GRIEFS DE L’UPC A L’ENCONTRE DU PRESIDENT DE LA CENI « On s’est rencontré, on s’est expliqué mais on n’a pas dit qu’on est d’accord » (Adama Sosso de l’UPC)

GRIEFS DE L’UPC A L’ENCONTRE DU PRESIDENT DE LA CENI  « On s’est rencontré, on s’est expliqué mais on n’a pas dit qu’on est d’accord » (Adama Sosso de l’UPC)

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a tenu une conférence de presse, le jeudi 11 octobre 2018 à son siège à Ouagadougou, pour faire le point de la rencontre avec le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry.

Suite à la rencontre avec le Président de la CENI, Newton Ahmed Barry, le 9 octobre 2018, l’UPC fait le point à la presse. Adama Sosso, 2e vice-président, prend le soin de préciser que l’UPC a reçu, à sa demande, le président de la CENI « pour échanger sur les griefs qui auraient été portés contre lui lors de la conférence de presse que le parti a tenue le 6 septembre 2018 ». Selon le 2e vice-président, les échanges ont porté, entre autres, sur la plateforme d’enrôlement proposée par le président de la CENI et le Code électoral. « On s’est rencontré, on s’est expliqué mais on n’a pas dit qu’on était d’accord », indique Adama Sosso qui laisse entendre que « l’UPC rejette la plateforme d’enrôlement proposée par le président de la CENI, parce que cette forme d’enrôlement par SMS et par appels téléphoniques ouvre la voie à une fraude électronique massive. La plateforme, testée ou pas, ne nous inspire pas du tout confiance ». Une méfiance qui entraîne le 2e vice-président à inviter Newton Ahmed Barry « à travailler dans l’intérêt du peuple, sans esprit partisan ». Le parti rejette aussi le Code électoral, notamment en ses dispositions traitant du fichier électoral et en ses dispositions excluant la majeure partie des Burkinabè de l’extérieur du processus électoral. Même si le président de la CENI dit avoir été pris à partie, l’UPC signale qu’il n’a pas de problème avec la personne de Newton Ahmed Barry. En tant que président de la CENI, l’UPC veut qu’il cesse de travailler en solitaire et invite ses militants et l’ensemble des citoyens à se joindre à l’Opposition politique pour combattre le recul démocratique.

Françoise DEMBELE

Articles similaires

1 Commentaire

  1. yarga

    Cela ne nous étonne pas.de lupc car ils ont un comportement de KANZUGUMDI.Demander à un moaga;il vous définira le KANZUGUMDI ou le RUUMDIN N’FUUSDDIN.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+