57E ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE DU BURKINA : 940 personnes distinguées à Kosyam

57E ANNIVERSAIRE DE L’INDEPENDANCE DU BURKINA  :   940 personnes distinguées à Kosyam

 

 

Dans le cadre de la commémoration du 57è anniversaire de l’indépendance du Burkina le 11 décembre prochain, la Nation a été reconnaissante à l’endroit de 940 personnes qui  ont été décorées dans la soirée du 5 décembre 2017 à la présidence du Faso. En reconnaissance de leurs efforts inlassables fournis au service du pays,  les récipiendaires ont reçu les médailles de l’ordre du mérite national et de l’ordre national.

 

C’est sur la plateforme bien embellie de la présidence du Faso, pour la circonstance, que la cérémonie de décoration des 940 récipiendaires a eu lieu, sous la présidence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.  Alors que des récipiendaires ont commencé à s’y rendre depuis le coup de 13h dans la journée du 5 décembre  pour être décorés, c’est pratiquement autour de 17h que la cérémonie de décoration des 940 récipiendaires a commencé suite à l’arrivée du Président du Faso, précédée quelques minutes plus tôt de celle du Premier Ministre Paul Kaba Thiéba. La foule des grands jours qui attendait sur les lieux le début de la cérémonie, était composée des récipiendaires et de leurs accompagnants venus pour « partager des moments inédits qui arrivent une fois ou plus dans la vie des uns et pas du tout dans la vie d’autres personnes », selon les mots d’un accompagnant. Deux catégories de médailles ont été décernées aux récipiendaires du jour : 406 médailles dans l’ordre national et 534 médailles dans l’ordre du mérite burkinabè. Dans l’ordre national, on distingue 45 commandeurs, 3 grands officiers, 100 officiers et 258 chevaliers. Dans l’ordre du mérite national, les récipiendaires sont 7 commandeurs, 2 grands officiers, 67 officiers et 458 chevaliers. C’est le grand Chancelier des ordres burkinabè qui a ouvert le bal des décorations, suivi du Chef du gouvernement ainsi que des membres du gouvernement et bien d’autres personnalités.

Quelques récipiendaires témoignent

 

Checik Beldh’Or Sigué, Directeur Général des Editions « Le Pays », fait chevalier de l’ordre national

 

« C’est une marque de reconnaissance de la Nation pour tout ce que nous faisons »

«Ce qui m’anime, c’est des sentiments de joie et de fierté. Je suis reconnaissant à la Nation et à ceux grâce à qui j’ai été distingué. Je pense à tout le personnel des Editions « Le Pays », particulièrement  Le Fondateur des Editions « Le Pays ». C’est une marque de reconnaissance du pays pour tout ce que nous faisons. Et je pense que nous continuerons à faire mieux pour mériter la confiance de la Nation. Pour ceux qui n’ont pas encore été distingués, je pense qu’il faut aimer ce qu’on fait et s’y donner corps et âme. C’est de cette façon qu’on arrive à réaliser des choses intéressantes ».

Tiégo Tiemtoré, imam du CERFI, Chevalier de l’ordre national

 

« On reconnaît le mérite mais il faut encore faire plus »

« J’ai été proposé à la distinction de Chevalier par la Fédération des associations islamiques du Burkina, et c’est un sentiment de fierté, de joie et de reconnaissance pour tous ceux qui m’aident à accomplir la tâche d’éduquer la jeunesse musulmane à travers l’AEEMB, le CERFI et la communauté des musulmans. Je m’engage à faire davantage comme le dit le sens de la distinction. On reconnaît le mérite, mais il faut encore faire plus. Je remercie tous ceux  qui nous ont aidés à atteindre ce niveau et leur demande d’être  toujours à nos côtés pour d’autres victoires encore plus éclatantes ».

Saran Séré Sérémé, Médiateur du Faso

 

« Cela nous interpelle à donner toujours le meilleur de nous-mêmes pour la patrie »

« La nation reconnaît et remercie ses dignes fils et filles, et cela nous interpelle à donner toujours le meilleur de nous-mêmes, à s’engager et à se battre pour le pays. Chaque chose a son temps pour chaque personne. Je suis sûre que le mérite sera toujours reconnu. Qu’il y ait reconnaissance nationale ou pas, il faut se dire qu’on se bat pour sa patrie. Je n’avais pas eu de mérite avant celui-là et cela ne m’a pas empêchée d’être engagée pour la patrie ».

Antoine Atiou, Gouverneur des Hauts-Bassins, Commandeur de l’ordre du mérite national

 

«  C’est une invite à redoubler d’efforts pour relever toujours les défis futurs »

« Je témoigne ma reconnaissance à mes supérieurs hiérarchiques, mes collaborateurs  et à ma famille qui m’ont soutenu, me permettant d’obtenir cette distinction. Pour moi, c’est une invite à redoubler d’efforts pour relever toujours les défis futurs qui se présentent à moi dans ma carrière. Je continuerai à m’investir pour le bonheur des populations et notamment celles de la région des Hauts-Bassins ».

Hawa Traoré/Traoré, Déléguée régionale du Médiateur du Faso des Hauts-Bassins, Chevalier de l’ordre national

 

« Je me rends compte que les efforts que nous avons fournis au niveau du service, sont reconnus par les plus hautes autorités du pays »

« C’est un plaisir pour moi de recevoir cette médaille ce soir, parce que je me rends compte que les efforts que nous avons fournis au niveau du service, sont reconnus par les plus hautes autorités du pays. Je dédie cette médaille au président du Faso, à Madame le Médiateur du Faso, à tous mes collaborateurs et à ma famille. Ceux qui n’ont pas été distingués peuvent mériter la médaille, mais il faut fournir des efforts et que ces efforts soient reconnus par les autorités ».

Eric Tiemtoré, président du Conseil régional du Centre, Chevalier de l’ordre national

 

«  Avec l’accompagnement de mes collaborateurs du Conseil régional, de la population, mes amis, je pourrai justifier cette décoration et mériter une autre »

« C’est un sentiment de joie qui m’anime et je rends grâce à Dieu pour avoir été distingué parmi tant de Burkinabè au regard du mérite. C’est une invite à beaucoup plus d’ardeur au travail et je pense qu’avec l’accompagnement de mes collaborateurs du Conseil régional, de la population, mes amis, je pourrai justifier cette décoration et mériter une autre dans le futur. La décoration est un mérite, pas une réclamation et pour ceux qui n’ont pas été décorés, il suffit d’être exemplaires et de travailler ».

Yannick Laurent Bayala, Coordonnateur de Impact TV, Chevalier de l’ordre du mérite

 

« C’est le travail de la télé qui est mis en avant à travers ma modeste personne »

« C’est la 3e distinction que je reçois et elle est importante pour moi, car elle permet de mettre en avant le travail d’un homme. Plus que le travail d’un journaliste, c’est le travail collectif, je dirai le travail de toute une corporation. C’est le travail de la télé qui est mis en avant à travers ma modeste personne. C’est un appel à mieux faire pour couvrir l’actualité de la façon la plus nette, la plus complète possible, avec beaucoup de qualité. C’est un appel lancé aussi à toute l’équipe de la télé Impact TV ainsi que les petites gens qui, à travers les concours, apportent leur part contributive au rayonnement de la télé ».

Propos recueillis par Lonsani SANOGO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+