A la uneFocus

GRACE PRESIDENTIELLE ACCORDEE A HAMA HAMADOU

Réelle mansuétude ou calcul politique?

Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, vient d’accorder la grâce présidentielle à 1 540 détenus et ce, en vue de désengorger les prisons du pays. Une mesure visant à mieux lutter contre le coronavirus. Parmi les bénéficiaires de cette grâce présidentielle, figure le principal opposant au président nigérien, Hama Amadou, ex-président de l’Assemblée nationale, qui purgeait une peine d’un an suite à sa condamnation par contumace en 2017 dans l’affaire de trafic international de bébés. On se rappelle que l’homme, criant à une cabale politique, avait quitté son pays en 2014. Mais dès son retour au bercail pour assister aux obsèques de sa génitrice, Hama Amadou avait été, de nouveau, conduit le 18 novembre 2019, à la prison de Filingué dans l’Ouest du pays pour purger les 8 mois restants puisqu’il y avait déjà passé quelques mois avant de fuir le pays pour la France pour des raisons de santé. C’est donc désormais en homme libre qu’il rejoint les siens, notamment sa famille politique qui n’avait de cesse de réclamer à cor et à cri sa libération pure et simple. Mais pour autant, pourra-t-il prendre part à la présidentielle de 2021 à laquelle il a été désigné candidat de son parti? Difficile de répondre par l’affirmative ce d’autant plus que la grâce présidentielle ne signifie pas blanchiment de l’accusé mais plutôt une réduction de sa peine de prison. Ç’aurait été une amnistie que ç’aurait été différent, étant donné qu’elle rend vierge le casier judiciaire de l’accusé. Mais en attendant de voir le sort politique qui sera réservé au président du Mouvement démocratique nigérien (MODEN) par le pouvoir, on peut, d’ores et déjà, saluer cette mansuétude de Mahamadou Issoufou.

Mahamadou Issoufou pourrait s’en vouloir de quitter le pouvoir sans avoir tendu la main à son ancien allié

Cela dit, Mahamadou Issoufou a d’autant plus agi en faveur de son ancien allié que beaucoup ne comprendraient pas que l’on gracie 1540 prisonniers au Niger sans que le nom de Hama Amadou ne figure sur la liste des bénéficiaires. Du reste, il était temps d’en finir avec ce dossier qui aura fortement contribué à pourrir l’atmosphère politique et sociale au Niger. Cela dit, s’agit-il d’une réelle mansuétude ou d’un calcul politique? La question est d’autant plus fondée que Mahamadou Issoufou dont le deuxième mandat constitutionnel s’achève en 2021, pourrait vouloir quitter la scène avec l’image d’artisan de paix. Quitter les affaires pendant que son principal adversaire croupit en prison, pourrait ternir son image. En tout cas, tout laisse croire que ce geste du président nigérien en faveur de son plus farouche opposant, n’est pas dénuée de tout calcul. Car, si cette libération de Hama Amadou peut contribuer à décrisper l’atmosphère politique et sociale au Niger, elle peut cacher d’autres intentions. Surtout qu’elle intervient à quelques mois de la présidentielle.

D Z

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer