CENTRE DIOCESAIN DE COMMUNICATION DE OUAHIGOUYA : Un projet pour renforcer le dialogue interreligieux officiellement lancé

CENTRE DIOCESAIN DE COMMUNICATION DE OUAHIGOUYA : Un projet pour renforcer le dialogue interreligieux officiellement lancé

Le Centre diocésain de communication a procédé au lancement de son projet dénommé «Projet intégré de communication et d’éducation pour la cohésion sociale et le renforcement du pluralisme religieux dans la région du Nord ». C’était à Ouahigouya, le mercredi 17 janvier dernier. Objectif : mener des  activités de formation, d’éducation et de sensibilisation dans la région du Nord. La cérémonie de lancement a été conduite par Hassane Sawadogo, gouverneur de la région, en présence des autorités religieuses et coutumières dont Mgr Justin Kientega, Evêque de Ouahigouya.  

Dans l’objectif de contribuer à éradiquer le phénomène de l’extrémisme violent et la radicalisation et renforcer la cohésion sociale, le Centre diocésain de communication Notre-Dame du Sahel (CDC-NDS), a initié le « Projet intégré de communication et d’éducation pour la cohésion sociale et le renforcement du pluralisme religieux dans la région du Nord ». Et ce, en collaboration avec l’ONG OXFAM INTERMON, partenaire appui technique et financier.  Le lancement officiel du projet est intervenu le mercredi 17 janvier 2018 au Centre d’accueil Mgr Louis Durieu à Ouahigouya. Il s’inscrit dans le cadre de la promotion du dialogue interreligieux et la consolidation de la cohésion sociale entre les croyants des différentes religions. Le projet va couvrir les zones de Ouahigouya, Gourcy, Titao, Thiou et Séguénéga. Des animateurs vont sillonner ces zones  pour des activités de formation, d’éducation et de sensibilisation.

A propos de la cérémonie de lancement, des prières, des remerciements et des vœux de nouvel an ont été formulés suivis d’allocutions. Mgr Justin Kientega, Evêque de Ouahigouya, a salué le « climat exceptionnel de convivialité » qui caractérise le Burkina malgré sa diversité religieuse. Il a fait remarquer qu’au sein d’une même famille, vivent  ensemble, des chrétiens, des musulmans et des croyants de la religion traditionnelle. Cependant, a-t-il fait savoir, ce lien de solidarité et de coexistence religieuse connaît des tiraillements ces dernières années et les exemples sont légion. Pour lui, c’est dans le souci de sauvegarder le climat de tolérance que le dialogue interreligieux est promu à travers ce projet.

La communauté musulmane, par la voix de Bourèma Ouédraogo, représentant du Cercle d’études, de recherche et de formation islamique (CERFI), a salué l’Eglise catholique, initiatrice du projet. « Pour nous musulmans, c’est une bonne chose qu’il y ait la paix au sein de la communauté religieuse, à laquelle nous aspirons et que prêchons tous les jours », a-t-il relevé.

Hassane Sawadogo, gouverneur de la région du Nord et président de la cérémonie, a souligné la pertinence et l’urgence d’un tel projet « quand on sait qu’il ne se passe pas un jour où les médias ne rapportent des cas de violences perpétrées avec souvent des motifs à caractère religieux ». Une invite a donc été lancée à chacun à puiser dans ses pratiques spirituelles, sociales et culturelles, les valeurs de paix, de tolérance et de pardon pour une réconciliation et une paix véritable au Burkina Faso.

Mahamoudou ZONGO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+