Header

AMENAGEMENT DE VOIES A REO : « C’est ce genre d’actions communautaires dont nous avons besoin » dixit Dr Louis Bazémo

AMENAGEMENT DE VOIES A REO : « C’est ce genre d’actions communautaires dont  nous avons besoin » dixit Dr Louis Bazémo

 Pour la troisième fois consécutive, l’association « Cili n zè » a posé une œuvre utile  dans la  province  du Sanguié, en  mobilisant les jeunes et les femmes pour le  remblaiement des voies  reliant  leur localité  à la ville de Réo. C’était le dimanche  14 août 2016,  sous la supervision  des autorités locales  et la présidente  de  l’association, Marie Jeanne Ki.

 

Comme l’indique le nom de l’association en langue liélé « Cili n zè » signifie en français «prend appui, lève-toi pour ton autopromotion ».  Marie Jeanne  Ki,   par le biais de cette association,   veut encourager  ses sœurs et frères  du Sanguié à compter sur eux-mêmes d’abord  pour un développement local. Pour ce faire, reconnaissant que chaque citoyen doit jouer sa partition  à la base pour éviter de déposer tout le poids sur les épaules de l’Etat, cette association travaille à fédérer les énergies   des jeunes et des femmes pour résoudre  le problème de la dégradation des voies dans cette partie du Burkina. Ainsi, après Zoula en 2015, cette opération de remblaiement des voies  a touché plusieurs localités, à savoir, Bechalbia, Bonyolo, Bongnè,  Kyon, Ekoulkoala,  Zoula et les secteurs 4 et 5 de Réo. Reconnaissant  l’utilité de ces différentes voies pour rejoindre le chef-lieu, les jeunes et femmes de chaque localité se sont mobilisés  pour la réussite de l’opération.  Et sur chaque site, une répartition des tâches  dans une bonne ambiance,  démontrait  la joie et l’engagement de ces acteurs du développement. Il y avait ceux qui déterraient les cailloux, ceux qui ramassaient   et ceux qui remblayaient les nids-de-poule provoqués sur la voie par l’érosion, aggravée  par  la population elle-même qui se donne au ramassage du sable sur les routes.   Et sur tous les sites,  la présidente  a d’abord salué la mobilisation  des uns et des autres  et la qualité du travail  abattu. Pour elle,  une telle activité  permet déjà à la population   de ne pas tout attendre de l’administration,  tout en faisant ce qu’elle peut  avec les moyens du bord. Outre cela,  Mme Ki a demandé à chacun  d’adopter un comportement citoyen, car la grande partie de la dégradation de nos voies,  est-elle convaincue, est due à l’action de l’homme. «Il faut vous organiser dans les différents villages, de sorte que si vous voyez une personne qui ramasse le sable sur la route, vous retiriez sa charrette. Vous la gardez pendant tout l’hivernage et vous l’amendez », a-t-elle dit aux travailleurs du jour. Quant aux autorités locales, à savoir le Directeur provincial des infrastructures du Sanguié,  Dramane Nabaloum,  le maire de la commune de Réo,  Dr Louis Bazémo, et le haut- commissaire  du Sanguié,  Anastasie Sawadogo, ils ont tous rendu  visite   aux jeunes du site du secteur n°5. Une forme de soutien qui marque leur disponibilité à accompagner toute action de développement. «C’est ce genre d’actions communautaires  dont nous avons besoin dans notre commune»,  a reconnu  le bourgmestre  qui, tout comme le haut-commissaire, a demandé aux autres  associations d’emboîter  le pas de  « Cili n zè »  pour plus d’actions communautaires  de développement.

 

Modeste BATIONO

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+