FONCTIONNEMENT DES PARLEMENTS AFRICAINS : Les voies d’intervention des syndicats des personnels en examen

FONCTIONNEMENT DES PARLEMENTS AFRICAINS : Les voies d’intervention des syndicats des personnels en examen

Les 2es assises de la Confédération des syndicats des personnels des parlements africains (CSPPA) ont débuté le 11 janvier 2018, à Ouagadougou. Pendant 3 jours, les personnels administratifs des parlements de huit pays d’Afrique vont se pencher sur les voies et moyens à même de leur permettre de contribuer au mieux au fonctionnement efficace des différentes institutions parlementaires.  Le président de l’Assemblée nationale du Burkina, Alassane Bala Sakandé, a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux.

Comment mieux servir les parlements pour qu’ils répondent aux aspirations des peuples dans leur fonctionnement ? C’est à cette interrogation que les syndicats des personnels des parlements du Bénin, du  Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo vont répondre du 11 au 13 janvier 2018 à Ouagadougou, autour du thème central : « Contribution des syndicats des personnels des parlements à l’édification d’une administration au service des missions des parlements ». Les personnels desdits parlements connaissent les mêmes difficultés, selon Albert Bébé Kambiré, Secrétaire général du SYNAPAP (syndicat autonome du personnel de l’administration parlementaire). Ce qui explique l’idée de confédération des syndicats des personnels des différents parlements dans l’optique de mutualiser leurs efforts et leurs expériences dans l’analyse des différentes préoccupations, en vue de dégager les bonnes  pratiques qui peuvent stimuler  l’accomplissement efficace de leurs missions au sein de ces parlements, selon Albert Kambiré. Les difficultés  des différents syndicats sont liées à la formation des militants, à leur  incompréhension des missions, selon lui.   Il y a aussi les difficultés liées à la perception des missions du syndicat dans son incarnation du partenariat social, par les personnels politiques, à l’entendre. L’occasion est donc la bienvenue, à son avis, pour examiner les solutions à toutes ces difficultés dans la perspective, pour les syndicats, d’aplanir ces difficultés et de se faire comprendre au mieux. L’enjeu, selon le SG Kambiré, c’est d’identifier les axes d’intervention des syndicats des parlements africains afin de permettre aux institutions parlementaires d’atteindre leurs objectifs et de défendre les intérêts moraux et matériels  des travailleurs. Pour le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, qui accompagne l’initiative de la CSPPA, l’apport des personnels des administrations parlementaires à la production législative  et au travail parlementaire en général est inestimable.

« En retrait mais en appui », « effacés mais présents », a dit Alassane Bala Sakandé des personnels administratifs des parlements dont les différentes administrations mesurent, à son avis, « le poids de la tâche qui est la leur ».

A l’entendre, l’administration parlementaire mettra un point d’honneur, dans les limites des ressources disponibles, à créer les meilleures conditions  possibles pour le plein épanouissement social et professionnel du  personnel. Il a dit fonder l’espoir  que des résolutions audacieuses et concrètes seront trouvées, qui puissent engager résolument les personnels des parlements sur la voie  du professionnalisme, de l’efficacité et de l’excellence. La gestion empirique  (des institutions), selon Alassane Bala Sakandé, doit céder la place à des  approches  concertées et à une vulgarisation  des meilleures stratégies et moyens d’actions. A cet effet, il a demandé qu’au-delà de la défense de leurs intérêts matériels et moraux, les syndicats des personnels des parlements forment et sensibilisent leurs militants et sympathisants sur l’étendue de leurs droits et de leurs devoirs. Cela, en vue de travailler à élever  leur sens de la responsabilité et leur niveau de professionnalisme.

 « Vous faites valoir vos compétences aux côtés du législateur qui est appelé à concilier ce qui convient aux principes et ce qui convient aux circonstances pour le bonheur de l’intérêt général », a-t-il fait entendre devant les syndicats des personnels des parlements.

Lonsani SANOGO

Articles similaires

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+