Convention des Nations Unies de lutte contre la désertification

Convention des Nations Unies de lutte contre la désertification

Les pays membres de la CEDEAO s’attèlent à une harmonisation des textes

Les pays membres de la CEDEAO et leurs partenaires de la Convention des Nations unies de lutte contre la désertification (UNCCD) ont organisé une rencontre en vue de s’accorder sur une position commune à défendre à la rencontre régionale Afrique et mondiale. La rencontre s’est tenue du 15 au 17 août 2011 à Ouagadougou.

Les points focaux de la convention des Nations unies se sont évertués à trouver un consensus dans l’espace ouest-africain en vue de mettre en place une convention qui repondra aux exigences du changement climatique. Ceci s’est fait au cours d’une rencontre organisée par les pays membres de la CEDEAO et leurs partenaires de la Convention des Nations unies contre la désertification (UNCCD). Elle s’est déroulée du 15 au 17 août 2011 à Ouagadougou. Cette rencontre s’est tenue en prélude à la dixième Conférence des Parties (COP) à l’UNCCD qui aura lieu du 10 au 21 octobre 2011 à Changwon en Corée du Sud. Mais auparavant, une Conférence africaine se tiendra à Alger du 7 au 9 septembre 2011.
Selon le directeur de la Commission environnement de la CEDEAO, Dr Johnson Boanuh, cette rencontre se doit d’être une opportunité pour non seulement cerner les enjeux de la prochaine Conférence des parties à la Convention mais surtout identifier des éléments devant renforcer les points d’échange à Alger. Aussi, a-t-il souhaité que ces différents échanges puissent permettre aux participants de mieux s’approprier aussi bien les positions ouest-africaines que celles africaines pour mieux contribuer techniquement lors de la prochaine COP. Pour lui, la Commission de la CEDEAO, en étroite Collaboration avec le CILSS, essayera de se donner les moyens en vue de soutenir la stratégie et les actions futures pouvant contribuer à la mise en oeuvre de la Convention dans la sous-région.

"Reflechir sur la nécessaire synergie des conventions"

Pour terminer, Dr Johnson Boanuh, directeur de la Commission environnement de la CEDEAO, a invité tout un chacun à situer la reflexion, les orientations et les décisions nationales dans la dynamique régionale de recherche de position commune pour atteindre la vision 2020 de la CEDEAO qui prône le passage d’une CEDEAO des Nations à une CEDEAO des peuples.
Pour le ministre en charge de l’Environnement, Jean Kouldiati, qui a procédé à l’ouverture des travaux, cette rencontre permettra d’adopter une stratégie sous-régionale commune à la reunion régionale africaine. Il a donc souhaité que les participants puissent réflechir sur la nécessaire synergie entre les conventions de la génération de Rio à savoir celles sur la désertification, les changements climatiques et la diversité biologique. Les défis restent énormes, a-t-il reconnu. Raison pour laquelle il a exhorté les participants à faire des propositions pertinentes.
En rappel la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) a été adoptée le 17 juin 1994. A ce jour, elle a été ratifiée par 193 pays. Elle a pour but de mettre en place un partenariat mondial visant à enrayer et à prévenir la désertification, la dégradation des terres et à attenuer les effets de la sécheresse.

Françoise DEMBELE (Collaboratrice)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+