Header

FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA A BAMBARI : Une visite hautement symbolique !

FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA A BAMBARI : Une visite hautement symbolique !

En temps normal, qu’un chef d’Etat se rende dans une localité de son pays pour quelque raison que ce soit, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Car c’est de bon aloi. Mais qu’un président s’en aille parader ou prendre un bain de foule dans une ville qui, il y a peu seulement, échappait à tout contrôle, on ne saurait en faire un épiphénomène. C’est le moins que l’on puisse dire de la visite que le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra a effectuée, hier, 12 mars 2017, à Bambari, du nom de cette ville frondeuse qui, en elle seule, cristallise toutes les violences qu’a connues la République centrafricaine. L’événement est de taille, tant il est lourd de symboles. Car, même défendue par la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine), la ville de Bambari continue de faire de la résistance. En effet, plusieurs factions rivales se disputent le contrôle de cette deuxième ville du pays, par ailleurs chef-lieu de la province de la Ouaka. Certes, comparaison n’est pas raison, mais Bambari est à la RCA ce qu’est Kidal pour le Mali où plus de deux ans après son accession au pouvoir, Ibrahim Boubacar Kéïta n’y a pas encore mis pied. Il est vrai que l’administration s’y déploie peu à peu, notamment avec l’installation des autorités intérimaires, mais la situation est encore tellement volatile et délétère qu’il faudra se garder de tout triomphalisme, tant la mauvaise foi de certains acteurs est assez manifeste.

Gageons que plus rien ne viendra perturber le processus de sortie de crise

Cela dit, comment ne pas rendre hommage à Faustin Archange Touadéra qui, en un an d’exercice du pouvoir, a osé mettre les pieds dans une ville à hauts risques, surtout que, campés à une quinzaine de kilomètres seulement, des éléments du FPRC menaçaient toujours de descendre sur Bambari ? C’est tout à son honneur. Car, en le faisant, il marque ainsi non seulement le retour de l’Etat dans ladite zone, mais aussi il rassure les populations qui, de guerre lasse, ne savent plus à quel groupe armé se vouer. Pour ce faire, il faut rendre un hommage appuyé à la Banque mondiale qui a décidé de soutenir à bout bras la RCA pour une sortie de crise . A preuve, le président Touadéra, en allant à Bambari, avait à ses côtés le vice-président de la Banque mondiale, Makhtar Diop, qui a promis trois milliards de dollars sur trois ans pour le redressement de l’ex-Oubangui Chari. Gageons donc que tout ira au mieux et que plus rien ne viendra perturber le processus de sortie de crise pour que la RCA retrouve la place qui est la sienne dans le concert des nations. Il y va de l’intérêt même de la sous-région, quand on sait que la quasi-totalité des voisins de la RCA sont dans des zones de turbulences. En effet, d’un côté, on a la RDC qui est en proie à des violences de toutes sortes et de l’autre, le Congo Brazzaville qui peine à retrouver ses marques depuis la réélection contestée de Denis Sassou N’guesso. Et ce n’est pas tout. Car, le Tchad de Idriss Deby Itno qui considère la RCA comme sa basse-cour, traverse aujourd’hui une grave crise économique sans précédent, sur fond de remous sociaux.

Boundi OUOBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+