ATTAQUE TERRORISTE A BOURZANGA : Simon Compaoré remonte le moral des populations

ATTAQUE TERRORISTE A BOURZANGA    : Simon Compaoré remonte le moral des populations

 

 

Une délégation gouvernementale conduite par le ministre de la Sécurité, ministre d’Etat, Simon Compaoré, a bouclé sa tournée  à Bourzanga le mardi 14 novembre dernier. C’est une population fortement mobilisée qui l’a accueillie dans ladite localité. Cette rencontre avec la population tenue à la mairie de la commune de Bourzanga visait à lui témoigner le soutien du gouvernement face à l’attaque perpétrée le lundi 6 novembre contre la Brigade territoriale de la Gendarmerie, mais surtout à  rassurer la population sur les mesures sécuritaires entreprises.

 

Depuis le lundi 13 novembre 2017, le ministre d’Etat, ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, et le ministre de l’Education nationale et de de l’alphabétisation, Jean Martin Coulibaly, ont entrepris une tournée dans les zones de la province de Soum qui ont été affectées par le terrorisme. Après Baraboulé, Diguel, Tongomael, Mentao, la délégation gouvernementale a bouclé sa tournée à Bourzanga. En effet, la commune de Bourzanga est une commune de la province du Bam qui fait frontière avec la province de Soum. Victime de multiples menaces terroristes en mars 2017, la commune de Bourzanga a enregistré une attaque qui a ciblé la Brigade de Gendarmerie et ce, durant la nuit du lundi 6 au mardi 7 novembre dernier. Heureusement, il n’y a eu ni de blessé ni de perte en vie humaine, mais seulement des objets incendiés et deux motos emportées. C’est donc à cette occasion que les ministres Simon Compaoré et son collègue Siméon Sawadogo, les députés de la région, le gouverneur Nandy Somé/Diallo et les chefs des services de la région sont venus non seulement témoigner leur soutien à la population, mais aussi leur apporter le réconfort et l’assurance quant à leur sécurité. «L’évènement qui s’est produit à Bourzanga ici nous prions Dieu qu’il ne se reproduise plus. Et j’ai espoir qu’il ne se reproduira plus grâce à la cohésion et la paix. Nous sommes venus au nom du président du Faso et du Premier ministre  et de tout le gouvernement vous saluer et vous féliciter. Nos félicitations, parce qu’il pouvait avoir des pertes en vie humaine, mais grâce à Dieu il n’y a pas eu de mort. Donc, on doit remercier Dieu, car il est dit dans les Saintes écritures que l’épreuve est inévitable mais si l’épreuve arrive, Dieu l’allègera. Nous saluons également les forces de l’ordre, car c’est à travers ces récentes attaques qu’on a su que nos forces de l’ordre sont utiles », a justifié le ministre de la Sécurité.

Il faut noter que la commune de Bourzanga est vaste mais les forces de l’ordre  ne disposent pas de moyens suffisants. Dans l’optique de renforcer la sécurité dans la localité, le ministre de la Sécurité a adopté des mesures concrètes en dotant la police et la gendarmerie non seulement d’un véhicule et de quatre motos, mais aussi en instaurant des patrouilles sur toute la commune. Le ministre appelle les fonctionnaires  qui avaient déserté les lieux  à rejoindre leurs services, car, dit-il, «les moyens sont disponibles et les patrouilles seront multipliées pour assurer leur sécurité. Tout ce que nous pouvons, nous le ferons».

Il a aussi invité la population à plus de cohésion et à la collaboration avec les Forces de défense et de sécurité. La population était visiblement réconfortée après la rencontre, grâce aux mesures sécuritaires qui ont été prises, car depuis l’attaque du 6 novembre, tout fonctionnait au ralenti.

 

Madi ZOUNDI (Correspondant)

 

 

Articles similaires

5 Commentaires

  1. Anonyme

    Merci pour les informa4ions et souhaitonz que notre Ministre de la securite ne se contantera pas de redoter des motos emportees par des terrorites mais songera aux equipements de protections et aux conditions de vie et de W

    Reply
  2. Gislain T.O

    La délégation ministérielle au Sahel conduite par le ministre d’Etat Simon Compaoré et le ministre de l’éducation, Jean Martin Coulibaly ont posé un acte symbolique fort. C’est un signal de soutien moral aux populations et enseignants de la zone qui ont été troublés par des attaques terroristes. L’Etat doit ainsi toujours marquer sa protection envers les populations. Dans la lutte anti-terroriste, point de place au découragement. Il faut faire toujours preuve de mobilisation et de vigilance pour éradiquer ce fléau afin de permettre aux citoyens de vaquer paisiblement à leurs activités. La collaboration entre civils et forces de défense et de sécurité(FDS) doit se renforcer car c’est elle qui a déjà fait ses preuves en permettant aux FDS de neutraliser des groupes terroristes.

    Reply
  3. Franck W.S

    Le combat à succès que l’armée burkinabè a mené contre des terroristes la semaine dernière dans la zone sahélienne du pays, serait évidemment suivi de représailles terroristes. C’est ce qui vient de se passer le 17 novembre 2017.La lutte contre cette guerre asymétrique, fléau des temps actuels, sera de longue haleine .Cependant, les réseaux terroristes étant numériquement inférieurs aux peuples confrontés aux attaques périodiques, il est à espérer d’en venir un jour à bout de ces fous et bandits de grands chemins. Courage aux Forces de Défense et de Sécurité (FDS) du Burkina ainsi qu’aux populations pour des actions conjuguées pour des traques à succès contre ces terroristes. Les partenaires au développement du Burkina dont, les USA qui ont signé le 17 novembre 2017, une convention de soutien à la sécurisation du Burkina, par l’entremise de l’ambassadeur américain André YOUNG et du ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré, sont à saluer. Cette convention de plus de 2 milliards de FCFA, contribuera à renforcer la formation spécialisée des forces de sécurité ainsi qu’à l’acquisition d’équipements adéquats.

    Reply
  4. Franck W.S

    Le combat à succès que l’armée burkinabè a mené contre des terroristes la semaine dernière dans la zone sahélienne du pays, serait évidemment suivi de représailles terroristes. C’est ce qui vient de se passer le 17 novembre 2017.La lutte contre cette guerre asymétrique, fléau des temps actuels, sera de longue haleine .Cependant, les réseaux terroristes étant numériquement inférieurs aux peuples confrontés aux attaques périodiques, il est à espérer d’en venir un jour à bout de ces fous et bandits de grands chemins. Courage aux Forces de Défense et de Sécurité (FDS) du Burkina ainsi qu’aux populations pour des actions conjuguées pour des traques à succès contre ces terroristes. Les partenaires au développement du Burkina dont, les USA qui ont signé le 17 novembre 2017, une convention de soutien à la sécurisation du Burkina, par l’entremise de l’ambassadeur américain André YOUNG et du ministre d’Etat en charge de la sécurité, Simon Compaoré, sont à saluer. Cette convention de plus de 2 milliards de FCFA, contribuera à renforcer la formation spécialisée des forces de sécurité ainsi qu’à l’acquisition d’équipements adéquats.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+