BONJOUR

BONJOUR

Le vendredi dernier, dès l’annonce des attentats contre l’ambassade de France et l’état-major général des armées, c’était le branle-bas à Ouagadougou. Chacun tentait de sauver sa peau si fait que cela a créé de monstres embouteillages par endroits quand cela n’a pas occasionné des blessés. C’est le lieu donc d’appeler les uns et les autres à plus de sang-froid. Certes, on comprend l’instinct de survie qui nous anime tous. Mais il faut savoir parfois raison garder, au risque de se faire plus de mal en voulant se sauver.

Boundi OUOBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+