BONJOUR

BONJOUR

 

 

La solidarité, le vivre- ensemble sont des valeurs propres à l’Afrique. Mais de plus en plus, ces valeurs perdent leur essence, surtout à Ouagadougou. La preuve est que dans certaines habitations habituellement appelées « cours communes » ou même dans certains quartiers, c’est le « chacun pour soi », l’individualisme à l’européenne, qui est en train de prendre le dessus sur nos valeurs de solidarité. Pendant les fêtes, certains se sont abstenus de partager leur repas de fête, d’autres ont refusé de prendre les mets que leurs voisins leur ont offerts. Est-ce de la méfiance ou une absence de convivialité ? En tout cas, cela porte préjudice à nos valeurs qui s’effritent de plus en plus. Il est vrai que dans certains quartiers, des initiatives sont développées pour resserrer les liens entre les habitants du quartier. Mais cela n’est pas fréquent partout.

On a coutume de dire que « le voisin est notre premier parent » parce qu’en cas de problème, il est le premier à nous porter secours. Alors, cultivons plus la solidarité dans le voisinage et éloignons-nous de l’individualisme européen qui nous écarte davantage de nos valeurs.

 

Françoise DEMBELE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+