque 25 kilomètres de Koudougou. En match d’ouverture, l’équipe du village de Rana est venue à bout de celle de Loungo par le score de 2 à 1. La finale aura lieu le 15 août prochain à Imasgo. Par cette activité, le maire entend mobiliser la jeunesse de sa commune autour des défis de développement.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+