Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5587 du jeudi 17 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

AVIS ET ANNONCES
la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, lance pour le compte de ladite société, un avis a manifestation d’intérêt pour :

- Recrutement de trois consultants individuels pour l’actualisation des études
et le suivi-contrôle des travaux

PDF - 79.1 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études d’actualisation, d’adaptation, d’implantation d’infrastructures hydrauliques pastorales ;
du suivi-contrôle et de coordination des travaux dans les zones pastorales de Bagrépôle.

PDF - 91.3 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études techniques, le suivi, contrôle et la coordination des travaux de construction de trente villas économiques à Bagré au profit de Bagrépôle.

PDF - 85.6 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- D’autres annonces : cliquez ici


LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

En avoir plein les bottes : être fatigué d’avoir trop marché.

Ex. : Mesure la distance que nous avons parcourue ! J’en ai plein les bottes !

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

lundi 21 avril 2014

DISSOLUTION DU RPT AU TOGO

  Pourvu que cela serve la démocratie !
Publié le lundi 16 avril 2012

Page visitée 416 fois

En Afrique, les regroupements de partis politiques sont le plus souvent l’œuvre d’opposants. Les partis au pouvoir s’estiment suffisamment forts pour chercher à s’allier à qui que ce soit. Mais il arrive souvent que des partis au pouvoir ratissent large, se sabordent même pour donner naissance à de nouvelles formations politiques. C’est le cas du Rassemblement du peuple togolais (RPT) qui tente la même expérience et la même aventure. Ce parti, créé en 1969 et qui gère depuis lors le pouvoir dans l’ex-Suisse d’Afrique, a rendu son dernier souffle le 14 avril dernier lors de son 5e congrès extraordinaire. Il s’est sabordé pour laisser place à une nouvelle formation politique à base élargie : l’Union pour la République (UNIR). Ses rênes ont été provisoirement confiées au chef de l’Etat et président du parti défunt, Faure Gnassingbé. Après donc 43 ans, le RPT est envoyé au musée. Entre rénover le parti créé par son père et le dissoudre au risque de commettre un parricide politique, le chef de l’Etat a préféré la seconde option à moins que ce ne soit sa façon de retoquer le « quadragénaire ». Toujours est-il que c’est un acte fort de … Faure Gnassingbé dans sa volonté de rupture avec le passé, son père. « Il faut tuer le père pour mieux vivre », semble être le conseil qu’il a décidé de suivre, qui n’en a cure des nostalgiques. Du même coup, il se débarrasse d’un élément de l’héritage de son père. En succédant à son père en 2005 dans des conditions tumultueuses, le chef de l’Etat n’a pas fait qu’hériter du pouvoir d’Etat. Il a aussi hérité de l’ex-parti unique, de son appareil et de ses méthodes. Un héritage lourd à porter, vu que le RPT ne s’est pas forcément bien illustré par le passé. Comme tout parti au pouvoir bousculé dans son hégémonie et sa toute puissance par l’opposition à la faveur de l’ouverture à la démocratie, le RPT a usé de tous les moyens pour ne pas perdre le pouvoir d’Etat. Si fait que son nom est associé aux fraudes électorales, aux tripatouillages constitutionnels, à la violence, etc. Aujourd’hui, l’héritier Faure Gnassingbé veut rompre avec ce sombre passé pour entamer un nouveau départ. C’est, en tout cas, la conclusion qui peut être tirée de la création du nouveau parti. Maintenant, que faut-il en attendre en termes de plus-value pour la démocratie ? A priori, la démocratie gagne en qualité avec la fusion de partis qui, au Togo comme partout en Afrique, se ressemblent plus qu’ils ne se différencient fondamentalement. Il y a aussi la rupture annoncée avec un passé peu glorieux. Mais comme Saint Thomas, on attend de voir avant de croire. Mais d’ores et déjà, on peut penser à une civilisation des mœurs politiques marquées jusque-là par la haine, la rancune, la violence malgré la réconciliation et le rapprochement entre Faure Gnassingbé et l’opposant historique Gilchrist Olympio. Les élections législatives et municipales de cette année pourraient servir de test. On saura si la dissolution du parti au pouvoir n’a pas été un changement en trompe-l’œil. En somme, un changement de sigle pour que les habitudes et les méthodes restent en l’état.

Séni DABO

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}
Copyright Les Editions Le Pays | SPIP