BONJOUR  

BONJOUR   

Ce n’est un secret pour personne. Les femmes de la brigade verte de Ouagadougou sont parfois victimes d’agressions de toutes sortes. En effet, en plus des risques qu’elles encourent, liés à la circulation routière, certaines d’entre elles se font agresser sexuellement, étant donné qu’elles se lèvent de bonne heure pour aller travailler. Certes, il sera difficile d’affecter un policier ou un gendarme à chacune de ces valeureuses dames, mais tout de même, il faut que quelque chose soit fait pour assurer leur intégrité physique. Ce n’est pas trop demander, au regard du travail formidable qu’elles abattent au quotidien.

Françoise DEMBELE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+