CRISE AU CONSEIL MUNICIPAL DE GOURCY : Les signataires de la motion de défiance contre-attaquent

CRISE AU CONSEIL MUNICIPAL DE GOURCY : Les signataires de la motion de défiance contre-attaquent

Juste après la marche du 15 septembre 2017 effectuée par la population de Gourcy sous la houlette d’Organisations de la société civile pour exiger le retrait pur et simple et sans condition de la motion de défiance à l’encontre du maire Kadidja Traoré, certains conseillers municipaux signataires de ladite motion sont sortis de leur réserve en se prêtant aux questions des Hommes de médias, à la mairie de Gourcy. Il s’agit de Lassané Koma et Azéto Savadogo, respectivement premier et second adjoints au maire, et Noufou Ouédraogo, conseiller du secteur 5.

 

Outre les trois signataires ci-dessus cités, on notait la présence du président de la commission des affaires générales, sociales et culturelles, Adama Ouédraogo, et du conseiller du village de Renguéba, Lassané Sawadogo, à la rencontre avec les Hommes de médias. Pour le 1er adjoint au maire, Lassané Koma, le dysfonctionnement du Conseil municipal, l’ambiance délétère au cours des sessions, le refus du maire de rendre compte et la non-exécution des délibérations sont, entre autres, les raisons qui ont poussé les 72 conseillers municipaux à signer la motion. Sur le dernier aspect, il a cité en exemples, la non-résiliation des contrats de gestion de l’auberge et de la salle de ciné de Gourcy et la fixation des frais mensuels de location de 20 boutiques aux abords de la RN 2 à 6 000 F CFA l’unité. Et Noufou Ouédraogo, conseiller du secteur 5, d’ajouter que les signataires de la motion ont agi en toute responsabilité et selon les dispositions du Code général des collectivités territoriales. Quant à la  2e adjointe au maire, Azéto Savadogo, elle a justifié sa prise de position par le fait qu’il existe une crise de confiance entre elle et le maire. Elle dit également avoir été humiliée et n’être plus en sécurité pour travailler avec l’actuel bourgmestre. A la question de savoir quelle est la position du parti sur le dossier, le 1er adjoint au maire a souligné que la motion a été déposée une première fois et immédiatement retirée sur instruction des responsables du parti. Depuis, la motion se trouve à leur niveau sans qu’aucune suite ne leur soit notifiée jusqu’à ce jour. Par rapport à la mission d’investigation du ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation (MATD) sur les griefs portés contre le maire, effectuée du 15 au 19 août 2017, le délai de mise à disposition des résultats serait dépassé, selon lui. « Allez-vous retirer la motion comme l’ont demandé les marcheurs? ». A cette question, M. Kama a repondu que ladite manifestation est une expression de la démocratie et ne remet nullement en cause la motion de défiance. S’il doit y avoir retrait ou une quelconque révision de position, cela devrait être constaté lors de la session extraordinaire à l’issue du vote, foi du 1er adjoint. Nous vivons des problèmes que la population ignore, a-t-il renchéri. Et Noufou Ouédraogo de préciser que si la population savait ce qui se passait, elle ne serait pas sortie. Pour terminer, la 2e adjointe au maire, Azéto Savadogo, a invité les populations au calme et souhaite un dénouement pacifique de la crise. « Que chacun mette de l’eau dans son vin pour que Gourcy aille de l’avant », a-t-elle dit.

 

  1. B. Winninmi ILBOUDO (Correspondant)

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+