AN I DU DECES DE SALIFOU DIALLO : Dépôt de gerbes sur la tombe de l’illustre disparu

AN I DU DECES DE SALIFOU DIALLO  :   Dépôt de gerbes sur la tombe de l’illustre disparu

 

 

19 août 2017-19 août 2018 ! Voilà un an que Salifou Diallo repose à jamais dans son Yatenga natal. Ce dimanche 19 août 2018, le gouvernement, conduit par le Premier ministre, Paul Kaba Thièba, et les élus de la Nation, conduits par le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, se sont recueillis sur la tombe de l’illustre disparu à son domicile au secteur n°10 de Ouahigouya.

 

Des activités marquant le 1er anniversaire de la disparition de Salifou Diallo,  le recueillement sur sa tombe restera à jamais dans les esprits de ses enfants et de la population du secteur 10 de Ouahigouya. Le 25 août 2017, le Président du Faso et son gouvernement, le vice-président de l’Assemblée nationale et tout le corps législatif, les délégations internationales, accompagnaient Salifou Diallo à sa dernière demeure pour le repos éternel.  Ce 19 août 2018, c’est encore un public hétérogène de diverses confessions religieuses et de différents partis politiques, venu aussi bien de l’intérieur du pays que de l’étranger, qui a déposé des gerbes de fleurs sur la tombe de feu Salifou Diallo. Pour le représentant de la délégation nigérienne, Ali Mabrouk, Salifou Diallo est aussi leur fils. « J’ai travaillé aux côtés de feu Salifou Diallo durant les cinq dernières années qu’il a été au Niger. Nous sommes venus à ce douloureux anniversaire pour montrer que nous sommes de tout temps avec sa famille. Nous, nous considérons Salifou comme un Nigérien. Il est une légende pour nous. Il a toujours lutté pour la cause africaine et on ne saurait écrire aujourd’hui l’histoire du Burkina sans lui. Il est à la fois un père, un frère, un confident ». Mais les propos du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, auront marqué plus d’un : « Vous tous qui avez connu Salif, vous tous qui avez aimé Salif, c’est bien d’être là pour cette union de prière. Seulement, il ne faut pas venir uniquement au moment des doua. Salif a laissé une veuve et des orphelins. Vous qui avez les moyens, pensez à eux. Une veuve reste une veuve, un orphelin reste un orphelin ».  Pour les militants du MPP, la plaie causée par le départ de Salifou Diallo reste béante. C’est, du reste, le point de vue de Abdoulaye Moossé. « Il y eut des moments où nous voulions nous arrêter, mais il nous a encouragés à continuer. Une année donc après le départ de Salifou Diallo, le regret est toujours vivace. Mais quand on est croyant, il faut s’en remettre à Dieu. », a indiqué le député. Mais pour s’en remettre à Dieu, il faut passer par la prière. Et c’est pourquoi le gouvernement était là pour prier avec la famille, selon le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Alpha Barry : « Nous sommes là pour prier pour le repos de son âme et pour le réconfort de sa famille. Et nous prions aussi pour que tous ses rêves qu’il avait pour le Burkina Faso puissent se réaliser afin que son engagement de départ porte des fruits.».  Toute la communauté musulmane s’est fortement mobilisée pour les prières conduites principalement, de bout en bout, par le Cheik Issouf Ouédraogo de Yanganè, le cheik Adama Aorèma Ouédraogo, le cheik Moctar Maïga de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina.

Patercim BAKOU

(Correspondant)

 

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+