COORDINATION NATIONALE DES JEUNES DU CDP : « Blaise reviendra … et nous sommes prêts pour l’accueillir »

COORDINATION NATIONALE DES JEUNES DU CDP : « Blaise reviendra … et nous sommes prêts pour l’accueillir »

La Coordination nationale des organisations de jeunes du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a rencontré les Hommes de médias, le mercredi 11 octobre, pour donner sa lecture des sujets majeurs de l’heure. Retour de Blaise Compaoré au pays, interdiction du meeting du Cadre d’expression démocratique, agression de Nana Thibaut ; tels sont les thèmes qui ont été abordés par Mathias Ouédraogo, premier responsable des jeunes du parti de l’épi et de la daba, et ses collaborateurs. C'était au siège du parti à Ouagadougou.

 

« La démocratie burkinabè est en panne », tel est le constat dressé par la Coordination nationale des organisations de jeunes du CDP. Le pire, a-t-elle relevé, c’est que « ce gouvernement mouta mouta veut coûte que coûte étouffer toute action qui met à nu son incapacité de gestion ». Elle en veut pour preuve l’annulation du meeting du Cadre d’expression démocratique, l’agression de Nana Thibaut à Bobo-Dioulasso pour avoir exprimé son opinion sur le retour éventuel de Blaise Compaoré au pays. « Comment expliquer  le fait qu’on accorde des autorisations de manifester à certains et qu’on en refuse à d’autres ? », s’est demandé le coordinateur national des jeunes du CDP, Mathias Ouédraogo.

Sur la question du retour de Blaise Compaoré au pays, la position des jeunes est on ne peut plus claire : « Nous prenons l’opinion nationale et internationale à témoin que si l’homme de paix, notre papa, Blaise Compaoré, venait à décider de rentrer au pays, nous l’accueillerons à bras ouverts. Blaise Compaoré reviendra, c’est sûr, car il est et restera à jamais un citoyen burkinabè », a martelé Mathias Ouédraogo.

Sur l’agression de Nana Thibaut, les jeunes du CDP demandent au gouvernement de rechercher et de punir les auteurs d’un tel acte, car il constitue, selon eux, un déni de la liberté d’expression et d’opinion.

Se prononçant sur les manifestations consécutives à l’octroi de la liberté provisoire à Djibrill Bassolé, Mathias Ouédraogo dira que cela est la preuve que notre pays connaît un recul démocratique avancé. Il dit ne pas comprendre que des citoyens s’opposent  à une décision de justice par des manifestations de rue, alors que des voies légales existent en la matière pour se faire entendre.

La coordination des jeunes du CDP a lancé un appel à tous les militants fossilisés au CDP à rester davantage mobilisés pour réserver à Blaise Compaoré un accueil digne de sa trempe, lorsque son retour au pays sera acté.

Ousmane TIENDREBEOGO

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+