DEBAT SUR LE SENAT ET L’ARTICLE 37:Le Front républicain appelle au dialogue

DEBAT SUR LE SENAT ET L’ARTICLE 37:Le Front républicain  appelle au dialogue

Le Front républicain a organisé une caravane dans la région du Sud-Ouest, du 18 au 19 juillet 2014, sous le thème « Paix et démocratie ». Ainsi, ils étaient nombreux les membres des 50 partis regroupés au sein dudit front à avoir parcouru des localités de la région pour transmettre ce qu’ils ont appelé le message du Front républicain. C’était en présence des co-présidents Assimi Koanda et Hermann Yaméogo, Alain Yoda, Diemdioda Dicko, Ram Ouédraogo et Achille Ouédraogo du MBF.

 

« La Déclaration de Gaoua se veut un appel à la classe politique et aux forces vives de la nation. Le Front républicain s’engage, pour sa part, à poursuivre des actions avec l’ensemble des forces vives de la nation pour assurer à notre pays un développement durable dans la paix et la stabilité » ; tel est un extrait de la déclaration dite « Déclaration de Gaoua », livrée à l’issue des 48 heures d’échanges entre les populations du Sud-Ouest et les caravaniers du Front républicain. Mieux, les membres du Front ont lancé un appel invitant à une relance du dialogue politique. « Nous, membres du Front républicain, réitérons notre appel à la classe politique et aux forces vives, au-delà des différences, à s’associer au Front républicain pour la relance du dialogue démocratique au Burkina Faso, à privilégier l’intérêt national pour la promotion d’actions de tolérance et d’acceptation mutuelle … ». En effet, au cours de leur périple, les caravaniers ont par moments, marqué des arrêts pour saluer quelques militants qui attendaient. C’était le cas à Oronkwa, Dissin, Hamelé, Tiankoura, Bouroum-Bouroum, Gbomblora. A Dano, Ouessa, Diébougou, Batié et Gaoua, Assimi Koanda et ses camarades ont échangé avec les populations ; des échanges qui visaient à transmettre le message du Front républicain qui est « un message de paix, un message d’invitation à la raison, un message d’engagement en faveur de la paix ». A l’en croire, le choix de Gaoua n’est pas fortuit. Entre des salves d’applaudissements, M. Koanda a décliné les raisons qui ont conduit le Front républicain à entamer la caravane par la région des collines. «Votre région est connue pour sa résistance à tous ceux qui ont voulu casser et détruire notre pays, tous ceux qui ont voulu nous humilier dans nos coutumes. S’il y a une région qui s’est levée pour dire non depuis le 19e siècle, c’est bien votre région », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « C’est parce que nous savons cela, parce que vous nous avez enseigné cela que nous avons décidé que, pour dire non à ceux qui rêvent ou ambitionnent de mettre le feu au Burkina Faso, nous allons revenir ici pour que vous leur rappeliez l’histoire ».

Des doléances formulées par les populations

Et le co-président Hermann Yaméogo de renchérir : « On ne peut pas dire que parce qu’on veut le pouvoir, on va marcher sur du sang pour l’avoir. L’Homme qui dit cela n’est pas digne du pouvoir ». Pour lui, le Front républicain a fait le choix de la vérité en soutenant que si l’on veut que les gens vivent en paix  «  il faut respecter la loi fondamentale qui s’impose à tous, même à Blaise Compaoré ». Une loi fondamentale dans laquelle il y a la possibilité de mettre en place le Sénat, de modifier l’article 37 et de tenir le référendum. « On n’humilie jamais un chef, surtout lorsqu’il a les réalités du pouvoir entre les mains », a-t-il affirmé. A l’endroit de la presse burkinabè, Hermann Yameogo a dit : « C’est aussi l’occasion de dire à ceux qui donnent les nouvelles de faire attention à ne pas chercher à se transformer en hommes politiques et appuyer des chapelles. Parce qu’ils peuvent commettre les mêmes erreurs que les hommes politiques. Ceux qui pensent que Kosyam était là et qui ont trouvé des partisans pour répandre ces nouvelles, ont perdu aujourd’hui une certaine crédibilité ». A l’instar des co-présidents, des responsables des partis membres du Front et des militants ont dit prendre l’engagement de barrer la route à ceux qui, hier, étaient avec le chef et, aujourd’hui, crachent dans la soupe, tout en comptant conquérir le pouvoir dans la rue. Cette tournée a été une occasion pour les populations d’exprimer leurs doléances au nombre desquelles le bitumage de la route Gaoua-Batié-Loropéni, l’électrification de Batié, la couverture télé et une ambulance pour Batié. A Gaoua, Assimi Koanda a soutenu que conformément à l’engagement du président Blaise Compaoré, Batié aura son ambulance la semaine suivante et que le bitume quittera Gaoua pour Batié en 2015 de même que le courant en continu.

Hompko Sylvestre KAMBOU

La déclaration de Gaoua

Le Front républicain, fidèle aux idéaux qui ont présidé à sa création, et conformément à son programme d’actions, a entrepris d’aller à la rencontre des Burkinabè. Ainsi, du 18 au 19 juillet 2014, le Front républicain a rencontré les populations de la région du Sud-Ouest, échangé avec elles sur le thème de la paix et de la démocratie. Fortement satisfait des échanges avec les populations et ravi de leur accueil chaleureux, fraternel et de leur engagement pour la paix, le front républicain a adressé, à l’ensemble des vaillantes populations de Oronkwa, Dano, Dissin, Ouessa, Hamelé, Diébougou, Tiankoura, Bouroum Bouroum, Gbomblora, Batié et Gaoua, tous ses remerciements. Au regard des contacts et des atouts légitimes des populations, il est apparu nécessaire, pour le Front républicain, de traduire les diverses préoccupations des populations pour la consolidation de la démocratie, de la paix et du dialogue par une déclaration dite Déclaration de Gaoua.

La Déclaration de Gaoua se veut un appel à la classe politique et aux forces vives de la nation. Le Front républicain s’engage, pour sa part, à poursuivre des actions pour l’ensemble des forces vives de la nation pour assurer à notre pays un développement durable dans la paix et la stabilité.

Appel de Gaoua

- Considérant la valeur inestimable de la paix dans toute entreprise démocratique et de développement durable,

- Considérant les options les plus éprouvées par la promotion de la paix et de la démocratie, dont le dialogue et l’arbitrage du peuple, que fort à propos, les instruments internationaux et nos traditions nous y engagent, que tenant compte des exhortations des populations lors des grandes caravanes dans la région du Sud-Ouest entamées les 18 et 19 juillet 2014 à la préservation de la paix, prônant la cohésion dans la diversité, nous, membres du Front républicain, réitérons notre appel à la classe politique et aux forces vives au-delà des différences :

- A s’associer au Front républicain pour la relance du dialogue démocratique au Burkina Faso ;

- A privilégier l’intérêt national pour la promotion d’actions de tolérance et d’acceptation mutuelle ;

- A consolider les valeurs et les acquis républicains.

Fait à Gaoua le 19 juillet 2014

Le Front républicain, la cohésion dans la diversité.

Articles similaires

12 Commentaires

  1. BILI-BILI

    Quel Front Républicain appelle à Quel Dialogue.!?
    Tout ça c’est hobahobà. Tout ce que nous voulons, c’est le depart de BLAISE COMPAORE à la fin de son mandat 2015; même si le BURKINA va disparaitre, qu’il disparaisse; comça nous aussi on entrera dans l’histoire du monde..;un jour les grands Historiens diront : »il était une fois un pays appelé BURKINA FASO avec une population de 16millions d’habitants situé en Afrique de l’Ouest, leur dernier président du nom de Compaoré BLAISE , a tellement aimé son pays jusqu’à ce que son départ a provoqué la disparition du pays.

    Reply
  2. guimbo

    suis d’accord avec le front republicain, appliqu’on la loi et laissé histoire de parole donné car la politique est ce qu’elle est . si le peuple vote non c’est fini une bonne fois c’est tout.

    Reply
  3. Freeman

    Vous dites que vous allez organiser un Référendum, vous dites que vous êtes majoritaire, vous êtes au pouvoir. Alors vous voulez dialoguer avec qui et de quoi? Allez-y, dites à votre mentor de fixer la date de votre Référendum et qu’on en finisse. Parce là vous commencez à nous pomper l’air sérieusement.

    Reply
  4. deperado

    Le dialogue n’est pas une mauvaise chose en soi. Un cadre de concertation est nettement mieux que chercher à brandir les muscles. En tous cas, pour le moment ils peuvent parler, tous les partis peuvent aller Front Républicain, mais je reste persuader que les positions sont tellement radicales que je ne vois pas d’issue. Ou bien, un deal pour passer Zépherin de UPC au pouvoir après qu’il ait aidé combattre le MPP. C’est que je vois.
    Mais j’i envie de demander au FR si Thomas SANKARA a eu l’occasion de dialoguer du 15 octobre 1987. Blaise Compaore est plus précieux que son prédécesseur ?

    Reply
  5. Manu

    L’hypocrisie et la malhonnêteté est à son paroxysme au Burkina. On attise le feu et on joue au pompier bien intentionné en publique. Pourquoi ne pas laisser les choses en état si on se dit vouloir la « paix et la démocratie » au Burkina? servez-vous et brulez ce pays…. on verra la suite. On a compris il y a longtemps que tel est votre slogan, le vrai, celui qui mis en application depuis depuis ans. Me Herman, tu ne retrouvera pas le pain fabriqué dans le sang des honnêtes citoyens, dont tu as longtemps profité puis perdu la place.

    Reply
  6. BILI-BILI

    OK. ASSAMI , nous sommes aussi pour le dialogue; mais voici nos conditions pour y participer:
    – Qu’on ne parle pas de REFERENDUM.
    – HERMAN, MAXIM et RAM ne doivent pas participer.

    Le débat va seulement se porter sur « de quelle manière BLAISE partira en 2015 »!

    Reply
  7. Indjaba

    Aucune salle de Diebougou, Dano, Gaoua ne prend plus de 1500 personnes et comme les cars à eux seuls transportent plus du tiers de la capacité de ces grandes salles de la régions et on peut comprendre comment elles sont pleines. 4 CARSX70 personnes donne 280 personnes et si on ajoute les hauts comm, les préfets, les gouverneurs et autres représentants de l’états qui sont obligés d’être là, on tombe facilement à 500 personnes+ quelques militants et quelques curieux et le compte est bon.

    Reply
  8. pasiskolo

    Hermann est un homme caméléon, il se transforme pour rejoindre le camp ou il y a manger.comment peux tu traiter une opposition aussi républicaine comme la notre de belliqueuse, s’il y a les gens qui sont arrives au pouvoir dans le sang c’est bien ceux qui réclament la modification de l’art 37. Hermann, la honte a fini ton village par la faute de ta seule personne.

    Reply
  9. le tribandu peuple

    Blaise dit qu’il sait qu’il va falloir partir un jour, mais il ne sait pas quand et comment: Voici la reponse à ton quand et comment
    QUAND PARTIR: AU PLUS TARD DECEMBRE 2015
    COMMENT PARTIR: TU AS LE CHOIX ENTRE PARTIR NATURELLEMENT COMME TON FRERE ET AMI THOMAS SANKARA OU PARTIR ACCIDENTELLEMENT COMME NORBERT ZONGO OU SALIFOU NEBIE OU COMME LAURENT BAGBO

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+