Header

FORMATION DU NOUVEAU GOUVERNEMENT IVOIRIEN : ADO redistribue les cartes

FORMATION DU NOUVEAU GOUVERNEMENT IVOIRIEN : ADO redistribue les cartes

 

C’est le dernier acte qui parachève la mise en place des nouvelles institutions en Côte d’Ivoire. En effet, après l’élection du président de l’Assemblée nationale, la nomination d’un vice-président et d’un Premier ministre, la Côte d’Ivoire dispose désormais d’un nouveau gouvernement. Composée de 28 ministres contre 36 avant le remaniement, la nouvelle équipe gouvernementale a été dévoilée, hier, 11 janvier 2017, par le tout nouveau Secrétaire général de la présidence, en la personne de Patrick Achi. Le constat qui se dégage, c’est que les ministères de souveraineté n’ont pas connu de changement. Car, Hamed Bakayoko est maintenu à l’Intérieur, de même que Sansan Kambilé à la Justice. Le maroquin des Affaires étrangères échoit à Marcel Amon Tanoh et celui de la Défense à Alain Richard Donwahi. Précédemment Secrétaire général adjoint de la présidence, le sieur Thierry Tanoh étrenne le portefeuille du Pétrole. Dans le fond comme dans la forme, le président Alassane Dramane Ouattara (ADO) n’a pas déjoué les pronostics. Il a plus ou moins confirmé ce que disait dame rumeur au lendemain des législatives du 18 décembre dernier. La nouvelle Constitution adoptée par voie référendaire en fin octobre 2016, ne visait donc qu’un seul objectif : le partage du pouvoir entre alliés. Le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) à la vice-présidence avec Daniel Kablan Duncan, le Rassemblement des Républicains (RDR) à la primature avec Amadou Gon Coulibaly et l’ex-rébellion représentée par Guillaume Soro au perchoir. Et ce n’est pas tout. Car, on note un savant dosage dans la formation du nouveau gouvernement, essentiellement composé de cadres du RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix). Ainsi donc, tout le monde est servi en attendant 2020, année de toutes les incertitudes.

Ce dont la Côte d’Ivoire a besoin, c’est beaucoup plus une équipe gouvernementale de  combat qu’un panier à crabes

Car, au regard des ambitions que nourrissent certains cadres du RDR, il y a fort à craindre que la coalition qui avait porté ADO au pouvoir, ne vole en éclats. N’est-ce pas déjà ce que tente de prévenir le président Ouattara en redistribuant les cartes politiques ? C’est ceci qui pourrait expliquer cela. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ADO a eu le nez creux, même si, on le sait, il en faut un peu plus pour doucher les espoirs de certains jeunes loups comme Ahmed Bakayoko et Guillaume Soro, pour ne citer que ceux-là, qui rongent déjà leurs freins. Or, ce dont la Côte d’Ivoire a besoin, c’est beaucoup plus une équipe gouvernementale de  combat qu’un panier à crabes où les ego surdimensionnés des uns et des autres finiront par prendre le dessus sur l’intérêt supérieur de la nation ivoirienne. Certes, on n’en est pas encore là, mais ADO gagnerait à ouvrir l’œil et le bon, s’il ne veut pas que son second mandat se caractérise par une triade de querelles de positionnement sur fond de calculs à la petite semaine. Car les hommes politiques sont ainsi faits qu’ils sont ingrats. Ils ne tardent même pas à se retourner contre leur mentor, s’ils estiment que leurs intérêts sont en jeu.

B.O

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+