GNAGNA : DES OSC ET SYNDICATS EXIGENT LE BITUMAGE DE LA RN18

GNAGNA    : DES OSC ET SYNDICATS EXIGENT LE BITUMAGE DE LA RN18

 

Des  organisations  de la société civile, des syndicats et des acteurs du secteur informel se sont mobilisés le 13 mars 2018 pour exiger le bitumage de la Route nationale no 18 (RN18). Ils ont arpenté les artères clés de la ville et ont remis leur déclaration au haut-commissaire de la province.

 

La matinée du 13 mars 2018, la ville de Bogandé, les communes  de Manni et Pièla  ont fermé les services et commerces pour se retrouver sur la route nationale no 18 (RN18)  afin d'exiger son bitumage. Les établissements scolaires  de la commune de Bogandé  étaient également fermés pour la circonstance. A Bogandé, les marcheurs ont parcouru les points clés de la ville avec des slogans comme: " Pour le bitumage de la Route nationale 18, mobilisons- nous", " les Forces vives de la Gnagna exigent le bitumage de la RN 18". Kokoro Lankoandé  a, au nom des vieux de Bogandé, relevé que  les autorités provinciales  souffrent du non-bitumage de la voie comme eux donc elles ont intérêt à transmettre avec diligence leurs préoccupations aux autorités compétentes. Et selon lui, en plus de l'état précaire de la voie, les populations souffrent de problèmes de santé ;  le CMA de la province étant sans radiologie,  les patients admis à l'hôpital sont  confrontés à un problème de lits. Dans les établissements scolaires certains élèves sont expulsés à cause des frais de scolarité.  Les Gnagnalais ont donc l'impression qu'ils ne font pas partie du Burkina Faso, a terminé le vieux Kokoro Lankoandé. Lamoussa Komondi responsable du mouvement RN 18 a ajouté que c'est douloureux de constater que depuis 1986, cette route est toujours en terre battue manquant de surcroît d'entretien courant. Des promesses ont certes été entendues mais ils attendent maintenant  des actions concrètes sinon « ils continueront à marcher et à interpeller les autorités provinciales  car, la population a assez souffert et continue de souffrir   de cette route nationale qui a causé de nombreuses pertes en vies humaines », a-t-il pesté.

Recevant les marcheurs, Laurent Bado haut- commissaire de la Gnagna a d'abord salué l'esprit pacifique du mouvement avant d'ajouter que tout le monde est unanime quant à la portée du bitumage de cette route parce que  « nous vivons les mêmes difficultés » , a-t-il dit avant de rassurer les marcheurs que l'entretien courant a déjà démarré et que les ouvrages se trouvant sur la RN18 seront prêts d’ici peu. Il a enfin souligné que les doléances du mouvement seront transmises aux autorités compétentes.

Larba Yarga

( Correspondant)

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+