BONJOUR

BONJOUR

S’il y a quelque chose à Ouagadougou qui heurte la sensibilité de plus d’un et doit attirer l’attention, c’est bien le manque d’éclairage sur certaines voies. Le hic est que sur ces axes routiers non éclairés, il y a des ralentisseurs couramment appelés « gendarmes couchés », souvent installés de façon anarchique. Les cas sont légion. Et l’exemple le plus édifiant est celui de la voie menant à Diamond cement sur laquelle circulent régulièrement de gros porteurs. Conséquence, lorsque vous empruntez ces routes la nuit, le risque de se fracasser le nez ou de se faire écraser par un camion est grand.

Kabè YALO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+