FORUM NATIONAL SUR LA SECURITE : C’est quoi ça encore ?

FORUM NATIONAL SUR LA SECURITE    :  C’est quoi ça encore ?

 

Depuis que l’annonce a été faite le 27 septembre dernier, je n’ai pas pipé mot. Je parle du fameux forum national sur la sécurité.  De quoi s’agit-il exactement ? Selon ma compréhension, le gouvernement va réunir 500 participants pour « faire un diagnostic complet de la situation de la sécurité nationale en vue de déterminer des axes stratégiques pour l’élaboration d’une politique nationale de sécurité ». Et cela, en vue de « garantir la paix et la sécurité pour un développement durable du Burkina Faso », par une réforme du secteur de la sécurité.

Dans le fond et la forme, moi, je trouve qu’une telle rencontre tombe à pic. Pourquoi ? Parce que, depuis quelque  temps, les disciples  de Iyad Ag Ghali, de Yahya Abu Al-Hammam, d’Amadou Koufa, d’Al-Hassan Al-Ansari et d’Abdalrahman Al-Sanhaji veulent faire de mon cher pays leur base-arrière. Pour cette raison, ils ne cessent de tuer ou de menacer populations et forces de défense et de sécurité. Il faut ajouter à cette question terroriste très prégnante, les problèmes propres au système de sécurité de notre pays, quelque peu déstructuré après la chute du régime de Blaise Compaoré. C’est du reste la défaillance de notre système sécuritaire qui explique, en grande partie, la naissance des groupes d’autodéfense appelés « Kolgwéogo » qui ont, à leur actif, des hauts faits de guerre. En un mot comme en mille, je répète que les initiateurs du forum national sur la sécurité ont eu le nez creux. Seulement, ce pays a de très mauvaises habitudes, érigées parfois en normes, qui font que les bonnes intentions se noient, à tous les coups, dans le barrage de Tanghin. Peut-être, certains diront que je suis déconnecté de la réalité, mais je ne suis pas le seul à le penser. Les colloques, les séminaires, les foras, les états généraux ou autres rencontres de prestige sur des problèmes cruciaux de mon pays, on en a vu sans que rien ne change. Les recommandations restent toujours lettre morte.

Je continue de guetter l’argent du PNDES pour régler mes petites dettes

 

Moi, personnellement, je trouve que finalement, toutes ces rencontres sont plutôt des rendez-vous de distribution de « perdiems, des lieux de restauration ou des rendez-vous exotiques pour des gens qui veulent se « masturber » l’intellect. Car, avec un budget de 115 millions de francs CFA, l’herbe devrait être grasse pour les organisateurs et les participants. Seulement, chacun doit savoir que ce n’est pas le moment de plaisanter avec la vie des autres. Car, pendant que des soldats, gendarmes, policiers et citoyens sont trucidés ou massacrés, on ne doit pas permettre à certains opportunistes de faire des affaires sur leur dos.

Moi, fou, je pense que ce forum ne doit pas être une rencontre de trop. Il doit nous être utile à tous, dans l’intérêt général de toute la nation. Je n’ose même pas imaginer que face à la quantité de sang versé du fait de l’insécurité et du terrorisme, il y ait des Burkinabè qui prendront du

plaisir à faire dans l’opportunisme. Je préviens, les 115 millions de F CFA alloués à l’événement, suffiraient largement à régler certains problèmes existentiels de beaucoup de Burkinabè et de nos soldats au front dans le Sahel. Les utiliser pour se faire de la publicité sans lendemain, serait un vrai crime. En tout cas, en attendant d’apprécier les résultats de ce forum, je continue de guetter l’argent du PNDES pour régler mes petites dettes.

Le Fou

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+