CRISE AU LYCEE DE TAMBOGO/ ANDEMTENGA : Les élèves boycottent les cours

CRISE AU LYCEE DE TAMBOGO/ ANDEMTENGA : Les élèves boycottent les cours

Depuis mi-avril, le lycée public de Tambogo dans la commune d’Andemtenga vit une crise qui oppose les élèves  à leur proviseur. Cette situation met à mal les activités pédagogiques en cette dernière ligne droite de fin d’année scolaire. Nous y avons fait un tour le mardi 2 mai 2017 pour rencontrer les différents acteurs afin de comprendre davantage.

 

Tout aurait commencé par un malaise général qui anime la vie scolaire dans cet  établissement depuis belle lurette. Selon les élèves, par la voix de leur délégué, Yaméogo Lamoussa Assami, élève en classe de Tle D, les problèmes sont nombreux : « En genèse, il faut remarquer que notre lycée n’a jamais connu un examen blanc correct, car même souvent administrées, les épreuves ne sont pas corrigées. A chaque fois, en collaboration avec le COGES, nous faisons des cotisations spéciales pour accompagner les activités de l’établissement. Et il n’y a pas de bilan par rapport à cette gestion. Nous avons lutté pour avoir certains professeurs qui manquaient. Et, lorsque nous manifestons, le proviseur souvent nous dit ceci : « Vous ne pouvez qu’aller en grève mais, vous ne pouvez rien changer ». Cette année, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la gestion de notre cotisation spéciale. En effet, nous avons eu, à travers une cotisation spéciale, une somme de 478 500 F CFA à raison de 15 000 F CFA par élève. De façon consensuelle avec tous les acteurs, cette somme devrait servir à payer une moto pour l’Administration ou à défaut, contribuer à l’organisation des examens blancs. Aucune de  ces options n’a été réalisée et nous ne savons pas où est entré l’argent. Nous avons rencontré le proviseur pour comprendre et il nous a fait savoir que l’argent ne suffisant pas pour organiser l’examen blanc, il a servi au payement des vacations à notre insu. Et il demande d’attendre la subvention de l’Etat qui ne vient pas. Ce sont toutes ces raisons qui ont conduit à la séquestration du proviseur le 26 avril dernier. Ce jour-là, le DPENA du Kouritenga, accompagné d’une délégation, est venu pour une médiation ; malheureusement son intervention n’a pas apaisé les choses ; au contraire… Actuellement, de façon inopinée, nous continuons de perturber les cours pour nous faire entendre, car nous ne sommes toujours pas satisfaits », a relaté le délégué des élèves. Laurent S. Lompo, professeur de français et d’anglais, approché, nous dira ceci : « Nous n’avons pratiquement pas de problème avec personne. S’il y a les moyens, l’examen blanc aura lieu. Autrement, c’est compliqué. En tout cas, le lycée est paralysé, car jusqu’à présent, aucune évaluation au compte du 3e trimestre n’est faite alors que l’année scolaire tire vers sa fin, et nous sommes permanemment perturbés». Le proviseur, Jean-Baptiste Ouédraogo, après sa séquestration, nous confia ceci : « Je n’ai rien à me reprocher. J’ai tous les justificatifs des dépenses. Je répète, l’argent de la cotisation spéciale a contribué à payer les vacations. Je me réjouis qu’avec peu de ressources je sois arrivé à tenir jusqu’à présent. Les vacations des 1er  et 2e trimestres sont payées avec la compréhension de certains professeurs. A Tambogo, même si tous les élèves payaient leurs frais de scolarité, les recettes ne peuvent pas boucler les dépenses… ». En tout cas, il urge que des solutions soient trouvées à cette crise, car l’année scolaire tire à sa fin et rien n’est fini sur le plan académique. Affaire à suivre…

 

SIDPASOLGDE

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+