Disparition des migrants dans le désert nigérien : Ces desperados qui se moquent de la mort

Disparition des migrants dans le désert nigérien : Ces desperados qui se moquent de la mort

Ils partaient pour l’eldorado mais leur rêve s’est brisé entre Dirkou et Séguédine, dans le désert nigérien. En effet, hier 26 juin, les autorités nigériennes ont annoncé la disparition d’une cinquantaine de migrants cherchant à se rendre en Libye, avec pour détermination la traversée de la Méditerranée. Au nombre de 75 et abandonnés par leurs passeurs sans eau ni nourriture, il n’y aurait que 23 qui ont pu être retrouvés. Et dire qu’il y a une dizaine de jours, un similaire scénario catastrophique s’est passé dans la même localité où on a secouru, de justesse, 92 migrants. Loin de faire une comptabilité macabre, il faut dire que ceux-ci avaient eu plus de baraka que d’autres. En effet, en début de ce mois de juin, 44 migrants parmi lesquels des bébés, étaient morts de déshydratation dans la même région d’Agadez. Ces différents cas de figure illustrent d’une manière ou d’une autre, le péril migratoire qui ne semble pas émouvoir suffisamment la conscience humaine. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) fait état d’au moins 1244 migrants clandestins qui ont trouvé la mort, cette année, au large de la Libye, après l’échec de leurs embarcations dans la traversée de la Méditerranée. C’est dire à quel point le chemin qui mène vers la ‘’terre promise’’ est parsemé d’embûches. Alors qu’ils sont des milliers et des milliers d’Africains qui, chaque année, empruntent des voies migratoires assez dangereuses passant par le désert nigérien et libyen en espérant atteindre, en vie, l’autre côté de la Méditerranée, à la recherche d’une vie meilleure.

Les gouvernements doivent s’atteler à créer de meilleures conditions de vie aux citoyens

Et c’est peu de dire que les migrants clandestins prennent des risques réels pour tenter de rejoindre l’Occident, malgré les mesures draconiennes qui sont prises pour les en empêcher. Donnant ainsi souvent l’air de desperados qui se moquent de la mort. Et eu égard aux sacrifices faits en termes de mobilisation des moyens financiers pour se payer ce ‘’voyage à risques’’ pour ne pas dire emprunter le couloir de la mort, on se demande si ceux-ci n’auraient pas une meilleure vie chez eux en fournissant les mêmes efforts. Que peut-on faire pour quelqu’un qui ne voit son salut que de l’autre côté de la Méditerranée ? Dans ce cas de figure, il est loisible à la communauté internationale d’envoyer un message fort aux Occidentaux afin qu’ils allègent les conditions d’immigration, si l’on ne veut pas continuer à voir ces scènes dramatiques de noyade des migrants dans la mer. Car, il faut se le dire, l’immigration clandestine prendra toujours de l’ampleur à mesure de la sévérité des mesures pour l’interdire. Plus on prendra des mesures pour bloquer les migrants, plus ils prendront des risques pour les contourner. Cela dit, il est de la responsabilité des gouvernants africains de faire constamment l’impossible pour donner le bonheur aux populations. L’ancien président américain, Barack Obama, ne pensait pas si bien dire quand il affirmait que « nous méritons tous la chance de prétendre à une pleine mesure de bonheur ». Ce qui traduit que les gouvernements doivent s’atteler à créer de meilleures conditions de vie aux citoyens. Disons-le, les migrants fuient leurs pays respectifs où aucune perspective d'avenir ne leur est offerte. La faute à l'incurie de dirigeants corrompus, mais soutenus par de nombreux pays en Europe. Non seulement ils sont incapables d'assurer le développement de leurs pays, mais de surcroît ils restent passifs face à la catastrophe démographique en cours. Et au final, c'est l'Europe qui va en payer et en supporter les conséquences. Il n’y a pas mille solutions que la bonne gouvernance, porteuse de tous les espoirs, si ce n’est pour dire que le continent africain regorge de ressources immenses à même de créer le bonheur pour chacun.

Drissa TRAORE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+