BANFORA : Des populations manifestent contre une saisie de bois

BANFORA :  Des populations manifestent contre une saisie de bois

Chaude matinée le 5 décembre 2018 au niveau du passage à niveau du secteur 8 de Banfora en allant à la direction régionale de l’Environnement des Cascades. Pour se rendre à leurs services respectifs et autres lieux de rendez-vous, les habitants du secteur 8 étaient dans l’obligation de faire de grands détours. Et pour cause, des manifestants dont le nombre est allé grandissant, ont barricadé la voie à l’aide de troncs d’arbres pour protester contre la saisie d’un chargement de bois qui venait d’être livré seulement la veille à un vendeur de poulets flambés dont le maquis se trouve en bordure de la voie ferrée.

« Depuis plus de trois ans, j’ai toujours commandé le chargement de bois et je n’ai jamais eu de problème. Mais hier soir (c’est-à-dire le 4 décembre 2018), alors que les apprentis du camion finissaient de décharger le bois, des agents forestiers sont arrivés et leur ont demandé de recharger le bois et que le camion soit conduit à leur direction, le bois avec. Avant leur arrivée, un des apprentis était allé chercher le chauffeur qui était dans le maquis. Dès qu’ils sont revenus au camion, ignorant que des forestiers étaient entre-temps arrivés, le chauffeur a démarré puisque l’apprenti qui était allé le chercher a enlevé la cale. Les forestiers ont pris le camion en poursuite et ont réussi à l’arraisonner quelque 60 mètres plus loin. Pendant les explications qui s’en sont suivies, nous avons entendu un coup de feu. Ce qui a provoqué la panique et un des apprentis, qui était proche de l’arme, se plaint actuellement de traumatisme à son oreille. Face à l’insistance des forestiers qui exigeaient que le camion soit conduit à la DR chez eux, les camionneurs ont opposé l’idée d’attendre dans la matinée du 5 décembre 2018 car ils étaient fatigués et il se faisait déjà nuit», raconte Olivier Sanou, le flambeur de poulets. Ses propos sont repris par le propriétaire du camion, Ouattara Amadou, qui soutient qu’il a pris une quittance pour bois de chauffe avant d’amener le bois. Il ne comprend donc pas pourquoi cette descente des forestiers qui tiennent à arraisonner le camion.

Des menuisiers apportent leur soutien au camionneur et au grilleur de poulets

Le camionneur et le grilleur de poulets n’étaient pas seuls sur les lieux où se trouvait déjà aux premières heures de la matinée, une équipe de 6 forestiers qui gardaient le bois saisi. En effet, comme si on avait sonné un rassemblement, plusieurs menuisiers se sont mobilisés à leurs côtés. Depuis l’interdiction de la coupe du bois d’œuvre par le ministère en charge de l’environnement, les menuisiers de Banfora, qui évaluent leur nombre à plus de 2 000 âmes, ne sont plus en odeur de sainteté avec les forestiers. L’un d’eux, du nom de Drissa Koné, explique qu’ils sont là pour soutenir le grilleur Sanou et le camionneur Ouattara. « Nous avons le même problème. Depuis quelque temps, les scieries sont aux arrêts. Nous sommes obligés de parcourir la brousse à la recherche du bois mort que nous ne coupons qu’après avoir informé les forestiers et pris une quittance. Et c’est la croix et la bannière pour obtenir cette quittance. Ce qui fait que nous autres menuisiers, sommes réduits à faire le tour des cabarets et autres points de grillade. Si nous trouvons dans leur stock de bois des morceaux qui peuvent faire notre affaire, nous les achetons. Même dans ce chargement qui vient d’être saisi, si nous trions, nous pouvons sortir quelques troncs qui feront notre affaire. Voilà pourquoi les menuisiers sont mobilisés ici ce matin », a expliqué monsieur Koné. A l’entendre, même pour transporter ce bois de fortune, les forestiers exigent le paiement d’une quittance de 300 F CFA. En tout cas, poursuit-il, la situation devient intenable, nous avons des femmes et des enfants que nous nourrissons par la menuiserie. Et de s’interroger pour ce qui est de la production du charbon de bois qui inonde la ville et qui utilise du bois frais pendant qu’on dit que l’exploitation du bois est interdite.

« Ce camionneur est un récidiviste »

Du côté de la direction régionale de l’environnement, le premier responsable, Ernest Yaméogo, indique, pour sa part, qu’il ne voit aucun incident dans cette affaire, qui vaille la peine de mobiliser des gens pour barrer la route. Il s’agit, dit-il, d’un contrôle de routine. « Si on interpelle quelqu’un qui ne se reproche rien, il vient et après explication, on avise. Si tu es en infraction, on te le signifie après vérification. A l’opposé, s’il faut te relaxer, on le fait aussitôt. Si on doit suivre ce qu’ils disent, autant dire de ne plus travailler ! En tout cas, en cas de doute sur quelqu’un, nous serons dans l’obligation de l’interpeller », a martelé le DR qui précise que le camionneur a pris un permis pour amener du bois de chauffe. « Mais allez voir le chargement qu’il a déposé, vous remarquerez qu’il a transporté du bois rose, une espèce qui est intégralement protégée. Les agents sont en plein droit de lui demander comment il a eu ce bois. C’est quelqu’un qui est bien connu. Il a été plusieurs fois pris en flagrant délit. D’ailleurs c’est lui qui ravitaille les menuisiers en bois d’œuvre ; c’est pourquoi ceux-ci sont fortement mobilisés sur les lieux », explique le DR.

Mamoudou TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+