6E TRAITE D’AMITIE ET DE COOPERATION (TAC) : Le ministre Alpha Barry déroule le menu

6E TRAITE D’AMITIE ET DE COOPERATION (TAC) : Le ministre Alpha Barry déroule le menu

En prélude à l’ouverture officielle du sixième Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso qui se tient les 17 et 18 juillet prochains à Ouagadougou, le ministre burkinabè des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry, a déroulé les grands volets qui seront discutés lors de cette rencontre qui verra la participation des deux chefs d’Etat, Alassane Ouattara et Roch Marc Christian Kaboré. C’était au cours d’une conférence de presse, le jeudi 13 juillet 2017, au sein de son ministère.

« Le Burkina Faso est en train de mettre les petits plats dans les grands pour relever les défis organisationnels de ce 6e TAC et surtout pour mieux défendre ses projets », a indiqué le ministre burkinabè des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry. A cette rencontre, le Burkina Faso aura sur la table de discussions, « 24 projets d’accords qui portent, entre autres, sur le développement des infrastructures routières et ferroviaires, le renforcement du transit et du transport, la création de nouvelles structures de coopération et d’appui, l’énergie, la défense et la sécurité, la coopération universitaire, la formation, la lutte contre les mutilations génitales féminines », a mentionné le ministre Barry tout en précisant que les experts burkinabè et ivoiriens sont réunis depuis hier jeudi 13 juillet, pour étudier avec minutie les différents projets des deux pays, afin de les rendre techniquement fiables et les reverser aux ministres. Le Conseil des ministres au sommet se tiendra le mardi 18 juillet 2017, après la cérémonie solennelle d’ouverture qui connaîtra la présence du président ivoirien Alassane Ouattara qui est attendu à Ouagadougou, dans la matinée du mardi 18 juillet. Il sera devancé par son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui, lui, foulera le sol burkinabè le lundi 17 juillet et devra avoir un conseil conjoint, le même jour, avec son homologue burkinabè Paul Kaba Thiéba.

Le premier trimestre 2018 pour le début des travaux de l’autoroute Ouagadougou-Côte d’Ivoire

En donnant beaucoup plus de détails sur certains projets que la partie burkinabè va défendre lors de ce 6e TAC, le ministre Alpha Barry a parlé de la création de deux fonds dont l’un destiné aux financements de la femme et de la jeune fille et l’autre pour financer la jeunesse. Dans le secteur de la coopération universitaire, des négociations seront faites pour pouvoir augmenter le quota, actuellement de 24 étudiants par an, des Burkinabè dans des grandes écoles de formation en Côte d’Ivoire. Dans le domaine de la défense, le 6e TAC devra se pencher sur les échanges d’expériences entre les écoles militaires burkinabè et ivoirienne, notamment entre l’école militaire de Bingerville et l’Académie militaire George Namoano. Le ministre a aussi abordé la question du projet de l’autoroute Ouagadougou-Yamoussoukro pour lequel le Burkina accuse du retard par rapport à la Côte d’Ivoire. Selon lui, ce retard est dû à l’abandon du premier processus de présélection des entreprises par appel d’offres et à quelques problèmes de mobilisation des ressources pour le financement des études pour le tronçon Bobo-Dioulasso-Frontière de la Côte d’Ivoire. Sur le premier point, le gouvernement ayant décidé de reverser la question au projet Partenariat public-privé (PPP), « les travaux devraient pouvoir commencer dans le premier trimestre 2018 avec le tronçon Ouagadougou-Koudougou », a rassuré Alpha Barry. Quant au second point, les discussions seraient en cours avec l’UEMOA pour le financement des études. L’épineuse question de la rénovation du chemin de fer Abidjan-Kaya par le Groupe Bolloré, devra également s’inviter à ce TAC. Etant donné que depuis le 5e TAC, le repreneur Bolloré qui avait promis d’investir 400 millions d’euros dont 130 millions dans un premier temps, n’a toujours rien fait de concret, un an après.

Drissa TRAORE

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+