Header

CRISE A L’UNPCB : Un accord tripartite met fin au feuilleton

CRISE A L’UNPCB : Un accord tripartite met fin au feuilleton

 

Une délégation gouvernementale conduite par le ministre de l’Agriculture et des aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo, accompagné du ministre en charge de l’environnement, Nestor Batio Bassière, a rencontré les acteurs de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB),  le 31 décembre 2016  dans la salle de conférences du gouvernorat de Bobo- Dioulasso. Objectif : trouver une solution à la crise que traverse l’Union, en attendant les élections qui permettront d’élire de nouveaux dirigeants dans 2 mois.

Une administration provisoire indépendante va désormais diriger l’UNPCB, en collaboration avec le comité interministériel. C’est  à cette solution qu’ont abouti les échanges entre la délégation gouvernementale, les autorités administratives et les producteurs de coton regroupés au sein de l’UNPCB en crise. Le nouvel administrateur qui sera bientôt nommé par l’Administration publique, selon les termes de l’accord tripartite, devra travailler avec  des responsables désignés par chacun des deux camps, pour la gestion courante des affaires de l’UNPCB, jusqu’à l’organisation des prochaines élections.  Pour une question de transparence et de reddition des comptes, une autre rencontre avec les deux camps est prévue, laquelle rencontre devra fixer les mécanismes de gestion des affaires de l’UNPCB jusqu’à la mise en place de l’administration provisoire. Pour la première fois, les « frères ennemis » ont posé ensemble, au terme d’une rencontre avec une délégation gouvernementale le 31 décembre dernier consacrée à la résolution de la crise qui les a opposés jusque-là : Les partisans de Karim Traoré, président  national de l’UNPCB, et ceux de  Casimir Gnoumou, président du bureau de transition mis en place par les « dénonciateurs » du camp de Karim Traoré. Un accord tripartite  pour la résolution de la crise a été signé par les chefs des deux camps, à savoir Karim Traoré et Casimir Gnoumou, ainsi que par la délégation gouvernementale.  En effet, la délégation gouvernementale a reçu les deux camps à huis clos, l’un après l’autre, dans la matinée à partir de 10h le 31 décembre 2016, pour des échanges, avant de les recevoir ensemble après 15h dans la soirée, en présence des Hommes de médias, pour rapprocher leurs positions. Pour Casimir Gnoumou, « s’asseoir autour d’une table de dialogue est la force de l’homme africain ». Il s’est réjoui de la solution trouvée pour la gestion de l’UNPCB et a dit saluer le ciel pour le consensus obtenu. Karim Traoré a estimé que l’accord tripartite signé est une bonne solution, en ce sens que cela permettra de préserver la faîtière qu’est l’UNPCB par rapport aux intérêts individuels. Il s’est dit disposé, avec son camp, à accompagner ce processus jusqu’aux prochaines élections.

Lonsani SANOGO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+