A la uneContre analyse

CAN 2019

Pari globalement réussi pour l’Egypte

Les lampions se sont éteints vendredi dernier sur la 32e édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), avec la finale qui a opposé les Lions du Sénégal aux Fennecs d’Algérie. Un match hermétique qui a vu la victoire de l’Algérie par un but à zéro, marqué dès l’entame du match (79e seconde de jeu) par Baghdad Bounedjah, aidé il est vrai par Salif Sarr qui a détourné la frappe dans les filets du portier Alfred Junior Gomis, en position trop avancée. L’Algérie se retrouve ainsi au firmament du football africain, vingt-neuf ans après son premier sacre à domicile et plusieurs années de léthargie dans les compétitions internationales. De quoi provoquer des effusions de joie des Algériens partout où ils se trouvaient, et particulièrement en Algérie où les rues de la capitale étaient bondées de monde pour saluer le retour au bercail des enfants héroïques, au lendemain de leur exploit au Stade international du Caire.

En Algérie, la consécration à la CAN ne suffira pas à calmer la fronde

Pendant ce temps, ce n’était pas non plus la soupe à la grimace à Dakar malgré la défaite et l’immense frustration de ne pas remporter le prestigieux trophée. Car, des milliers de Sénégalais s’étaient massés le long de la route de l’aéroport, pour féliciter leur équipe pour son beau parcours en Egypte. Tout est bien qui finit bien donc, et le train-train quotidien va reprendre ses droits, notamment en Algérie où la consécration à la CAN ne suffira pas à calmer la fronde qui secoue le pays depuis la démission du président Bouteflika en avril dernier. Dès vendredi prochain, il y aura encore foule dans les rues d’Alger et dans les villes de l’intérieur, pas pour féliciter Djamel Belmadi et ses hommes, mais plutôt pour exiger le départ des dirigeants intérimaires actuels, comme c’est devenu de coutume depuis près de quatre mois maintenant. Le gouvernement d’Abdelkader Bensalah a pourtant voulu faire de la victoire des Fennecs la sienne, en espérant s’en servir comme d’un opium pour endormir les manifestants et casser ainsi le mouvement de contestation. C’est vraisemblablement peine perdue, du moins si l’on en croit les propos de certains supporters qui s’offusquent de l’indécente récupération de l’hystérie collective consécutive à la très belle performance de l’équipe nationale, et qui parient déjà sur la fin de la «pénombre politique» après celle de la «pénombre sportive» qui a vu l’Algérie passer près de 30 ans sans trophée majeur. En attendant, on ne peut que tirer son chapeau à cette flamboyante Algérie que le monde sportif africain célèbre depuis vendredi dernier car, au-delà de sa victoire en finale, elle a surclassé ses adversaires dans tous les compartiments de jeu : son milieu de terrain Ismaël Bennacer a été sacré meilleur joueur de la CAN, le titre de meilleur gardien est revenu à son portier Raîs M’Bolhi qui n’a encaissé que deux buts pendant tout le tournoi, sans oublier les faits marquants et les buts marqués qui ont fait de l’attaque des Fennecs non seulement la meilleure avec 13 réalisations, mais également celle qui a inscrit le but le plus rapide de toute l’histoire de la compétition, le jour de la finale contre le Sénégal. En somme, cette CAN aura été celle des belles surprises, à l’image des équipes béninoises et sud-africaines que personne n’a vu venir, d’autant qu’elles ont difficilement obtenu leurs tickets pour la phase finale, tout comme celle de Madagascar dont c’est la première participation à cette compétition et qui peut déjà se targuer d’être la première équipe à rester invaincue dans ses premiers matchs (matchs de poule et 8e de finale) de CAN, depuis la Libye en 1982 !

L’arbitrage a été l’une des tâches noires de la compétition

Toutes ces équipes ont, il faut le reconnaitre, séduit par leurs automatismes dans le jeu et leurs prestations sans complexe face à des formations dont le niveau technique et tactique était considéré a priori comme étant nettement au-dessus de la moyenne. S’il y a eu de belles surprises lors de cette première édition à vingt-quatre équipes, il y a eu aussi et malheureusement des déceptions à la pelle, comme cet imprévisible fiasco des Lions de l’Atlas (Maroc) face aux Ecureuils du Bénin bien plus modestes au propre comme au figuré, en huitièmes de finale. Une élimination payée cash par le sélectionneur Hervé Renard, dès le retour de l’équipe au Royaume chérifien. D’autres pays qui faisaient figure de favoris au début du tournoi, ont également déçu. C’est le moins qu’on puisse dire, et c’est le cas du Ghana, du Cameroun et dans une certaine mesure, de la Côte d’Ivoire. Mais la palme de la déception revient, pour ainsi dire, aux Pharaons du Nil qui ont dit adieu à la compétition dès les 8e de finale, alors qu’ils étaient présentés comme les grandissimes favoris de cette compétition jouée sur leurs propres installations. Cette sortie de route prématurée du pays organisateur, a eu comme conséquence immédiate la désaffection des Egyptiens vis-à-vis de la CAN. Si on ajoute à cela le coût exorbitant du billet d’entrée au stade, qui a dissuadé les supporters des autres pays de se « ruer » sur l’Egypte, on comprend aisément pourquoi les gradins étaient quasiment vides à chaque rencontre. Enfin, on peut noter que l’arbitrage a été, cette année encore, l’une des tâches noires de la compétition. On peut citer pêle-mêle le carton jaune, au lieu du rouge, donné à Denis Onyango alors qu’il a méchamment taclé Ismaila Sarr au tout début du match Sénégal-Ouganda, le but refusé au Ghana et à André Ayew sans oublier cet acte d’anti-jeu d’un défenseur malgache sur le Congolais Bolasie, qui n’a pas été sanctionné au grand dam de la République démocratique du Congo. Il a fallu l’utilisation de l’Assistance vidéo à partir des quarts de finale pour limiter les dégâts, pour ainsi dire, et au regard des décisions arbitrales annulées a posteriori, on peut dire que cette première expérience en Afrique est concluante et doit être renouvelée afin de nous éviter certaines erreurs grossières d’arbitrage qui sont souvent sources de tensions et d’affrontements entre supporters. En dehors de ces couacs et de ces fausses notes, on peut dire que l’Egypte a tiré son épingle du jeu dans l’organisation au pas de course de cette CAN qui, rappelons-le, devait initialement se jouer au Cameroun. Sur les plans de la logistique, des infrastructures et surtout de la sécurité, on peut dire que le pari a été globalement réussi pour le pays des Pharaons, même si, encore une fois, on ne décolère pas du côté du Caire d’avoir lamentablement raté le coche, surtout en se faisant prématurément sortir de la compétition par une équipe des Bafana Bafana arrivée en Egypte sur la pointe des pieds et avec des préjugés plus que défavorables.

« Le Pays »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer