AFFAIRE DE DON DE VIVRES A L’ARRONDISSEMENT 11 « Des manœuvres politiciennes en défaveur des populations », selon le maire Ibrahim Maré

AFFAIRE DE DON DE VIVRES A L’ARRONDISSEMENT 11  « Des manœuvres politiciennes en défaveur des populations », selon le maire Ibrahim Maré

 

L’affaire du don de vivres du ministère de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille et destiné à des personnes vulnérables, continue de faire du bruit dans l’arrondissement 11 de Ouagadougou. C’est dans ce cadre que le maire dudit arrondissement, Ibrahim Maré, a animé une conférence de presse le lundi 23 avril 2018, au sein de la mairie dudit arrondissement.

« Le ministère de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille parle d’un « incident clos ». Nous, nous parlons plutôt de manœuvres politiciennes en défaveur des habitants de l’arrondissement 11 ». Ce sont les premières phrases de Ibrahim Maré, maire de l’arrondissement 11, qui était face à la presse le 23 avril dernier. Au menu, il était question pour lui d’échanger avec les Hommes de médias sur cette affaire de don de vivres déposés à la mairie de son arrondissement pour les personnes vulnérables et ramenés ensuite, dit-il, vers d’autres destinations. Selon le maire Ibrahim Maré, l’affaire est claire puisque les vivres étaient destinés à son arrondissement et il prend à témoin la date de livraison, le mercredi 11 avril 2018. C’est ce jour, affirme-t-il, que tout a commencé avec un camion du Conseil national de secours d’urgence (CONASUR) qui y est arrivé avec 27 tonnes de vivres. Et le maire de faire savoir à la presse que ceux qui ont convoyé le don, ont indiqué qu’il s’agissait d’un soutien du CONASUR aux personnes vulnérables de son arrondissement. Mieux, souligne-t-il, « ils nous ont fait signer un bordereau de livraison sur lequel les destinataires sont clairement désignés, puis les vivres ont été stockés dans les locaux de la mairie ». Dans la logique de la mairie, il fallait, par la suite, procéder à la distribution des vivres aux personnes indiquées et rendez-vous leur avait été donné le lundi 16 avril, nous apprend Ibrahim Maré qui confie qu’entre-temps, ceux qui avaient livré les vivres sont revenus le 13 avril pour les reprendre, déclarant qu’il y avait une erreur sur le destinataire. Pour mieux comprendre ce qui se passait, le maire et ses collaborateurs disent qu’ils se sont rabattus sur le CONASUR et c’est le 17 avril qu’ils ont eu des explications avec la direction régionale du ministère de la Femme. Malgré leur tentative de faire comprendre à cette direction régionale que les personnes nécessiteuses étaient déjà convoquées pour bénéficier des vivres, le maire relève que le ministre de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille les a sommés, le 18 avril par voie d’huissier, de remettre les vivres. Ils ont dû s’exécuter afin, selon le maire Ibrahim Maré, de ne pas être mêlés à « une rocambolesque histoire de détournement de vivres ». Le maire Ibrahim Maré est catégorique que cette affaire cache en réalité « des manœuvres politiciennes ourdies par le ministre Laurence Marchall Ilboudo ». Et pour argumenter ses propos, le maire fait savoir que le ministre, ayant appris que les vivres devaient être distribués par une mairie gérée par l’opposition, a vu une opportunité politique à saisir en usant de ses pouvoirs pour récupérer les vivres et les distribuer à des personnes autres que celles recensées par la mairie. Le maire de l’arrondissement 11 va plus loin en affirmant que le ministre de la Femme, de la solidarité nationale et de la famille disposerait d’une liste parallèle de personnes vulnérables de l’arrondissement 11. Ajoutant qu’ainsi, elle pourrait faire distribuer les vivres aux militants du MPP. C’est dans ce sens que le maire Ibrahim Maré dénonce « la légèreté avec laquelle cette affaire a été traitée, l’utilisation de l’appareil administratif à des fins partisanes, l’utilisation des biens publics à des fins politiciennes ». Et de saisir l’occasion pour lancer un appel aux personnes physiques et morales sensibles aux souffrances des populations qui subissent la faim, de laisser parler leur cœur à travers des dons en vivres.

Antoine BATTIONO

 

Articles similaires

1 Commentaire

  1. bod

    Depuis l’arrivée de la nouvelle ministre à la tête du Ministère en charge de la solidarité nationale, il comme un trop grand « zèle » : on publie tout ce qui se fait sur internet, on visite telle structure….sans véritablement penser au coût de tous ces déplacements non budgétisés .On y va trop fort dans un contexte de réduction du train de vie de l’Etat. Octroyer des vivres à un arrondissement, les retirer par la suite de manière pathétique et humiliante n’est point à l’honneur du Gouvernement !
    Un tel excès de zèle ne facilite point les choses pour le MPP. Des personnes vulnérables, qui ont apprêté leurs sacs pour venir chercher des vivres et qui sont tournées en bourrique? Quelle image ! Certes elles sont pauvres. Mais dignes. Le domaine de l’humanitaire ne s’accommode point avec la politique politicienne. Et Mme le Ministre doit le savoir ! Si le Premier Ministre ne recadre pas au plus vite cette Ministre qui manque visiblement d’expérience, son action risque d’amaigrir le bilan du Gouvernement. Hélas !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+