BONJOUR

BONJOUR

 

De la viande exposée à la poussière que l’on transporte de maquis en maquis, on en voit tous les jours que Dieu fait, à Ouagadougou. En plus des conditions d’hygiène qui laissent à désirer, on en est à se demander si ce type de viande n’échappe même pas souvent au contrôle vétérinaire. C’est pourquoi il y a lieu d’en appeler à la vigilance des consommateurs. Car le risque de piquer une maladie, dans ces conditions, est grand.

Valérie TIANHOUN

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+