Header

AFFAIRE JUGEMENT DES KOGLWEOGO A KOUPELA : Les Koglwéogo du Kourittenga réagissent

AFFAIRE JUGEMENT DES KOGLWEOGO A KOUPELA : Les Koglwéogo du Kourittenga réagissent

Suite au jugement avorté sur l’affaire Kogwéogo au Palais de justice de Koupéla  le 7 mars dernier, les Koglwéogo du Kourittenga ont rencontré la presse le mercredi 15 mars 2017, pour expliquer leur comportement et réaffirmer leur détermination à traquer toujours le voleur où qu’il se trouvera. C’était à leur siège de Yargo à Pouytenga.

  C’est dans un climat de découragement que les responsables Koglwégo du Kourittenga se sont exprimés face à la presse à leur siège de Yargo à Pouytenga. Prenant premièrement la parole, Saidou Bikienga, Secrétaire général national du Koglwéogo, a tout d’abord remercié et félicité tous ceux qui luttent nuit et jour pour qu’il y ait la justice, la sécurité et la paix pour tous au pays des Hommes intègres. Retraçant le jugement avorté de ses camarades à Koupéla et le pourquoi de leur comportement lors de l’audience du 7 mars passé, M. Bikienga, explique : « La vérité est unique et elle ne pourrit jamais. Ce que nous demandons est que la justice soit toujours équitable pour tous. Nos camarades de Yargo ont été convoqués maintes fois à la gendarmerie de Pouytenga et jusqu’au tribunal à Koupéla. Mais à chaque fois, le voleur plaignant n’est jamais présent. Nul n’est au-dessus de la loi dit-on, mais comme il peut se déplacer, il serait bon qu’il soit aussi présent à l’audience devant tout le monde. Les Koglwéogo n’ont jamais été contre la loi ou l’expression de la vérité. C’est pourquoi ils répondent toujours présent aux convocations. Ce jugement concerne les Koglwéogo des 9 communes que compte le Kourittenga, pour ne pas dire les Koglwéogo des 45 provinces ou tout simplement les 6 000 villages adhérés à la cause Koglwéogo à travers le pays. Aujourd’hui, on a l’impression que le voleur a plus de valeur que le propriétaire de la chose volée. Aujourd’hui, nous constatons que certains policiers et gendarmes endurcissent les relations entre le gouvernement et les Koglwéogo pour n’est pas dire que certains attisent le feu en quelque sorte. Pour le cas présent, on affirme que nous avons accusé le voleur qui n’a pourtant pas volé. C’est la goutte d’eau qui a débordé le vase. Les Koglwéogo ne pouvaient pas comprendre cela. Car les objets retirés avec le voleur en question sont toujours à la gendarmerie de Pouytenga : ce sont des plaques solaires,  une télé, des portables, des batteries et 2 sacs et demie de graines d’arachides. J’ai calmé mes camarades qui menaçaient de sortir pour manifester leur mécontentement, car ce sont tous les Koglwéogo du Kourittenga qui ont frappé Salam, le voleur. Par rapport aux pratiques des Koglwéogo qui sont en porte-à-faux avec la loi, nous avions demandé au ministre de tutelle de nos accompagner à faire des tournées de sensibilisation à travers le pays, mais on ne nous a pas écoutés ; donc à quelque part, il est en partie responsable de ce qui nous arrive. Nous avons nos camarades emprisonnés à Fada, Boromo, Djibo,  Manga, Tenkodogo et Ziniaré. Nous demandons aux autorités de revoir les manières en ces genres de situations. En tout cas, tant que notre voleur sera toujours absent au tribunal, il sera compliqué que les Koglwéogo comprennent». Le Yarg-Naaba de Pouytenga ajoutera : « Les parents du plaignant étaient venus me faire savoir que la plainte avait été retirée et qu’ils sont conscients que leur fils est un voleur. Ils m’ont dit également qu’ils l’ont soigné grâce aux considérations familiales. J’ai dit au procureur que nous luttons tous contre le vol. J’en ai été victime le 10 janvier 2015 et j’ai perdu beaucoup de millions. Nous aimons la loi, nous la respectons, mais que les voleurs ne nous volent pas, sinon dorénavant nous allons les tuer tout simplement ». Boukaré Koudougou, celui-là même qui a mis la main sur le voleur en question et le propriétaire des deux sacs et demi de graines d’arachides, a renchéri qu’il ne sera jamais tendre avec un voleur. Le jugement projeté par le tribunal pour le 28 mars prochain, aura-t-il lieu ? Affaire a suivre .

PAR SIDPASOLGDE

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+