A la uneEchos des provinces

INONDATION A DEDOUGOU :De nombreux dégâts matériels enregistrés

De fortes pluies se sont abattues sur la cité de Bankuy les 22 et 23 août. Selon la météo, 121mm ont été enregistrés à Dédougou. Ces pluies ont inondé plusieurs concessions, faisant ainsi d’importants dégâts matériels. C’est le constat fait le samedi 23 août dernier, au secteur 6 de Dédougou.  

Le 23 août dernier restera gravé dans la mémoire de certains riverains du secteur 6 de Dédougou. Et pour cause, ils se sont réveillés dans un véritable déluge après les pluies qui y sont tombées depuis la veille. La météo parle de 121mm.   « C’est une quantité d’eau incroyable, je n’ai jamais vu ça », s’est exclamée une sexagénaire totalement déboussolée. Elle vivait là un cauchemar. Sa cour était totalement inondée. Dans la maison de 3 pièces un salon, l’eau atteignait les genoux. Fauteuil, lits, sacs, valises et autres effets, tout était dans l’eau. Dans ce bloc, l’eau coulait difficilement dans les caniveaux et était contrainte de se frayer un autre chemin. C’est cela qui a occasionné  l’inondation de plusieurs cours. Impossible pour les riverains du quartier « Lomé » de traverser pour atteindre le goudron.

A quelques mètres de là, des riverains, bagages en main, traversaient difficilement l’eau. Là, certains riverains n’ont pas eu la chance, car leur maison s’est effondrée pendant qu’ils dormaient. Difficile de leur arracher un mot. Fort heureusement, on ne déplore que des dégâts matériels. Dans la même cour, une autre maison s’est écroulée la veille, nous apprend un autre sinistré visiblement sous le choc. « Depuis 4 h du matin, nous avons été envahis par les eaux ; la maison de ma voisine est tombée, donc nous l’avons aidée à ramasser ses bagages pour aller chez d’autres voisins », nous a expliqué Bruno Saba.  Pour lui, cette inondation est survenue à cause des caniveaux qui sont bouchés par des ordures. Il a accusé la mairie de ne pas jouer pleinement son rôle. « La population est aussi coupable mais si la mairie avait joué son rôle en faisant curer les caniveaux, cela aurait pu être évité », a-t-il estimé. Bruno Saba a lancé un appel à la population pour que les ordures soient mises ailleurs et non jetées dans les caniveaux.

Pour Alimata Kindo, une autre riveraine, les dimensions des caniveaux doivent être revues lors de leur réalisation pour permettre un facile passage des eaux. Dramane Zerbo, lui, a réussi à barrer la route à l’eau devant sa cour mais cela n’a pas empêché qu’une partie de ses toilettes s’effondre. « Quand je me suis réveillé à 6h et que j’ai constaté l’allure de la pluie, j’ai trouvé un moyen pour barrer le passage de l’eau », a-t-il expliqué.  Cependant, ce riverain a reconnu que ce sont les caniveaux bouchés qui ont conduit à cette inondation. Là, il a pointé du doigt un maquis d’à côté.  « Ils ont utilisé de petites dalles au niveau du caniveau qui passe en dessous de leur terrasse avant de mettre du béton et ensuite les pavés ;  ce qui fait que c’est très étroit », a-t-il déploré.

Sous la pluie,  des jeunes du quartier, munis de matériel, tentaient de trouver un passage aux eaux d’écoulement afin de libérer les maisons inondées. Ils se sont introduits sous les dalles pour enlever les ordures qui empêchaient le passage de l’eau. Ce curage improvisé a permis de dégager des tas d’ordures.

 

Arnaud Lassina LOUGUE                             

(Correspondant)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Google+
Fermer