BONJOUR

BONJOUR

Des caniveaux à ciel ouvert, on en rencontre régulièrement dans la ville de Ouagadougou. Ce qui, disons-le clairement, constitue un problème de sécurité publique. Surtout en cette saison durant laquelle tombent de grandes averses. Imaginez-vous un caniveau qui borde la devanture d’une cour, où jouent  généralement des enfants. A la moindre inattention, le pire est vite arrivé. C’est pourquoi on en appelle à la responsabilité des plus hautes autorités. Car, on en est à se demander si la fermeture des caniveaux fait oui ou non partie des cahiers de charges que doivent respecter les entreprises des BTP.

Antoine BATTIONO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+