BURKINA FASO :L’alternance piégée

BURKINA FASO :L’alternance piégée

L’information est désormais officielle. Le 25 octobre dernier, le secrétariat exécutif et le bureau politique de l’ADF/RDA ont donné quitus aux députés membres du groupe parlementaire dudit parti, de voter pour la révision de l’article 37 de la Constitution portant sur la limitation des mandats présidentiels. Pour le premier responsable de cette formation politique, Me Gilbert Ouédraogo, ce choix est celui de la paix et de la stabilité du Burkina. Mathématiquement, l’affaire est donc pliée. Les 18 députés de l’ADF/RDA se joindront le 30 octobre prochain, aux 81 autres de la mouvance présidentielle pour faire entériner par l’Assemblée nationale, la révision de l’article 37 de la loi fondamentale. Par ailleurs, l’ADF/RDA dit être parvenue à un compromis avec ses partenaires de la mouvance présidentielle sur une nouvelle mouture de la Constitution, consacrant la limitation des mandats à trois consécutifs. Le choix de la troisième force politique du Burkina Faso pourrait susciter les observations suivantes. D’abord, l’on peut dire qu’il a le mérite d’être clair. Cela doit être relevé d’autant plus que, pour une fois, le parti de l’Eléphant semble avoir rompu avec le jeu du clair-obscur qui était en passe de devenir un des éléments constitutifs de son label politique. De ce point de vue, Me Gilbert Ouédraogo n’a pas bradé l’héritage politique de Me Hermann Yaméogo. Le premier ne doit pas craindre d’essayer la camisole du second. Elle lui conviendrait parfaitement. Ensuite, l’on peut avoir envie de demander à Me Gilbert Ouédraogo s’il croit véritablement à ce fameux compromis de trois mandats consécutifs. En effet, si Blaise Compaoré ne s’est pas gêné de remettre en cause le pacte politique national, entendez par là, la Constitution, qui a été établie par les Burkinabè dans leur écrasante majorité en 1991, ce n’est pas un compromis qui a été arraché au détour de tractations politiques entre quelques acteurs politiques sur le dos du peuple burkinabè, qui le lierait. Ce fameux compromis qui compromet de toute évidence l’alternance, sera purement et simplement froissé, au cas où il serait écrit, et jeté tel un kleenex, une fois la tempête passée. La troisième observation que l’on pourrait faire à l’ADF/RDA est la suivante : ce parti prétend avoir fait le choix de la paix et de la stabilité. En est-il si sûr ? Et si demain, les choses venaient à évoluer dangereusement au point de mettre à rude épreuve la paix et la stabilité du Burkina, l’ADF/RDA serait-elle prête à assumer toute la responsabilité des conséquences qui pourraient en découler ? En réalité, l’ADF/RDA vient de poser un acte attentatoire à l’alternance. Elle a beau s’en défendre, c’est cela la vérité.

 

Ce n’est pas demain la veille que les Burkinabè connaîtront une alternance démocratique

 

En effet, de 1960 à 1987, le Burkina a connu 5 présidents pendant 27 ans. De 1987 à nos jours, Blaise Compaoré a passé 27 saisons à lui seul au pouvoir. Et ce n’est pas fini, puisqu’il n’en est pas encore rassasié. Il rebelotera en 2015 grâce à l’onction de l’ADF/RDA. Jusqu’à quand se décidera-t-il à arrêter ? Seul Blaise Compaoré peut répondre à cette question. Dans une démocratie digne de ce nom, il n’appartient pas à un individu de trancher une telle question. Franchement, le Burkina Faso offre actuellement au monde l’image d’une démocratie véritablement bananière. L’emballage institutionnel est reluisant. On veut même le parfaire en mettant en place un Sénat. Mais derrière cette façade démocratique se cache un système qui pourrait s’apparenter à celui du roi-soleil, Louis XIV, en France. A la question de savoir ce qu’est l’Etat, celui-ci n’avait pas craint de dire : « l’Etat, c’est moi ». De la même manière, et toute proportion gardée, il n’y a personne au Burkina, sauf Blaise Compaoré. Une république ne peut pas fonctionner avec ce postulat. Seules les monarchies fonctionnent de cette manière. L’ADF/RDA semble ne pas être de cet avis, puisqu’elle prétend être pour l’alternance. Mieux, elle pourrait même présenter un candidat en 2015. Justement, dans les républiques bananières, ce ne sont pas les candidats qui manquent lors des scrutins présidentiels. Le plus souvent, leur nombre est pléthorique. Certains sont suscités par le pouvoir. Les autres comptent pour quantité négociable. Tous s’en sortent avec des scores qui n’honorent pas la démocratie. Me Gilbert Ouédraogo pourrait vivre cette réalité en 2015 si d’aventure il venait à se porter candidat. C’est peut-être pour cette raison qu’il a toujours fait le choix facile mais pragmatique d’accompagner Blaise Compaoré pour que celui-ci reste éternellement au pouvoir. Avec en contrepartie quelques macarons ministériels ou Premier ministériels.

Autre observation : par son ralliement au parti au pouvoir, le CDP, l’ADF-RDA veut manifestement éviter le recours au référendum, « au nom de la paix et de la stabilité ».  Le sort du Burkina Faso devrait donc être scellé à l’hémicycle et tant pis  pour le peuple burkinabè dont la soif d’alternance est de plus en plus manifeste.   Tous les Burkinabè qui ont 35 ans aujourd’hui, et ce sont les plus nombreux, n’ont pas connu d’autres présidents  que Blaise Compaoré. L’ADF-RDA pense-t-elle véritablement avoir rendu service au peuple burkinabè ? 

Et puis,  comme cela se susurre, il n’est pas exclu que des mallettes d’ argent aient circulé pour rallier des camps politiques au CDP.  Si  telle était le cas,  nos élites politiques seraient-elles encore bien placées pour emboucher la trompette de la croisade contre la corruption ?  Quel bel exemple peuvent-elles encore donner ?

Le moins que l’on puisse dire, est que l’alternance est piégée au Burkina. Ce n’est pas demain la veille que les Burkinabè connaîtront une alternance véritablement démocratique dans leur pays. Les plus jeunes d’entre eux qui n’ont connu que Blaise Compaoré, attendront encore pendant longtemps. Cela dit, Blaise Compaoré est assuré aujourd’hui de se présenter en 2015. Ce qu’il faut craindre désormais, c’est la suite après 2015.

 

 

Pousdem PICKOU

Articles similaires

26 Commentaires

  1. Tampin

    LE PIEGE C’EST DE CROIRE QUE GILBERT PEUT CHANGER SA POLITIQUE QUI CONSISTE A CROIRE QUE TOUS LES MOYENS SONT BONS POUR AVOIR DE L’ARGENT. QUI VIVRA VERRA. SON PAPA SERA FIER DE LUI. LE DRAME C’EST QUE RDA SIGNIFIERA DESORMAIS TRAHISON ET HONTE.

    Reply
  2. Gerard Manvu

    La vénalité de cet enfant gâté de GNO est archiconnue : en 2005 , il brade un pachyderme pour un poste ministériel et demi . Et en 2014 , il galvaude l’alternance pour des espèces sonnantes et trébuchantes qui lui resteront en travers de la gorge .

    Reply
  3. FALINGA

    La position de maitre ne m’étonne pas, il est le digne fils d’un homme dont la politique à consisté pour l’essentiel à nuire à sesdversaires (Affaire Macaire Ouédraogo contre Lamizana).
    Il appartient au peuple de faire échec au projet funeste concocté par l’ADF et ses collabos en vu de confisquer le pouvoir pour continuer à s’enrechir et couvrir les crimes économiques et de sang dont ils sont soupçonnés d’avoir commis.

    Reply
  4. Yaméogo Marie Noelie

    Incroyable!!!!!!!!!!!!!!!

    Je ne reconnais plus mon pays, le Burkina Faso. Est-ce vrai que pour un seul individu on mette le sort du peuple en haute insécurité?

    Est-ce que Maître Gilbert Noel OUEDRAOGO est un croyant Catholique? En tant que Catholique j’ai honte de son comportement. Il a contribué à rendre le Burkina Faso le premier pays d’Afrique qui tripatouille la Constitution juste pour faire maintenir l’actuel Président au pouvoir pour toute sa vie. Les autres Burkinabé ne sont rien.

    Que Le Seigneur Dieu nous aide à résoudre cette situation mortelle. Amen

    Reply
  5. Mamon Yélé

    Une démocratie fondée sur la fourberie et le mounafiguia depuis son indépendance ne peu pas changer. Le RDA est bâti sur des compromission sur le dos du peuple depuis la loi cadre. Pour la Haute Volta, depuis les alliances et autre coalitions ont été la règle initiale. Les Gilbert écoutent la voix du maître dans la traîtrise, le parti RDA.

    Reply
  6. Moustico

    Belle analyse! L ADF semble être le véritable fossoyeur de l’alternance au Faso. Depuis Herman Yameogo, on pouvait lire le comportement de Gilbert Ouedraogo. Déja lorsqu en 2005 alors qu il était chef de file de l’opposition, il a déclaré qu il soutenait Blaise Compaoré. Du jamais vu sur cette terre. Il a ainsi enlever au mot opposition toute sa substance . C est pathétique qu un homme qui semblait mûr descende si bas.
    Je crois que l’ADF est définitivement mort.

    Reply
  7. sougri nooma

    Monsieur le journaliste, tu as tout dit. merci pour cette analyse. souvent je me demande si GNO croit en Dieu?. imaginez un pacte d’un peuple que toutes les communautés de ce pays ont contribué à obtenir afin de sauver le pouvoir de ce Blaise entre 1998 à 2002. tu viens aujourd’hui dire que l’ADF a trouvé un compromis au sein de la majorité. Me GNO, c’est de quelle majorité, tu fais cas?. je pense qu’il ne faut vendre l’avenir de ces jeunes pour de postes et d’argents sonnants. Je ne vous ménace pas mais ce que vous avez un crime et vous devriez subir les conséquences y relatives.

    Reply
  8. le Djihadiste

    Gilbert, tu es un homme. C’est ça la politique.Celui qui n’est pas content, qu’il aille au diable!!! Allah te protège

    Reply
    1. Révoltée

      De la minablerie, pas d’autres mots. Cependant, vous dites que « Compaoré est assuré aujourd’hui de se présenter en 2015 »? Ah bon? En tout cas à moins qu’il ne soit devenu entre temps un Dieu, on attendra que le vrai Dieu dise son dernier mot pour savoir s’il y sera.

      Reply
      1. Dounia

        Pour moi je pense que Mr Gilbert parce que je ne l’appellerai pas Maitre car un homme de droit et de paix ne cautionnera pas un régime militaire au détriment de son peuple.
        Moi je suis un militant de l’ADF/RDA mais je suis déçu de leur dernière décision et j’ai donné dos à ce parti co-fossoyeur de notre démocratrie au profit d’un groupe d’individu qui pense qu’ils sont au dessus de tout.Des dictateurs comme pire qu’eux ont fini par quitté ce fauteuil doré qu’il s’accroche dans des conditions regrettable.
        Que Dieu protège le Burkina .

        Reply
  9. Karissa

    Cour et courtisans redoublèrent de zèle
    Ramassant en tous endroits à la pelle
    Pour sauver le monarque et se sauver.
    En un formidable désordre discours et foulées
    Alors qu’approche inexorablement la fin
    Scellée par la main patiente du destin.

    Reply
  10. rimwaya

    Toi le djihadiste, ton nom te défini. Tu fais parti de ces lâches qui tuent et violent femmes et enfants en Syrie, Irak, Afghanistan, Pakistan et j’en passe. C’est le même comportement que vous adopté ici. Mais sache que votre félonie ne passera pas. Quant à GNO, l’avenir nous dira qui est pour la paix ou pour l’alternance démocratique. Vous avez trahis pour de l’argent! Ayez au moins le courage de le reconnaître. Et puis djihadiste, tu ne connais pas la politique? En réalité, il faut être noble pour la faire! Regarde ce qui se passe en occident. Tu aurais raison si tu dis que « c’est ça LA POLITIQUE DU VENTRE »! Car c’est bien de cela qu’il s’agit. TRISTE!!!!!!!!

    Reply
  11. Le Prince

    C’est beaucoup triste la décision prise par GNO et son parti. Cela est la preuve que GNO est un leader politique sans conviction, sans âme…. Les nations riches ont développé leurs pays en mettant l’accès sur la construction d’institutions solides, de valeurs et de principes dont tout leurs citoyens adhèrent et défendent quel que soit leur bord politique. L’alternance est l’un de ces principes clés, le sens de l’honneur et l’intérêt général au détient de l’intérêt personnel sont aussi des valeurs fortes en démocratie. Et un parti politique sérieux doit défendre l’alternance quel que soit le prix a payer. GNO ne rend pas service a son pays et par la décision prise, il a signé un arrêt de mort politique pour lui même et son part. Le combat est maintenant citoyen et les burkinabes ne se laisseront pas faire..

    Reply
  12. Le Flambeau de la Révolution

    ECOUTEZ ECOUTEZ! PEUPLE DU BURKINA FASO, VOTRE AVENIR N’EST LIE A CETTE POSITION OEUSOPHAGIQUE DE L’ADF RDA! C’EST MAINTENANT OU JAMAIS! JE DIS BIEN C’EST MAINTENANT OU JAMAIS DE SAUVER VOS LENDEMAINS DES MAINS DES PILLEURS! TOUTES ET TOUS A LA MARCHE MONSTRE DU 28 A LA PLACE DE LA NATION! TOUTES ET TOUS A LA GIGANTESQUE MOBILISATION DU 30 DEVANT L’ASSEMBLEE NATIONALE, TOUTES ET TOUS A DESOBEISSANCE CIVILE A DUREE INDETERMINEE JUSQU’A CE QUE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE INTERVIENNE ET CE POVOIR ILLEGAL RETIRE SON PROJET SUICIDAIRE!
    L’ESCLAVE QUI NE BAT PAS NE MERITE PAS QU’ON S’APPITOIE SUR SON SORT.
    LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS!

    Reply
  13. Le Flambeau de la Révolution

    MONSIEUR POUSDEM PICKOU, PERMETTEZ MOI DE VOUS RECTIFIER CAR IL EST GRAND TEMPS POUR VOUS MÊME DE CHANGER VOTRE MENTALITE. QUAND VOUS DITES  » Il rebelotera en 2015 grâce à l’onction de l’ADF/RDA. Jusqu’à quand se décidera-t-il à arrêter ? Seul Blaise Compaoré peut répondre à cette question », JE ME DEMANDE SI L’HISTOIRE DES PEUPLES, DE LA REVOLUTION FRANCAISE A LA LUTTE POUR L’EGALITE DES NOIRS AUX ETATS-UNIS EN PASSANT PAR LA GUERRE D’INDEPENDANCE DES ETATS UNIS, VOUS APPREND-IL UNE LECON? SACHEZ QUE LA LIBERTE ET L’AFFRANCHISSEMENT A UN REGIME NE TOMBE PAS COMME DE LA MANNE DU CIEL. « IL N’YA PAS DE CHANGEMENT SANS RISQUE ». SEUL ET SEUL LE PEUPLE BURKINABE PEUT PLUTÔT REPONDRE A CETTE QUESTION PAR SA LUTTE! PAS BLAISE COMPAORE.

    Reply
  14. SuisVraimentFaché

    Trop triste d’abord pour les militants de ce parti, dont beaucoup ont sans doute été trahis, ensuite pour le peuple burkinabé tout entier pris en otage par une poignée d’individus arrogants, méchants et méprisants, et enfin pour Me GNO qui restera dans l’histoire de notre pays comme le JUDAS ultime. 2015 sera pourtant la fin du règne de Mr Compaoré. C’est promis.

    Reply
  15. Yirmopoaka

    Tout est planifié par le père Gérard et en son temps, les aînés du partis n’ont pas bronché. Il a tout fait pour que son fils le remplace à la tête de l’ADF/RDA. Est-ce à dire qu’il n’y a pas de tête pensante à l’ADF/RDA?
    Moi je comprends que Gilbert soutienne Blaise, il a hérité du pouvoir de père à fils, et il ne peut que soutenir le pouvoir à vie de Blaise qui n’a pas réussi à se faire remplacer par François. Blaise a vu que cette option mènera à sa perdition et celle de son parti, donc il ne peut qu’avoir comme allié Gilbert.
    Honte à lui.

    Reply
  16. Xant

    travail à faire
    D’abord, les militaires dans les caserne; aucune légitimité si au pouvoir
    ensuite mettre en place l’organe de transition mais dirigé par un civil avec les 03 militaires s’ils sont partant
    d’ailleurs, son chef devra avoir une autre appellation que celui de président ‘ex: SECRETAIRE GENERAL NATIONAL à la Transition (SGNT) ou autre,
    redynamiser les ministères et autres structures ètatiq avec les même formules de « SG »qui seront en place jusqu’aux élections présidentielles
    Il y a des partis et des dirigeants politiques qui doivent à présent subir des sanctions en expiations des graves fautes commises contre le peuple, ADF-RDA, UNDD, L' »otre burkina » CDP…. Principaux dirigeants inéligibles pour tout poste politique et même associatif. ABC, les tanti de Djemila (innocente dans cette histoire) et autres FDA-BC hors de vue et de la vie politique et publique pour un certain temps.
    Pour ces partis fantoches
    -soient ils sont suspendus de tout scrutin pour au moins 03 srutins, toute forme confondue
    -soient on s’en remet au peuple pour exécuter cette sentence s’ils sont admis au scrutin dans les urnes
    par la transition (faudrait tomber dans la chasse aux sorcières non plus)
    suspendre les conseils régionaux
    suspendre les maires
    les SG expédient toutes les affaires courantes (des ministères aux mairies)
    exemple
    SGN à la transition Mr xxxxx (civil)
    SG à la defense Gl TRAORE
    SG à la securité
    SG à …..
    etc
    Lt-Col ZIDA ira comme chef à l’État Major des armées

    au max 03 militaire, 02 policier/paramilitaires et 20 civils + le SGN lui même civil

    reactiver la Constitution et la rendre moins modifiable (il y a des idées du comment faire)
    durcir les loi contre les fraudes electorales ( pecuniers emprisonnement si faits etablis)
    reprendre les legislatives couplés municipales (arretés tout fraudeur ou acheteur de cartes electeur)
    contre la corruption et surtout contre la corruption dans les elections
    entamer les présidentiels
    timer 90 jours pour le compte à rebours

    Reply
  17. Xant

    il nous faut un Gouvernement ayant à sa tête, un civil
    rien de mieux pour ce pays
    tout le reste est un retour en arrière
    la volonté de parvenir au pouvoir des militaires en dit long sur leurs intentions, moi je n’ai pas confiance du tout. ils sont des Burkinabè et peuvent contribuer, mais pas à en prendre les commandes. non. Croyez-moi c’est même une mauvaise soluce

    Reply
  18. PAVLOV

    Bonne analyse de Xant! Il faut poser les vraies bases d’une démocratie visionnaire pour 100 ans! Osons voir haut et loin… Courage au peuple Burkinabè.

    Reply
  19. PAVLOV

    Bonne analyse de Xant! Osons poser les vraies bases d’une démocratie visionnaire pour 100ans ! Osons voir haut et loin pour les générations futures! Courage au peuple burkinabè!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+