AN I DE TRUMP SUR FOND DE DEREGLEMENT DU MONDE : A quoi faut-il encore s’attendre ?

AN I DE TRUMP SUR FOND DE DEREGLEMENT DU MONDE : A quoi faut-il encore s’attendre ?

Le 20 janvier 2017, Donald Trump devenait le 45e président des Etats-Unis.  Cela fait donc un an qu’il préside aux destinées de ce pays, en essayant de mettre en œuvre son slogan de campagne « America first » censé remettre l’Amérique au cœur des préoccupations des gouvernants. Une sorte de repli sur soi aux allures de protectionnisme et quelque peu empreint de manque de solidarité voire de manque d’altruisme. Mais en un an de pouvoir, ce magnat de l’immobilier devenu président de la nation la plus puissante au monde, est en passe de dérégler le monde si ce n’est déjà fait, avec des prises de position qui dépassent parfois l’entendement et des sorties pour le moins malheureuses.

Chaque sortie ou presque, a eu droit à ses clameurs

En tout cas, au cours des douze derniers mois, le nouveau locataire de la Maison blanche aura marqué les esprits et les consciences aussi bien à l’intérieur de son pays qu’au-delà, notamment en Afrique où il ne compte pas de nombreux admirateurs, après avoir récemment traité leurs nations de « pays de merde ».  Ainsi, si au plan domestique, le détricotage de l’action de son prédécesseur Barack Obama paraît une obsession pour Trump, sur le plan international, ses actes et certaines prises de position sont en passe de mettre à mal la paix et l’équilibre du monde. Sont de celles-là, sa volonté affichée et provocatrice de construire un mur de séparation entre son pays et son voisin mexicain, et sa décision unilatérale de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël au détriment de la Palestine, au moment où de nombreux pays se montraient favorables à une solution à deux Etats. Cela, sans se gêner le moins du monde de bloquer une partie de l’aide aux réfugiés palestiniens. Il y a aussi le retrait de son pays de l’Accord de Paris sur le climat, qui va immanquablement avoir un impact sur des pays dont l’écologie est déjà fragilisée et qui se situent pour la plupart en Afrique. Sans oublier le séisme de la guéguerre avec la Corée du Nord dont les répliques se font ressentir jusque sur le continent noir. Et l’Afrique, en particulier, a beaucoup à pâtir de la réduction drastique de l’aide extérieure des Etats-Unis, dans de nombreux domaines dont celui de la lutte contre le Sida. L’on n’oubliera pas non plus son décret anti-migratoire qui frappe de nombreux pays dans le monde, et qui est venu briser le rêve américain de nombreux Africains. De même que ses déclarations racistes, même s’il s’en défend, qui ont même valu une réaction de l’Union africaine. Bref ! Avec Trump, il n’est point exagéré de dire que l’année écoulée a été une année chaotique, caractérisée par des sorties malheureuses et des propos outrageants quand ils n’étaient pas tout simplement belliqueux. Ainsi, chaque sortie ou presque, a eu droit à ses clameurs. C’est pourquoi l’on peut se demander à quoi il faut encore s’attendre avec Trump, d’ici à la fin de son mandat. Dans quel état laissera-t-il le monde, quand on sait qu’il se vante d’avoir à portée de main, le plus gros bouton nucléaire de la planète, alors que la question de sa santé mentale a fait l’objet d’une sortie médiatique de son médecin pour tenter de rassurer l’opinion ? Pour sûr, avec ce monsieur, le monde n’a jamais autant vécu dans la peur depuis la fin de la 2e Guerre mondiale, ni été aussi près de la catastrophe. Mais pour combien de temps ? Dieu seul sait ce que réserve l’avenir.

L’on se demande quelquefois si Trump avait un véritable projet pour l’Amérique

Heureusement d’ailleurs que nous sommes aux Etats-Unis, l’une des plus grandes démocraties au monde, où tout milliardaire et président qu’il est, Donald Trump ne peut pas faire tout ce qu’il veut à sa guise. En témoignent les nombreux revers subis sur des réformes qui lui tenaient à cœur dont l’abrogation de « l’Obamacare » et même son décret anti-migratoire qui n’est pas passé comme lettre à la poste. En tout état de cause, un an après son accession au pouvoir, Donald Trump qui avait déjà créé la surprise en remportant la présidentielle américaine devant une Hillary Clinton ultra favorite, a marqué le monde. En tout cas, il ne laisse personne indifférent, aussi bien par ses pitreries, ses propos désobligeants que par certaines de ses prises de position. L’on peut même dire qu’il a marqué de son empreinte la marche du monde. Reste maintenant à savoir si c’est dans le sens positif ou négatif.  En tout cas, tout porte à croire que cela n’a pas forcément augmenté sa cote de popularité et d’estime auprès de nombreuses populations. Ce n’est pas Kim Jong-un, le jeune président nord-coréen, qui dira le contraire. Encore moins tous ces Africains qui se sont sentis blessés de se voir traités de merdeux emmerdeurs par le président américain. Ou encore ces musulmans envers qui il a montré toute son aversion en promettant de leur fermer les portes de l’Amérique. Trump changera-t-il son fusil d’épaule pour la suite de son mandat ? Rien n’est moins sûr. Car, en accédant à la présidence des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump a certainement réalisé un rêve. Mais à la lumière de sa conduite des affaires de l’Etat, l’on se demande quelquefois si, au-delà du rêve d’être un jour le président des Etats-Unis, il avait un véritable projet pour l’Amérique. L’histoire le dira.

« Le Pays »

Articles similaires

2 Commentaires

  1. GOUNABOU

    Donald Trump n’est pas quelqu’un sur qui l’Afrique peut compter d’ici là fin de son mandat. Même pas totalement les USA. En effet, croyant pouvoir gagner une côte de popularité par ses sorties médiatiques ridicules, Trump est en passe de devenir, si ce n’est déjà fait l’ennemi de toutes les couches: musulmans, Africains, migrants…
    Qu’il change vite de stratégie pour ne pas faire un mandat vide au sommet du plus grand pays du monde.

    Reply
    1. AJS

      Si Trump se compte ainsi on se pose trois doutes essentiels : soit il aurait vecu un traumatisme qui rend son moral très bas, soit un mal élevé , un delinquant d’esprit.En tout cas il a des idéologies noires.Raciste de coeur et d’esprit il est pourri dans son langage et enragé dans son idéologie.il ne veux compter personne et le noir le vexe aux racines.

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+