ABRAHAM BADOLO, PRESIDENT DE L’ADP : « Roch Marc Christian Kaboré devrait, en principe, démissionner »

ABRAHAM BADOLO, PRESIDENT DE L’ADP    : «  Roch Marc Christian Kaboré devrait, en principe, démissionner »

 

Dans le cadre de ses activités, l’Alliance pour la défense de la patrie (ADP) a animé une conférence de presse le mercredi 28 mars 2018 au Centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) à Ouagadougou. Une occasion pour cette organisation de la société civile de donner son opinion sur la récurrence des attaques terroristes au Burkina  Faso et la réponse apportée par le pouvoir en place face à cette situation.

 

« Il s’agit, pour le président du Faso, de trouver une réponse à la question de l’insécurité ou de tirer personnellement toutes les conséquences de son incapacité à créer un environnement de sécurité idoine pour les populations », déclare Abraham Badolo, président de l’ADP. C’était lors d’une conférence de presse qu’il a animée le 28 mars dernier à Ouagadougou, au cours de laquelle son organisation a abordé la récurrence des attaques terroristes et la réponse apportée par le régime actuel. Selon cette organisation de la société civile, le seuil d’insécurité a atteint le niveau le plus inquiétant au Burkina Faso qui, relève Abraham Badolo, est marqué par une recrudescence d’attaques terroristes et d’actes de banditisme depuis le 15 janvier 2016. Et l’ADP de faire un bilan de plus de 80 attaques et plus de 133 morts. En développant les derniers faits de braquage au cours de ce mois de mars, le président de l’ADP affirme que cela est la preuve de l’inefficacité de la réponse apportée par le gouvernement Paul Kaba Thiéba à la situation généralisée d’insécurité et de terrorisme au Burkina Faso. Pour l’Alliance pour la défense de la patrie, « face à l’urgence à proposer une réponse adéquate aux questions de terrorisme et d’insécurité, les gouvernants en place se réfugient derrière la théorie du complot et de la diabolisation systématique de l’adversaire politique ».

« Il y a plus de chômeurs qu’auparavant »

 

Selon Abraham Badolo et ses camarades, l’adversaire politique et les gouvernants actuels ont cheminé ensemble, assumant des postes de responsabilités exceptionnelles au sommet de l’Etat. Et de prendre l’exemple du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré qui, déclarent-ils, a été ministre à plusieurs reprises, Premier ministre, conseiller du président du Faso, président de l’Assemblée nationale et premier responsable de l’ex-parti au pouvoir, le CDP. Ils ne comprennent donc pas qu’au détour d’un mea culpa en 2014, les responsables du MPP se dédouanent totalement des insuffisances sécuritaires criardes dont souffrent présentement le Burkina Faso. C’est face à cette situation que l’ADP demande au président du Faso de prendre ses responsabilités. C’est dans ce sens, et au lendemain de l’attaque terroriste du 2 mars 2018, que Abraham Badolo souligne qu’en principe, le ministre de la Défense, le chef d’Etat-major général des armées et le premier responsable des services de renseignement devraient déposer leur démission. Il va même au-delà en déclarant que le président Roch Marc Christian Kaboré, en vrai patriote, devrait aussi démissionner. Et pour résoudre certaines questions sur la situation nationale, il souhaite que l’actuel locataire du palais de Kosyam aille rencontrer son ancien « mentor », Blaise Compaoré, parce qu’ils se connaissent bien et qu’il n’y a pas de honte en cela. Le président de l’ADP dit n’avoir aucun problème avec le président du Faso et son gouvernement, mais plutôt avec leur gouvernance, tout en relevant que ces derniers ont promis de mieux faire alors que, souligne-t-il, « ils font pire et en deux ans, il y a plus de chômeurs qu’auparavant ».

Antoine BATTIONO

 

 

Articles similaires

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+