CRISE A LA MAIRIE DE GOURCY : Quand les chefs coutumiers entrent dans la danse

CRISE A LA MAIRIE DE GOURCY : Quand les chefs coutumiers entrent dans la danse

Suite au rejet de la requête aux fins d’appel de l’Etat burkinabè contre l’ordonnance de référé rendue le 16 novembre 2018 par le président du tribunal administratif de Ouagadougou dans la crise l’opposant à madame Traoré Kadidja et l’arrêté ministériel du 19 décembre 2018 portant suspension de madame Traoré Kadidja de ses fonctions de maire de la commune de Gourcy, les chefs coutumiers du canton de Gourcy ont convié la population devant le palais royal de Gourcy, le vendredi 21 décembre 2018, pour donner leur version sur la crise que traverse leur commune.

« Les chefs coutumiers de Gourcy vous transmettent leurs salutations au nom de Naaba Baongo, chef de Gourcy. C’est ce dont vous avez connaissance qui nous réunit ici ce matin. Tous les soubresauts sur la situation qui prévaut à Gourcy ne visent qu’un seul objectif, le départ du maire mais la femme ne bougera pas. Elle ira jusqu’au bout de son mandat (……). Vous pouvez manifester tout le temps pour exprimer votre mécontentement mais de grâce, ne vous attaquez à personne ni à des biens d’autrui. Ne touchez à rien et ne cédez à aucune provocation qui vous fera perdre votre raison. Maîtrisez-vous et la vérité jaillira. Trois ou quatre personnes ne peuvent imposer leur volonté à Gourcy. C’est celle de la population qui s’imposera. Celui qui veut détruire Gourcy, il faut l’en empêcher ». Telle est la quintessence du message livré à la population par Naaba Ligdi de Bisnaba au nom des chefs coutumiers. Séance tenante, les jeunes ont invité la population des 5 secteurs et 40 villages de la commune à sortir massivement le lendemain, soit le samedi 22 décembre, à la place de la Nation. C’est une rencontre à visage apolitique, a prévenu Luc Sawadogo, coordonnateur des mouvements et associations de jeunesse de Gourcy. ’’ Nous voulons échanger sur la situation et donner la position des chefs coutumiers à toute la population de la commune’’, a-t-il renchéri. Le samedi à la première heure, en plus de la présence d’éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS), le secrétaire général de la province du Zondoma, Tarwendé Juste Ouédraogo, a convoqué une réunion de ‘’crise’’ pour mieux comprendre la manifestation prévue ce jour même. Ont pris part à la rencontre, Naaba Ligdi de Bisnaba, Naaba Tigré de Kagapessego, un représentant de Naaba Baongo, chef de Gourcy, le préfet de Gourcy, le coordonnateur des mouvements et associations de jeunesse de Gourcy et les responsables des forces de défense et de sécurité. Au bout du compte, un accord a été trouvé pour surseoir à la manifestation, la reprogrammer après le dépôt d’une autorisation. Aussi, pendant que la mobilisation se faisait à la place de la Nation, une nouvelle sur le décès, à Bobo, d’un fils de Gourcy et dont la résidence se situe à quelques mètres de ladite place, a semé la désolation au sein des manifestants. Et l’un d’eux de lancer : ‘’Nous ne pouvons pas faire du bruit pendant que les gens d’à côté sont en deuil’’. Pour Luc Sawadogo, ces deux faits majeurs ont contribué à l’annulation de la manifestation qui, dit-il, se tiendra dans les jours suivants.

P. B. Winninmi ILBOUDO (Correspondant)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+