Dr ROMARIC SEDEGO, TABACOLOGUE : « 85% des cancers bronchiques primitifs sont dus au tabac »

Dr ROMARIC SEDEGO, TABACOLOGUE : « 85% des cancers bronchiques primitifs sont dus au tabac »

Le tabac constitue l’un des facteurs les plus négatifs sur la santé. L'épidémie de tabac tue près de 6 millions de personnes chaque année, dont plus de 5 millions d'utilisateurs et d'anciens utilisateurs et plus de 600 000 non-fumeurs exposés. Dans cette interview, le tabacologue Dr Louis Romaric Zambédé Sédogo par ailleurs cardiologue, parle des dangers du tabac sur la santé humaine. Lisez plutôt !

Qu’est-ce que le tabac ?

Le tabac est une plante agricole verte.
Après sa cueillette, il est séché, broyé et utilisé de différentes façons. L'ingrédient psychoactif est un produit chimique stimulant appelé nicotine qui provoque la dépendance.
Il n'existe pas de forme sécurisée d'usage du tabac. Toutes les formes contiennent de la nicotine et peuvent causer des problèmes de toxicomanie et de santé.

Que contient la fumée du tabac ?

La fumée du tabac contient plus de 7 000 produits chimiques dont au moins 250 sont connus pour être nocifs et plus de 70 d'entre eux sont connus pour causer le cancer et 500 autres irritants.

Quelle est l’ampleur du tabagisme dans le monde et particulièrement au Burkina ?

Le tabac tue jusqu'à la moitié de ses utilisateurs.
L'épidémie de tabac tue près de 6 millions de personnes chaque année, dont plus de 5 millions d'utilisateurs et d'anciens utilisateurs et plus de 600 000 non fumeurs exposés.
En 2006, chez les élèves de 13 à 15 ans, 17,3% étaient des consommateurs de produits de tabac et 12,2% des fumeurs de cigarettes (GYTS 2006)
Selon l’étude STEPS 2013 : 25-64 ans Tabagisme : 19,8% (29,2% H, 11,8% F). Tabac fumé 11,3% (24,5% H, 0,1% F).
Au Burkina Faso, selon l’ATLAS 2015 OMS, 4100 décès par an sont liés au tabagisme. Cette mortalité est évitable.

Quelles sont les conséquences du tabagisme ?

Elles sont multiples et tous les organes du corps humain peuvent être atteints.
Nous pouvons citer les cancers. 85% des cancers bronchiques primitifs sont dus au tabac. On peut citer les cancers ORL et de l’œsophage. Le tabac est également incriminé dans la survenue de cancers d’autres organes tels que la vessie, le rein, le pancréas, le col de l’utérus. Le tabac est responsable des maladies respiratoires non cancéreuses (environ 10 à 15 % des fumeurs développent une obstruction bronchique chronique). Les complications cardio-vasculaires attribuables au tabagisme sont multiples et responsables de lourdes séquelles. En effet, le tabac est l'un des facteurs de risque dans le développement d'une HTA, d'une maladie coronarienne, d'une artériopathie chronique des membres inférieurs et des troubles de l’érection. Le tabagisme est responsable d'une diminution de la fécondité, d'une augmentation des avortements spontanés et d'une mortalité périnatale et néonatale plus importante. Il est également responsable de troubles sexuels (impuissance chez l’homme, troubles de la menstruation chez la femme, stérilité), d’affections des yeux et de lésions cutanées.
A toutes ces conséquences sanitaires, il faut insister sur les conséquences non sanitaires qui peuvent être individuelles ou familiales (perte de l’argent utilisé pour l’achat du tabac; perte de revenus à travers la maladie et la mort prématurée ; coût de soins induits par les maladies liées au tabac; coût du temps perdu par les autres membres de la famille pour s’occuper du malade, etc.). Elles peuvent être étatiques (coûts des soins socio-sanitaires ; perte de devises utilisées pour l’importation des cigarettes ; perte des terres qui peuvent être utilisées pour les cultures vivrières) ou environnementales (la pollution de l’air des alentours immédiats du fumeur et aussi des lieux de travail; les déchets du tabac tels que les filtres et les paquets de cigarettes qui ne sont pas biodégradables; les risques élevés d’incendies dans les habitations et dans les lieux de travail ; la déforestation, épuisement des nutriments du sol et pollution du sol et de l’eau par utilisation des pesticides et des engrais dans les champs de tabac). Les conséquences du tabagisme sur les Objectifs de Développement Durable (ODD) sont aussi multiples et indéniables.

Comment peut-on arrêter de fumer ?

Cesser de fumer, c’est possible. On a coutume de dire en tabacologie que la seule cigarette fumée est celle de trop.
Il faut se faire aider et plusieurs méthodes existent, allant des interventions comportementales (individuelles ou de groupes) aux interventions pharmacologiques (thérapie de remplacement de la nicotine, etc.). Toutes ces méthodes sont efficaces et méritent d’être essayées.

Il a été créé un centre de désintoxication au sein de l’hôpital Yalgado Ouédraogo. Comment fonctionne-t-il ?

Il s’agit en réalité d’une unité de sevrage tabagique rattachée au CHU Yalgado Ouédraogo. Ce centre fonctionne du lundi au vendredi. L’unité offre des consultations de sevrage, des conseils et des informations scientifiques sur le tabagisme et des examens complémentaires. Ce centre est situé côté-est du CHU Yalgado Ouédraogo, vers la direction des ressources humaines (DRH) du ministère de la Santé. Donc, j’en appelle à tous les fumeurs de fréquenter ce centre afin d’abandonner le tabac qui est un facteur de nuisance à la santé.

Propos recueillis par Valérie TIANHOUN

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+