BONJOUR

BONJOUR

On en parle, mais la pratique a la peau dure. Il s’agit de ces fidèles croyants ou prétendus tels qui, à l’église comme à la mosquée, laissent sonner publiquement leurs portables, perturbant ainsi les autres. Pourtant, dans bien des cas, le prêtre ou l’imam, avant le début du culte, prend le soin de demander à tous les fidèles d’éteindre leurs portables ou de les mettre sous silencieux. Franchement, il y a quelque chose d’indécent. Car tout se passe comme si certains s’amusaient avec leur foi. Et c’est peu dire.

Boundi OUOBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+