Header
Header
Header

CHAMBRE DE COMMERCE DE BOBO-DIOULASSO : Les commerçants protestent contre les candidatures imposées

CHAMBRE DE COMMERCE DE BOBO-DIOULASSO : Les commerçants protestent contre les candidatures imposées

Les  commerçants du Mouvement en rouge, Faso kun ko, du grand marché de Bobo-Dioulasso ont initié, ce jeudi 13 octobre 2016, une marche qui les a conduit au gouvernorat des Hauts-Bassins pour disent-ils porter à la connaissance des plus hautes autorités leur protestation contre les candidatures imposées à la tête de la Chambre de Commerce et d’industrie (CCI) de ladite ville. Ils ont été reçus par Bernard Beba, Conseiller technique du gouverneur de ladite région.

 

Barricadant l’avenue menant au gouvernorat, les commerçants du Mouvement en rouge Faso kun ko pancartes et Banderoles en main ont exhibé, ce matin du jeudi 13 octobre 2016, leur volonté de rompre avec les vielles pratiques. Selon les propos de Tidiane Dao, Secrétaire Générale (SG) du  Mouvement en rouge Faso kun ko, leur mécontentement serait né après une réunion des opérateurs économiques chez le doyen Djanguinaba Barro où une présidente sortante proposait Lassina Diawara comme étant son candidat et « A l’entendre c’était pratiquement une imposition » dit-il. Touchés dans leur amour propre poursuit-il, ils ont de cet fait décidé d’organiser cette marche « avec procédure » a indiqué le SG du Mouvement en rouge pour élever le ton et critiquer avec véhémence tous ceux qui veulent imposer à la tête de la Chambre de Commerce de Bobo dioulasso, affirmer leur volonté de rompre avec les anciennes pratiques, montrer qu’ils sont partants pour des élections libres et transparentes, afin de choisir un président propre, accessible, disponible, et surtout un président dont le nom n’est pas cité et ne sera pas cité dans le putsch du 16 septembre 2015. En effet, ils en veulent pour preuve le courrier confidentiel n°115 du 10 septembre 2016 qui stipule que plusieurs opérateurs économiques sont accrochés aux actualités du putsch dont Lassina Diawara, sur qui il y a de fortes présomptions selon le papier de presse. Par ailleurs, lors d’un point de presse tenu le 18 décembre 2014 soutiennent-ils, « nous avons tenu à attirer l’attention des autorités sur l’enjeu concernant les élections des membres consulaires de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso » car selon eux, si l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre a entrainé la dissolution des chambres consulaires, c’est pour engager une procédure de renouvellement, afin de mettre en place une institution crédible qui va œuvrer pour l’ensemble des acteurs commerciaux et industriels du pays des Hommes intègres. Au gouvernorat, les manifestants ont été reçus par Bernard Beba CT du gouverneur qui les a rassurés sur la transmission de leurs doléances aux autorités, tout en leur demandant de rester pacifiques. Quant aux commerçants manifestants, ils ont tenu pour responsable le gouvernement à travers son ministre du commerce, de la bonne tenue des élections car « nous ne voulons ni fantôme ni putschiste comme candidat, mais des candidats sans aucun soupçon pour le renouveau économique de la région» ont-ils signifié. Aussi le Mouvement en rouge Faso kun ko dit se réserver le droit de porter la protestation à un autre niveau, si toutefois certaines candidatures sont validées.

 

Le MONARCK

(Correspondant)

 

 

FacebookTwitterGoogle+Tumblr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+