Header

DEFIS SECURITAIRES AU BURKINA : La CODER en appelle à un sursaut patriotique

DEFIS SECURITAIRES AU BURKINA : La CODER en appelle à un sursaut patriotique

Ceci est une déclaration de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (CODER) sur les défis sécuritaires auxquels fait face le Burkina Faso. Elle en appelle à un sursaut patriotique. Lisez !

 

Le Burkina Faso entame, malheureusement, la nouvelle année 2017 comme celle de 2016 par une série d’attaques terroristes. Cette situation récurrente à laquelle fait face notre pays suscite au sein des populations une grande inquiétude et une psychose généralisée. Aux multiples attaques des positions de nos Forces de Défense et de Sécurité se succèdent aujourd’hui celles dirigées vers nos populations civiles. Les dernières en dates sont celles du poste de police et de la mairie de Tongomayel, dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 février 2017 et plus récemment, le vendredi 03 mars 2017, celle de l’école primaire de Kourfayel faisant malheureusement deux victimes dont le Directeur de l’école, Salifou BADINI, dans l’enceinte même de l’établissement et devant les élèves.

La CODER voudrait en ces moments de douleurs profondes traduire toutes ses condoléances, toute sa solidarité et sa compassion aux familles éplorées et aux populations de ces localités. C’est aussi le lieu pour la CODER de faire une mention spéciale à ces femmes et à ces hommes (les enseignants, les FDS, le personnel de l’administration publique et privée, ...) qui, au risque de leur vie, mènent le combat pour un meilleur Burkina Faso dans le sahel.

Le niveau d’insécurité jamais atteint dans notre pays avec un fort risque de partition de notre territoire, commande que les filles et les fils du Burkina Faso, dans un élan de solidarité et de patriotisme, conjuguent l’amour pour notre patrie et les valeurs humaines qui sont les nôtres pour faire face à ces actes d’un autre âge. 

La CODER déplore cette situation dans laquelle, pendant que certains tiennent des discours populistes et tentent de masquer leurs incapacités à résoudre les problèmes d’insécurité, des citoyens continuent de payer un tribut trop cher.

La CODER déplore également le fait que Le Directeur de l’école de Kourfayel, mort sur le champ de bataille, ait été inhumé quasiment dans l’anonymat, sans la présence ne serait-ce que d’un membre du gouvernement. M. Badini mérite les mêmes égards et honneurs que tous les fils et filles de notre pays morts en martyrs.

Au regard des incohérences entre ce qui est dit et ce qui est fait par le gouvernement, qui par ailleurs n’enlève rien à la volonté et à la détermination de notre peuple, il serait plus judicieux, dans l’intérêt de notre nation, que Le Chef de l’État, SEM Roch Marc Christian Kaboré, en tant que premier commandeur, pose des actions volontaristes et immédiates pour que la sécurité des personnes et des biens des Burkinabè soit effective sur toute l’étendue du territoire national.

Ce faisant, la CODER lance un appel à un sursaut national, au patriotisme que nous exprimons à chaque fois que nous entamons notre hymne national et le terminons par : « La patrie ou la mort, nous vaincrons ! ». Car convaincue que la question de sécurisation de notre territoire ne saurait être l’affaire d’une seule personne, ni d’une partie de la population. La contribution citoyenne est celle même qui détermine l’avantage que doit avoir un État face à ces terroristes.

Ces dures épreuves que notre nation traverse, nous invitent à faire de la réconciliation des filles et des fils une priorité. Nous sommes convaincus qu’il n’y a aucune autre alternative pour nous Burkinabè et peuples vivants dans ce beau pays que d’accepter à nouveau de nous parler, d’évacuer nos frustrations, de panser nos plaies, en somme de nous faire à nouveau confiance et de nous réconcilier avec nous-mêmes.

Du reste, la CODER reste convaincue que la marche glorieuse de notre nation pour son développement, ne pourrait être stoppée d’aucune façon que ce soit, encore moins par la barbarie terroriste sans fondement.

 

Justice-Réconciliation-Patrie

 

Me Gilbert Noël Ouédraogo

Commandeur de l’Ordre national

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+