Grosse désillusion pour le Maroc

Grosse désillusion pour le Maroc

COUPE DU MONDE 2026

134 voix, soit 67% des voix pour la candidature United 2026 composée du Canada, des Etats-Unis et du Mexique et 65 soit 33% des voix pour celle du Maroc. C’est le score, sans appel, qui a sanctionné le vote du 13 juin 2018, pour le choix du pays organisateur de la Coupe du monde 2026. Moscou n’a donc pas enregistré de surprise et le Maroc échoue pour la cinquième fois après 1994, 1998, 2006 et 2010 dans sa volonté d’organiser le mondial. Il ne sera donc pas, pour l’instant, le deuxième pays africain à organiser le plus grand évènement sportif au monde. Et pourtant, le dossier marocain n’était pas moins séduisant et ne manquait pas de grands soutiens dont ceux de la Confédération africaine de football (CAF) et de la France. Cruelle désillusion donc, puisqu’il n’y a pas eu de miracle pour le Royaume chérifien dont le rêve vient, une fois de plus, de se briser. Qu’est-ce qui n’a pas marché pour le Maroc dont l’ambition de se porter candidat à l’organisation du mondial 2026, ne date que du mois d’août 2017 alors que les Américains, après avoir délesté la FIFA de Sepp Blatter grâce au FBI, étaient longtemps bien partis pour cette organisation ? Au-delà, la différence s’est certainement faite au niveau du dossier technique où celui du Maroc avait reçu la note de 2,7 sur 5 alors que la candidature « United 2026 » obtenait 4 sur 5 avant le vote.

La majorité des membres de la FIFA n’ont pas souhaité s’aventurer dans l’inconnu

Les Américains étaient donc plus forts que les Marocains.
A ce sujet, il faut rappeler que le Royaume chérifien avait des points faibles au niveau des infrastructures puisqu’alors qu’il proposait 15 stades avec un bon nombre à construire, les Etats-Unis étaient à 23 stades déjà existants, même s’il est vrai que la FIFA n’en retiendra que 16. Certainement que la majorité des membres de la FIFA n’ont pas souhaité s’aventurer dans ce que bon nombre d’entre eux appelaient l’inconnu. Le trio « United 2026 » semble avoir mieux rassuré, même dans la présentation, en démontrant sa capacité à organiser ce prestigieux évènement sportif. Quand on sait que le Mexique a accueilli le mondial de 1970 et 1986 pendant que 1994 s’est déroulé aux Etats-Unis, le Canada vient apporter un plus dans le renforcement de ce qui était une puissance économique face au Maroc. Après une cinquième désillusion, que va faire le Maroc qui devrait, comme des observateurs le confient, se proposer de co-organiser la Coupe du monde avec des pays voisins ? Mais là encore, il faudra faire face aux questions de géopolitique dans la région. Heureusement que pour effacer pendant un bon moment cet échec, le jeu prend le dessus dès ce jeudi 14 juin, avec l’ouverture de la Coupe du monde Russie 2018 où les Lions de l’Atlas devront éviter à leur pays une autre désillusion.

A.B

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Google+