ASSISES NATIONALES DE LA COOPERATION DECENTRALISEE : Booster le partenariat Sud- Nord

ASSISES NATIONALES DE LA COOPERATION DECENTRALISEE :  Booster le partenariat Sud- Nord

 

Les premières assises nationales de la coopération décentralisée se tiendront du 5 au 7 octobre 2017 à Ouagadougou, sous le thème : « Coopération décentralisée et autonomisation des collectivités territoriales ».  Pour en parler, le ministre de l’Administration territoriale  et de la décentralisation, Siméon Sawadogo, le président du comité d’organisation, Alfred Gouba, et le président du Conseil régional du Centre, Eric K. Tiemtoré par ailleurs président de l’Association des régions du Burkina Faso (ARBF), étaient face à la presse hier, 28 septembre 2017.  On retient de cette conférence de presse qui s’est tenue dans la salle de délibération de la mairie centrale de Ouagadougou, que les préparatifs de ce grand rendez-vous d’échanges entre les collectivités du Burkina et leurs partenaires du Sud ainsi que ceux du Nord, vont bon train.

Les assises nationales de la coopération décentralisée (ANCD) permettront au nouveaux élus locaux de rencontrer leurs partenaires, pour certains, ou de nouer de nouveaux partenariats, pour d’autres. D’un budget de plus de 200 millions de F CFA, elles sont organisées en partenariat avec les faîtières des collectivités que sont l’Association des régions du Burkina (l‘ARBF) et l’Association des municipalités du Burkina Faso (AMBF), selon le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Siméon Sawadogo. A l’en croire, ce grand rendez-vous des collectivités auquel 1 000 participants sont attendus, sera riche en communications sur des thèmes pertinents tels que : « Les stratégies de mobilisation des ressources financières des collectivités territoriales : les cas d’expériences réussies », « quelle contribution de la coopération décentralisée au renforcement des capacités de maître d’ouvrage des acteurs locaux ?».  Il est également prévu des travaux de haut niveau dont les cérémonies d’ouverture et de clôture qui seront présidées respectivement par le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, le 5 octobre, et par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le 6 octobre à la salle des Banquets de Ouaga 2000. A l’occasion, ce dernier échangera avec les acteurs de la coopération décentralisée du Burkina et d’ailleurs. Il faut noter qu’en marge des travaux, il est prévu l’organisation du village de la coopération décentralisée qui est un espace dédié aux expositions des collectivités et des rencontres B to B. Une soirée culturelle est également au programme des activités. Pour ce faire, des stands sont prévus dont le coût de location unitaire varie entre 150 000 et 1 000 000 de F CFA, a confié le président du comité d’organisation, Alfred Gouba. Ces assises nationales de la coopération décentralisée qui réuniront les acteurs des collectivités burkinabè et leurs partenaires  du Sud, ainsi que ceux du Nord sont placées sous le thème : « Coopération décentralisée et autonomisation des collectivités territoriales ». Le choix de ce thème, a expliqué le ministre Siméon Sawadogo, entre parfaitement en droite ligne des objectifs du Plan national de développement économique et social (PNDES) et surtout avec les orientations des nouveaux référentiels de la décentralisation, en ce qu’il s’agit notamment du rôle de la coopération décentralisée dans l’accompagnement  des collectivités territoriales pour un développement local. Selon le ministre Sawadogo, la coopération décentralisée est pour les collectivités territoriales une opportunité de partage d’expériences, de renforcement des capacités, de mobilisation des ressources et de mutualisation des moyens afin d’améliorer la gouvernance locale et offrir aux populations des services publics locaux de qualité.  Il fait comprendre que les collectivités burkinabè entretiennent de nombreux liens de coopération décentralisée avec les collectivités du Nord et celles du Sud. Une coopération qui se caractérise, a-t-il indiqué, par la diversité des acteurs mobilisés et par la richesse des échanges avec des réalisations concrètes sur le terrain, en termes d’infrastructures et d’équipements tels que des écoles, collèges, lycées, dispensaires, forages, maisons de jeunes, médicaments, etc. De l’avis du ministre, il existe 371 cas de coopération dont 152 cas avec la France.

Les contributions de quelques partenaires

Répondant à une question relative au budget des assises, le président du comité d’organisation, Alfred Gouba, dira qu’en plus de l’Etat qui a disponibilisé 80 millions de F CFA, de nombreux partenaires ont contribué dont l’ambassade de France au Burkina avec 58 millions de F CFA, la Coopération suisse avec 62 millions de F CFA, l’Association internationale des maires francophones avec plus de 20 millions de F CFA, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso avec 3 millions de F CFA et la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) avec plus de 800 000 F CFA. Même si à la date du 28 septembre 2017, le budget n’est pas totalement bouclé, car il manque encore 4 millions de F CFA, le ministre Siméon Sawadogo a tenu à remercier  l’ensemble des partenaires qui les accompagnent dans l’organisation de ces assises qui sont, a-t-il confié, les premières du genre au Burkina. Car, celles que le pays a déjà organisées jusque là, n’étaient que des assises bilatérales, a-t-il révélé.

700 participants déjà inscrits

Selon le président du comité d’organisation, Alfred Gouba, et le président de l’ARBF, Eric K. Tiemtoré, en plus des maires et des présidents des conseils régionaux, 700 personnes se sont déjà inscrites sur la plate-forme mise en place à cet effet dont plus de 150 participants de la France.

Dabadi ZOUMBARA

 

Liste de quelques pays attendus

« France, Belgique, Italie, Sénégal, Niger, Ghana, Mali, Tunisie, Cameroun, Bénin, Maroc ».   

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+