CRISE AU SEIN DU CONSEIL MUNICIPAL DE GOURCY : Des manifestants protestent contre une éventuelle éviction du maire

CRISE AU SEIN DU CONSEIL MUNICIPAL DE GOURCY   :   Des manifestants protestent contre une éventuelle éviction du maire

Suite au dépôt d’une motion de défiance à l’encontre du maire de la commune de Gourcy, Kadidja Traoré, le 30 juillet dernier, des manifestants ont battu le pavé le 2 août 2018 pour protester contre son éventuelle éviction. Partis de la place de la Nation, ils ont rallié le haut – commissariat où ils ont remis leur message au maître des lieux, Ouo Abibata Bamouni / Traoré.

 

« Je vous félicite pour le caractère pacifique de votre mouvement, la  responsabilité avec laquelle vous avez marché. Je souhaite que le retour se fasse également dans le calme. Rassurez – vous, votre message sera transmis à qui de droit », a affirmé le haut – commissaire du Zondoma, Ouo Abibata Bamouni / Traoré, après avoir reçu le message des manifestants des mains de Salam Ouédraogo, coordonnateur provincial des Organisations de la société civile (OSC). Un message dans lequel les signataires ont dit être surpris de constater le refus de la majorité des conseillers municipaux d’adopter le compte administratif 2017 les 18 et 23 juin 2018. Aussi, c’est avec amertume qu’ils ont appris qu’une motion de défiance a été déposée pour destituer madame le maire. Il ressort, selon eux, qu’une partie des conseillers, ne pouvant pas utiliser madame le maire comme une marionnette pour préserver ou couvrir leurs forfaitures antécédentes, ont choisi d’arriver à cette étape. Estimant que madame le maire, depuis son élection, a donné des gages et des signaux forts de son engagement pour le développement de la commune, ils ne veulent pas observer un recul démocratique et une gouvernance guidée selon les intérêts de quelques individus. C’est pourquoi, ils protestent vigoureusement contre ces manœuvres d’une époque révolue à leur sens. Alors, ils invitent le haut – commissaire à utiliser toutes les techniques possibles pour résorber ces conflits ouverts au profit du développement harmonieux de leur commune. Ils interpellent enfin les autorités politiques, surtout celles du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) à trouver une issue favorable à la crise car, avertissent –ils, si le maire bouge, tout le Conseil municipal tombe et ils feront leur choix en 2020. Tour à tour et avant la remise du message, les représentants des vieux, Rémy Sawadogo, des femmes, Kady Ouédraogo, des jeunes, Luc Savadogo et des OSC, Salam Ouédraogo ont remercié les autorités administratives pour leur disponibilité avant de les rassurer que leur mouvement n’est dirigé contre ou en faveur de qui que ce soit mais pour l’entente et la cohésion au sein du Conseil municipal. Pour revenir à la marche, il faut noter qu’une demande d’autorisation de manifestation déposée le 30 juillet dernier n’a pas reçu un écho favorable de la part de l’autorité communale. Un refus justifié par la non qualification de la signataire au nom de la coordination des femmes et le manque de signature pour la coordination des commerçants. Malgré ce niet de l’autorité, la marche a eu bel et bien lieu et a été encadrée par des koglweogo. Sur des pancartes et banderoles, l’on pouvait lire des messages hostiles aux conseillers signataires de la motion de défiance et le slogan le plus répété a été que le maire ne partira pas avant la fin de son mandat. Partis de la place de la Nation, les manifestants munis de sifflets, de vouvouzéla, qui à moto, qui à vélo ou à pied ont rallié le Haut – commissariat où leur message a été remis au maître des lieux, Ouo Abibata Bamouni/ Traoré, entourée de ses plus proches collaborateurs.

P.B.Winninmi ILBOUDO (Correspondant)

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+