Header

AFRICA WATER FORUM 2014 : Ouagadougou s’active pour le forum mondial de l’eau

AFRICA WATER FORUM 2014 : Ouagadougou s’active pour le forum mondial de l’eau

La conférence internationale Africa water forum se tiendra à Ouagadougou du 12 au 14 juin 2014 en vue de préparer le 7e forum mondial de l’eau en avril 2015 à Daegu en Corée du Sud. C’est en prélude à cette rencontre de Ouagadougou que l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2IE) a rencontré la presse le mardi 29 avril 2014 dans ses locaux.

« Comment permettre un accès à l’eau potable et un service d’assainissement décent pour tous en Afrique ? » C’est sous ce thème que se tiendra, du 12 au 14 juin prochain, à Ouagadougou, la conférence internationale Africa water forum. Une rencontre organisée par l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2IE) et le gouvernement du Burkina, en partenariat avec le Conseil des ministres africains de l’Eau et le Conseil mondial de l’eau. C’est pour en parler que les premiers responsables des 2IE, assistés de partenaires, ont échangé avec les hommes de médias, le 29 avril dernier, à Ouagadougou. Ce forum va préparer le 7e forum mondial de l’eau prévu du 12 au 17 avril 2015 à Daegu en Corée du Sud où ce n’est pas évident, selon le directeur général des 2IE, Pr Amadou Hama Maïga, que tous les pays y soient. Et pourtant, relève-t-il, les problèmes qui vont y être discutés concernent essentiellement les pays africains. Ouagadougou sera donc une opportunité pour les acteurs concernés de pouvoir débattre des thématiques du forum mondial de l’eau et de faire en sorte que ceux qui seront en Corée du Sud puissent parler au nom du continent. Ainsi, les participants au forum de Ouagadougou vont débattre de l’ensemble des questions prévues au forum de Daegu et les analyser sous l’angle africain, avec ses réalités, sa conception, les évaluer par rapport à la situation actuelle en ce qui concerne l’accès à l’eau et à l’assainissement et l’utilisation des ressources. Ils feront aussi des propositions à partir de leurs expériences qu’ils partageront avec les autres partenaires en Corée du Sud.

La disponibilité en eau et sa maîtrise constituent, pour le continent africain, un facteur déterminant de développement humain et de croissance économique face à une croissance démographique rapide associée à une urbanisation galopante ainsi que des perturbations climatiques en hausse. C’est dans ce sens que le forum de Ouagadougou a son importance puisqu’il va permettre à l’Afrique de pouvoir harmoniser les différents points et de parler d’une même voix en Corée du Sud. Abdeslam Ziyad, chef de division planification et gestion de l’eau au ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement du Royaume du Maroc, a souligné que le grand défi pour l’Afrique, c’est le problème du financement. C’est la raison pour laquelle, fait-il savoir, les Africains doivent travailler ensemble pour développer un partenariat Sud-Sud, tout en continuant à travailler avec les partenaires du Nord. En allant à ce forum, le Burkina va poser ses problèmes, a fait savoir Clarisse Traoré du ministère de l’Eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement, tout en soulignant qu’en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement, le Burkina n’a pas atteint les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Pour le chef de file pour le segment collectivités locales et société civile, Jean Bosco Bazié, directeur général de Eau vive, c’est de voir comment la société civile peut contribuer et entrer dans un processus de dialogue autour de la gestion des conflits en faisant le lien avec le niveau africain et international au regard de l’expérience de Eau vive. Notons que le forum de Ouagadougou a reçu le soutien de l’UEMOA, de la coopération japonaise, de la coopération suisse, de l’USAID et de l’IUCN.

Antoine BATTIONO

Articles similaires

3 Commentaires

  1. sovaldimeh

    Sovaldi® (sofosbuvir)
    Important Safety Information What is the most important information I should know about Generic Sovaldi? SOVALDI combination therapy with ribavirin or peginterferon alfa and ribavirin can cause birth defects or death of your unborn baby. If you or your sexual partner is pregnant or plans to become pregnant, do not take these medicines. You and your sexual partner must use 2 effective forms of birth control and should not become pregnant while being treated with SOVALDI combination therapy and for 6 months after your treatment is over. Talk to your doctor about forms of birth control. If you or your partner can become pregnant you must have a pregnancy test before starting treatment with SOVALDI combination therapy, every month while being treated, and for 6 months after your treatment ends. Tell your healthcare provider right away if a pregnancy occurs while taking or within 6 months after you stop taking SOVALDI combination therapy. You or your healthcare provider should contact the Ribavirin Pregnancy Registry. If you are also infected with HIV and taking medicines to treat your HIV infection, an Antiretroviral Pregnancy Registry is also available. For contact information, please see full Prescribing Information. You should not take SOVALDI alone. SOVALDI should be used together with ribavirin or in combination with peginterferon alfa and ribavirin to treat chronic hepatitis C infection. More Important Safety Information.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+