AFFAIRE COLLEGES HORIZON AU MALI : A-t-on seulement pensé aux intérêts des élèves ?  

AFFAIRE COLLEGES HORIZON AU MALI : A-t-on seulement pensé aux intérêts des élèves ?   

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’onde de choc de la guéguerre pour ne pas dire de la guerre d’inimitié entre le président turc, Recep Tayyip Erdogan et le richissime prédicateur Fethullah Gülen se fait ressentir sur le continent africain, et est dévastatrice par endroits. En effet, depuis le coup d’Etat qui a manqué de le renverser en mi-juillet 2016, le président turc s’est lancé dans une véritable offensive pour casser les ressorts financiers de Gülen qu’il a indexé comme étant le principal instigateur de ce bruit de bottes, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Et pour cela, le tout-puissant président de la Turquie, qui a concentré tous les pouvoirs depuis lors, fait feu de tout bois. Si du Maroc à Madagascar en passant par la Guinée, les choses sont allées comme  sur des roulettes, au Mali, l’atteinte aux intérêts de l’ennemi juré d’Erdogan fait grand bruit. La décision du gouvernement malien d’accéder à la requête d’Ankara de passer sous la tutelle de la fondation turque Maarif, les établissements ‘’Collèges Horizon’’ appartenant au réseau de l’illustre prédicateur, est controversée. Et ce qui pouvait être considéré, au départ, comme des arrangements diplomatiques entre Bamako et Ankara, est train de basculer vers une crise sociopolitique entre Maliens. En ce sens que des députés fustigent cette décision et les parents d’élèves menacent de la dénoncer en descendant dans la rue.

Ce qui semble le plus agacer les Maliens, c’est la question de l’éducation de leurs enfants.

Si en mi-septembre dernier, le ministre de l’Education  nationale, Mohammed Ag Erlaf a été interpellé avec une question orale à l’hémicycle, c’est avec beaucoup de peine qu’il a tenté de justifier le choix du gouvernement malien de se plier aux exigences de l’homme fort de la Turquie qui est résolu, pour sa part, à avoir le scalp de Gülen. Mais ce qui semble le plus agacer les Maliens dans cette guéguerre entre ces deux frères ennemis turcs, c’est la question de l’éducation de leurs enfants. Quand on sait que les ‘’écoles Horizon’’ qui passent désormais sous l’appellation des ‘’écoles Maarif’’, sont considérées comme les plus réputées du Mali et fréquentées par 3200 élèves, l’on se demande si les parents ne sont pas simplement otages d’une situation turco-turque que l’Etat malien a du mal à gérer, ou du moins est en train de gérer sans trop se soucier des intérêts des élèves. En effet, même si le pouvoir malien, pour certaines considérations diplomatiques, a décidé de prendre fait et cause pour Ergodan, sa façon d’accompagner les autorités turques à retirer les écoles de Gülen est d’une parfaite inélégance, en ce qu’il nous a été donné de voir le samedi 30 septembre dernier où les huissiers sont allés changer manu militari les serrures de trois de ces établissements.

D.T

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+