BONJOUR

BONJOUR

 

Parti pour une consultation dans un centre de santé, nous sommes tombé sur une dame qui tenait entre ses mains une ordonnance. Elle s’est adressée à nous en ces termes : « Monsieur, s’il vous plait, aidez-moi avec quelque chose pour que je puisse payer mes médicaments ». Un brin interloqué, nous prîmes l’ordonnance et nous nous rendîmes compte qu’elle datait de 2015. Voyez-vous ? Les gens ont développé une forme d’escroquerie à Ouaga, qui consiste à jouer le malade pour s’attirer la pitié des autres. Le problème, c’est que cette manière de faire fait que l’on est souvent amené à fermer les yeux même quand l’on a en face, quelqu’un qui est réellement dans le besoin.

Boundi OUOBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+